Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 09:39


         A la suite d’un contrôle effectué avec l’une de mes classes, je fais la correction.

         Tout prof connait la monotonie d’une correction de contrôle, le fait de s’arracher les cheveux en constatant que les élèves n’ont pas compris votre cours. C’est franchement déprimant de s’apercevoir le jour du contrôle que les élèves n’ont pas assimilé votre cours. Forcément cela n’arrive pas à chaque fois, mais lorsque ça arrive, un méchant coup de déprime arrive ! Même si bien sûr, vous pouvez vous en douter avant d’effectuer le contrôle. Car lorsqu’une classe "fou un bordel monstre", il est bien évident que le cours passe au dernier plan …

         Enfin bref ! Je corrige donc mon tas de copies, avec ma fiche de correction, mon barème et mon cahier de notes a portée de main. Note après note, copie après copie, je corrige.

         Puis je tourne une copie et je trouve quelques mots et un dessin au dos de l’une d’entre elles. Le dessin représente un animal d’un manga, probablement d’un manga connu … par les élèves … mais pas par moi. Je lis : "Monsieur, je vous présente Otsuki – Sama !". Cette petite intention me fait sourire.

         Et forcément je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire un petit mot, pour confirmer ma lecture. J’ai donc écrit un simple "Merci !". Vu les circonstances, il aurait été préférable que j’écrive "Enchanté !", mais sur le coup j’ai préféré mettre "Merci !".

         Au passage, vous constaterez que j’ai une écriture d’un élève de CP. Inutile de me le faire remarquer !!! D’autres s’en sont chargés, d’ailleurs cela sera le sujet d’un prochain article.

 

         Ce genre de petite attraction, vous ravive dans votre travail, du coup j’ai terminé mes copies en vérifiant qu’il n’y est pas un petit mot à mon attention au dos d’une autre copie … mais rien ! J’étais presque déçu.

 

         Lorsque j’ai remis les copies, je n’ai fait aucune allusion auprès de l’élève, et elle ne m’a rien dit en retour. Vivement le prochain contrôle, pour voir si j’aurais un 2nd dessin de manga.


Photo : La Géode, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 11:50

 

Lors de mon cours, je constate qu’une de mes élèves à un dessin particulièrement jolie réalisé sur sa main. Vous savez les fameux tatouages au henné. La discussion débute :

-      Le prof : "C’est jolie ce dessin que tu as sur ta main."

-      L’élève 1 : "Merci." Un élève s’empresse de réagir.

-      L’élève 2 : "Ouai, c’est du Mozart." L’étonnement une fois passé, je ne peux m’empêcher de reprendre l’élève.

-      Le prof : " ?/! Euh, tu veux dire Picasso ?"

-      L’élève 2 : "Wouah, c’est la même."

 

Ah culture générale quand tu nous tiens !!!


Photo : Parc de Belleville, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 16:59

 

Mon collègue, qui est calé en français (contrairement à moi), est une mine pour tous ses collègues dont je fais partie. Car lorsque nous mangeons à la cantine, il anime la troupe, tout ceci en parlant du travail, il tourne ses phrases de manière à faire rire, même si son humour est noir.

 

Lorsqu’il nous dit que nous sommes aux avants postes de toute civilisation, ou encore, que nous sommes à poil contre des barbares, et pour finir la meilleure, des dompteurs de fauves mais … sans le fouet, forcément ça nous fait rire tellement c’est grotesque !!!

On en rigole, mais pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y a un fond de vérité.


Photo : Le cirque d'hiver, Paris.

Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 10:47

 

Comme à chaque fois après les récréations, je vais chercher ma classe à son emplacement. Les classes du collège sont rangées par niveau, les 6ème, puis les 5ème, les 4ème et les 3ème. J’arrive devant la classe avec laquelle j’ai cours, pas un élève (cela arrive régulièrement suivant les classes). En fait le principe s’inverse, c'est-à-dire que c’est le prof qui se range devant l’emplacement de sa classe pour que les élèves arrivent !!!

Donc je reprends, pas un élève de la classe en question. Par contre il y a 4 ou 5 filles qui ne sont pas mes élèves qui discutent entre elles. Elles ne sont pas rangées, elles se bousculent à la suite l’une d’entre elle m’écrase le pied, et ne bouge pas !!! Je la pousse pour libérer enfin mon pied et la discussion commence :

-   l’élève : "Eh faut faire attention !"

-   Le prof : "Va donc te ranger avec les 4ème." Croyant que c’était une élève de ce niveau. J’aurais peut être mieux dû lui parler de mon pied …

-   L’élève : "Sui’ pas en 4ème, moi." Elle accuse le coup, et me dénigre du regard car visiblement elle est en 3ème. Elle me tend une perche que je saisis.

-   Le prof : "Oui, tu as raison, va te ranger en 6ème." Le tout en lui montrant la direction des 6ème.

-   L’élève : "ah ah ah !" Elle rigole … noir !

 

C’est mon 2nd visage, lorsqu’un élève me cherche, je suis mesquin !

En même temps, elle l’avait bien cherché.


Photo : Jardin des Tuileries, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:04

 

Les 6ème de cette année, c’est vraiment la crème comparée à l’année dernière, c’est le jour et la nuit. L’année précédente ma pire classe était justement une 6ème, et elle était loin devant les autres, elle avait devancée toutes mes autres classes.

Mais cette année, pas de classe réellement difficile pour ce niveau (6ème). Bien sûr quelque cas particuliers, un élève par si ou par là, plutôt agité ou perturbateur. Plus les deux ou trois redoublants par classe qui ne sont pas forcément tous faciles. Mais je relativise avec mon année précédente. D’ailleurs je ne suis pas le seul à le dire.

 

Ma CPE a même employé l’expression suivante "Les 6ème de cette année ont été élevé au grain !". J’aime bien cette image, car c’est exactement ça. Ils n’ont pas pris le grand air du champ, enfin plutôt de l’esplanade ou du béton armé. Non, là c’est du poulet élevé en batterie, pas un poil qui dépasse, les becs alignés, et le tout en rang s’il vous plait ! Ce n’est pas pour autant qu’il ne peut pas y avoir de dialogue instructif lors des cours.

La grande classe internationale en somme.

 

J’espère que le filon va durer quelques temps encore. Et surtout que ces fameux poulets élevés au grain ont une bonne longévité … affaire à suivre.


Photo : Grans palais, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 18:37

 

Lors d’un cours précédent, j’explique ce que nous ferons la semaine prochaine. Et un élève me dit :

-         Un élève : "Monsieur, il y aura des élèves absents, c’est L’Aïd !" Je précise que L’Aïd est une fête religieuse, le nom exact est l’Aïd el-Fitr.

-         Le prof : "Ah oui, c’est la journée où vous apportez des pâtisseries à vos professeurs !" Eh oui, il faut labourer le terrain si parfois nous voulons y goûter.

-         Une élève : "M’sieur, si vous voulez, moi j’vous en ramènerai."

-         Le prof : "Ce sera avec plaisir."

 

Je n’y croyais pas vraiment car l’élève qui m’a proposé de m’en apporter, est l’une de mes élèves de l’année dernière, à qui j’ai mis de nombreux mots dans le carnet et heures de retenues. Donc j’ai perçu sa réponse comme ironique.

 

 

Deux jours plus tard.

 

Voici la même élève devant ma porte de classe à un inter cours avec un sac plastique dans les mains. Elle me tend ce sac. Je lui demande :

-         Le prof : "C’est pour moi ? " Je me doute bien que c’est pour moi si elle me le tend !

-         L’élève : "Oui. Et l’assiette elle s’appelle revient !" J’ai juste le temps de lui dire merci et elle s’en va.

 

J’étais émerveillé derrière ce moment magique. Car en plus de m’être vu offrir des pâtisseries orientales, il y avait le fameux mot "revient".

En fait ce mot est utilisé par moi à l’origine. Car lorsqu’un élève n’a pas de règle en cours, je lui en prête une, et au moment de lui remettre je dis toujours "Elle s’appelle revient !". Ça fait toujours rire les élèves. Donc, pour son assiette elle s’est empressée d’utiliser la même expression.

 

Enfin le plus important, c’est que dans cette assiette j’ai trouvé, des cornes de gazelles succulentes, ainsi que des boules de coco dont je ne connais pas le nom, mais ça n’enlève en rien leurs qualités culinaires. Miam !

Rassurez-vous, j’en ai tout de même gardé quelques une (juste un peu !) pour mes collègues.

 

En plus d’avoir goûté à ces formidables pâtisseries, je me dis que tout compte fait, cette élève m’apprécie et ça, c’est inestimable à mes yeux.


Photo : Galerie La Fayette, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 19:55

 

La sonnerie retentit à la fin de mon cours à 12h, mes élèves rangent leurs affaires et commencent à partir. Une élève me demande de venir voir à la porte de ma salle. Je me dis que cela doit être un événement classique, serrure bouchée, un tag ou un crachat.

Je range mes cours, puis arrive à la porte pour constater … (vous ne devinerez jamais) une flaque au pied de celle-ci. Mais pas n’importe quelle flaque, pas de fuite d’eau aux alentours, pas de bouteille d’eau renversée, non rien de tout ça, une flaque de pipi.

 

Un élève a uriné sur MA porte !

 

Ce n’est pas un élève de ma classe que je viens juste d’avoir, mais un autre élève (que je dois très probablement avoir en cours) qui devait traîner dans les couloirs.

Une vengeance personnelle ? Probable.

Où alors, il voulait marquer son territoire !

 

Sur le moment j’étais légèrement dégoûté. J’ai donc dû appeler une femme de ménage pour pouvoir nettoyer le tout, et éviter que les élèves qui passent dans le couloir en traînent partout.

Ce n’est pas la 1ère fois qu’un élève urine dans un autre endroit que les toilettes, généralement ça se fait dans les cages d’escaliers, mais là sur MA porte ! RRRrrrrrr ! Ça m’énerve !

 

Je me suis pris à imaginer, ce que j’aurais fait dans le cas où je prenais l’élève sur le fait. Je lui aurais peut être mis le nez dedans, vous savez comme les chats ou les chiens pour qu’ils ne recommencent pas la même bêtise !

Une chose est sûre, j’aurais eu du mal à me contrôler.

 

Photo : Le sacré coeur, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 13:53

 


         C'est un peu la même histoire que le marron à quelques choses près (XVII.Grosse journée. 1)Le marron.) maintenant j'ai de l'expérience à revendre sur le sujet !

         Donc je ne me suis pas fait avoir, vous ne pourrez pas rigoler de moi ! Si, si, vous êtes moqueurs !

         Donc cette nuit il a neigé, suffisamment pour que la neige tienne. De la neige était donc présente dans la cour du collège.

        

         A la sonnerie pour récupérer nos élèves, j'ai du redoubler de vigilance. Car vous imaginez à la place des marrons, ils n'avaient besoin que de réaliser des boules de neige pour s'en servir comme projectile.

 

         Arrivé dans la cour, j'ai regardé autour de moi, tel un radar en action, et surtout en l'air, car oui les boules de neige peuvent provenir du ciel !

         L'élève est fourbe, il lance la boule de neige relativement loin de sa cible, pour ne pas éveiller les soupçons sur lui. Comme ceci il nous est impossible de connaître la provenance de la boule de neige.

         Lorsque je levais les yeux au ciel, il y avait toujours 2 ou 3 missiles en l'air qui retombaient en cloche sur la cible.

         Une boule de neige m'est même passée sous le nez, lorsque je suis sorti du bâtiment ! "Ouf, elle est vraiment pas passé loin celle-ci." Voici ce que je me suis dit !

         En attendant devant le rang de la classe que j'avais, je me suis exposé au grand danger de me faire "tuer". Car forcément rester en mode "stationnaire" est beaucoup plus dangereux, car le sniper embusqué à l'autre bout de la cour augmente ainsi ses chances de réussite.

 

         Donc après 2 minutes de danger imminent, j'ai décidé de lever le camp, pour partir me réfugier dans le bâtiment. Au beau milieu de la cour, je jette un rapide coup d'œil autour de moi : rien à signaler.

         Je suis à découvert, je me dépêche, je regarde en l'air, 3 missiles ont été lancés ! J'analyse rapidement la trajectoire empruntée pas ces OVNI. Je constate que leurs chutes restent proche de moi. Ce qui traduit que je suis bien la cible à abattre, normal, il n'y a pas d'autre enseignant autour de moi ! Une des boules amorce sa chute, et … bingo … en plein sur 2 élèves qui traînent dans la cour. Je m'en réjouis. Moi sadique, non … pas plus qu'un prof ordinaire !

         La porte du bâtiment est à portée de main maintenant. Je baisse la garde mais trop tôt … Je sens quelque chose qui vient de frôler la poche de mon jean. Je regarde, un bout de neige est resté sur ma poche, je l'enlève et je me réfugie dans le bâtiment.

         Ouf ! Je n'ai pas été humilié dans la cour devant tous mes élèves ! Juste un petit bout de neige a pu m'atteindre.

         C'est une gloire, car traverser un endroit restreint, avec des dizaines voire des centaines de mercenaires autour de vous sans être touché, c'est un exploit ! Je m'en suis bien tiré, mais certains coéquipiers sont tombés sous les balles ! Et surtout sous la coupe de l'humiliation !

        

         C'est digne d'une partie de laser game, mais sans arme ! La seule défense : l'esquive !

         J'aurais apprécié, me joindre aux réjouissances, en confectionnant ma propre boule de neige. Bien tassé, pour alourdir son poids, armé mon bras tel une arbalète tendue, puis "pool" ! Bien évidemment j'aurais visé un élève que j'apprécie, sérieux dans sa conduite, … j'imagine la tête de l'élève qui aurait reçu ma boule en pleine tête bien sûr c'est plus sympathique, mais là je suis en train de rêver.

 

         L'armée devrait prendre un contingent d'enseignants car ils sont spécialement entraînés en zone urbaine, à effectif restreint, et surtout sans arme, tel la survie en jungle urbaine !

         Bref, de brave soldat dévoué à la cause. Je me demande d'ailleurs si nous ne devrions pas décréter, un droit de retrait, lors de neige présente dans la cour …


Photo : Parc André Citroën, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.