Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 23:40

 

 

Garde Republicaine 2012-09-29 12-07DSCN3295

 

 

Petite sortie sur Paris avec 2 changements en métro aux heures de pointe, le tout avec une classe survitaminée ! Ça donne ... du grand n'importe quoi ! Je vous passe les détails du genre les élèves qui demandent à partir de 11h "C'est quand qu'on mange ?", chacun son tour, toutes les 2 minutes, et devant la personne chargée de notre visite ! Bref, la politesse pure !

Sur le trajet retour, à un changement de métro, dans une grande galerie commerçante, il y a beaucoup de passants, puisqu'il est 13h, et que nous sommes en pleine période de Noël, vous imaginez le tableau. Sur ce, j'ai un élève qui fait tomber une pièce de 10 centimes pour être exact. Aussitôt ses camarades derrière lui font exprès de mettre des coups de pied dans la pièce. L'élève qui vient de la perdre court après en hurlant. Les autres s'arrêtent et se moquent de lui ! Il hurle et n'arrive pas à mettre la main dessus, j'ai l'impression que toute la station observe la scène !

Je demande aux élèves de suivre le groupe devant que nous sommes en train de perdre de vue !!! Mais ces chérubins, préfèrent contempler la scène de recherche de la pièce par notre élève à quatre pattes en train de regarder partout !

J'incite lourdement les élèves à prendre l'escalator rapidement, quitte à les emmener moi-même. En arrivant en haut de l'escalator, je m'aperçois que nous avons perdu le groupe classe. Heureusement j'ai le téléphone de mon collègue, je prends donc contact avec lui pour le retrouver.

Conclusion, une fois de plus j'ai eu honte du troupeau que j'emmenais. Je me considère comme un berger, mais pas au milieu d'un troupeau de moutons ... plutôt d'une meute de chiens enragés !

 

 

 

Photo : Garde Réplucaine, Paris.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 21:22

Garde Republicaine 2012-09-29 12-05DSCN3287

 

 

Un élève que je connais de longue date, puisque je l'ai eu presque toutes ses années collège, sachant qu'il a redoublé, donc ça fait longtemps !

Lorsqu'il arrive en cours, c'est inlassablement le même rituel, il s’assoit sur sa chaise, sans retirer son blouson ni enlever son sac à dos, les mains dans les poches, il attend vautré sur sa chaise. Je commence à en avoir plus que marre de répéter perpétuellement les même choses : "Enlève ton blouson, sors tes affaires, ...". C'est un élève à "deux de tension" comme on dit ! Bref ! Je décide de l’imiter devant toute la classe.

Je dis "Regardez, je vais imiter Bidule !", je prends une chaise au milieu de la salle de cours et me mets dans la même position que lui, bouche mi-ouverte, les yeux fixant le vide, les mains dans les poches, sans bouger un sourcil. Au bout d'une minute les élèves commencent à me dire "Arrêtez monsieur, vous faites peur on croit que vous êtes mort !".

J’attends encore quelques secondes avant de stopper.

 

Le pire c'est que les élèves ont reconnu parfaitement cette imitation réussie !

 

 

Photo : Garde Républicaine, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 10:03

Canal St Martin 2012-09-08 15-08DSCN3003

 

Aujourd'hui un élève insulte une autre de "sale française" pour un motif que je ne connais pas. Il réitère ses propos à plusieurs reprises. A bout, l'élève en question réplique et le traite à son tour de "sale arabe".

Mais gros problème, même si ces insultes sont identiques. Aux yeux de plusieurs de nos élèves la 2nde est une insulte raciste, puisque la 1ère ne les touche pas, car il ne se considère pas comme "français" ! Résultat l'élève qui se faisait à la base insulter et qui a rétorqué est actuellement vue pas ses camarades comme une raciste !

Elle vient de se faire frapper en dehors de l'établissement et je crains que cela ne se reproduise malgré les interventions des adultes au sein du collège.

 

Voici ce qui se passe lorsque la mixité n'est plus présente ...

 

Photo : Canal Saint Martin, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:35

Canal St Martin 2012-09-08 15-01DSCN2994

 

 

 

Aujourd'hui, nous débutons le cours et à la fin de celui-ci je réserve une vingtaine de minutes pour accomplir ce devoir démocratique et civique, l'élection des délégués.

Nous commençons par un traditionnel "Qui souhaite se présenter", des mains se lèvent. Mais un élève particulièrement agité et perturbateur, se montre motivé pour se présenter.

 Je crains le pire, car les motivations de cet élève sont ... comment dire ... opposées aux valeurs de délégués. "Avec moi, vous allez voir les profs !" (l'air de dire qu'il va mettre au garde à vous les enseignants).

Je réexplique à nouveau le rôle du délégué, sa présence aux conseils de classes, son implication dans ceux-ci, le transmetteur entre ses camarades et les enseignants, la prise d'informations lors des conseils de classe ...

Rien n'y fait les élèves ont l'air déterminés à voter pour lui.

 

J'écris donc les 5 ou 6 élèves qui se présentent. Mais comment faire pour que cet élève ne soit pas élu ? La démocratie ça a du bon, mais il ne faut pas exagérer non plus !

 

Une idée me vient ... le dépouillement commence. L'élève se prénomme Benoît (j'ai changé le prénom), mais il se fait appeler par les élèves Ben.

Premier bulletin ... "Ben". L'élève est tout content, et il se sent déjà élu dès le 1er tour !

Moi je regarde au tableau la liste des élèves "Ben, ... mais il n'y a pas de Ben noté au tableau."

Les autres élèves me disent "Mais si Monsieur, c'est Benoît !"

Moi : "Ah oui, mais le bulletin est comptabilisé comme nul, ce n'est pas le bon prénom !"

Du coup l'élève a été écarté de l'élection, "ouf" (de soulagement).

En même temps, c'est tout à fait démocratique, puisque le prénom de l'élève n'était pas écrit comme il fallait !

 

Et puis à quoi bon élire un élève, dont le CPE aurait réclamé un mois après sa démission ?

 

 

 

Photo : Canal Saint Martin, Paris.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 08:47

Ambassade de Pologne 2012-09-15 11-04DSCN3072

 

Aujourd'hui, un élève m'a posé bien des difficultés. Celui-ci arrive en cours, puis mange dans le fond de ma salle. Je lui demande donc de stopper son petit déjeuner, mais rien n'y fait. A chaque fois il recommence.

 

De plus il ne prend pas le cours, ne voyant pas l'utilité (enfin, il a dit la même chose avec des mots beaucoup moins sympathiques).

 

A bout, je décide donc de me séparer de lui, en lui demandant donc de sortir. Il refuse, je vais donc vers lui pour l'inciter à sortir, il se déplace dans la salle de telle manière à ne pas sortir de celle-ci. Au passage, il arroge la classe pour que les élèves le soutiennent. Chose qu'ils font sans soucis !

 

Une fois dans le couloir, il cherche à rentrer en classe. Me positionnant devant la porte, il me pousse pour forcer le passage, je le maintiens à l'écart pour qu'il arrête de me pousser violemment.

Et là, il se déchaîne, il me tutoie, et me renvoie balader.

La classe est surchauffée, et j'ai du mal à gérer les deux fronts à la fois, l'élève nerveux et la classe déchaînée !

 

J'aperçois deux adultes dans le couloir, leur présence permet de calmer les esprits. Mais l'élève continue dans sa provocation.

En lui demandant de rester derrière la ligne désignant le seuil de la porte, il s'arrange à avancer au fur et à mesure pour me provoquer. Par ailleurs, il tente toujours d'obtenir l'appui de la classe ...

Je coupe donc le plus rapidement possible ce débat, et l'exclus définitivement … pour retrouver enfin le calme dans la classe !

 

 

 

Photo : Ambassade de Pologne, Paris.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 08:40

Tour Saint Jacques 2011-09-18 10-02DSCN1805

 

 

Une élève de 3°, que j'ai déjà eue il y a 3 ans, est toujours très absentéiste. Comme tout le monde le sait, les élèves entre eux ne se font pas de cadeau.

Si bien que cette élève, un peu du genre "caïd" a un surnom tout trouvé de la part de ses camarades.

Ils la nomment "La nouvelle", ce n'est pas vraiment valorisant pour elle. En même temps ça lui fait ravaler un peu son trop plein d'orgueil.

 

 

 

 

Photo : La Tour St Jacques, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 18:42

Rue Vergniaud 2012-04-07 16-21DSCN2595

 

 

Le fait d’avoir une bagarre en cours n’a rien de nouveau, cela fait partie du quotidien. Ce qui l’est moins, c’est ma façon de réagir face à ce genre d’événement.

         Dernièrement, après quelques insultes entre deux élèves, l’une d’entre elles s’est levée pour aller frapper la 2nde, à l’autre bout de la classe, j’ai hurlé en leur demandant de stopper cette violence. Un élève s’est précipité sur les deux filles pour les séparer.

         Une fois séparées, les deux (surtout une) ont continué à s’insulter. Je ne suis donc pas intervenu physiquement au milieu de la bagarre, laissant cette basse besogne à un autre élève qui s’est fait une joie de se rendre utile.

 

         Je n’interviens plus physiquement dans ce style de situation pour deux raisons. La 1ère, c’est que je souhaite éviter à tout prix le moindre contact physique avec les élèves, car j’ai toujours peur que cela me retombe dessus, du genre "Pourquoi avez-vous touché l’élève ? Pourquoi l’avez-vous poussée pour les séparer ? Vous avez agi de manière disproportionnée …

         La 2nde raison, c’est que je n’ai plus ni la force ni l’envie d’intervenir.

 

 

 

Photo : Rue Vergniaud, Paris.

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 19:23

Rue de Thorin 2012-05-18 15-41DSCN2723

 

 

Dernièrement, j’ai effectué une sortie scolaire sur Paris, celle-ci réunissait différents établissements ; des collèges, mais également des lycées. Avant même d’arriver sur le lieu de sortie, j’ai fait part de mes doutes à ma collègue qui m’accompagnait.

         Car qui dit autres établissements, dit élèves en provenance d’autres milieux sociaux culturels …

         Visuellement déjà, la couleur de peau de la totalité de nos élèves n’était pas identique aux autres. Et c’est même peu dire. En regardant les autres élèves, je m’aperçois qu’ils sont plutôt du style "blond chevelus à la mèche rebelle", vous savez, le même genre que Justin Bieber.

         J’étais extrêmement stressé, par cette rencontre. Car ça peut toujours déraper. Il est facile pour les blonds à la mèche rebelle de se moquer d’autant que ceux-ci sont sur représentés lors de cette sortie. Mais c’est sans compter sur nos élèves qui partent au quart de tour !

 

         De plus, nos élèves ne connaissent pas forcément les "codes" sociaux de bonnes conduites. Par exemple, il y avait un buffet d’accueil lors de notre arrivée. Même si nos élèves ne se sont pas précipités sur le buffet (et c’est tant mieux), ils y sont allés en troupeau, et pas de la manière la plus discrète qui soit.

 

         A un moment donné, l’une des organisatrices a eu l’idée de faire un tour de table, pour que chaque élève donne son prénom. Mon groupe avait des prénoms totalement méconnus du grand public, énoncés avec l’accent du bled ! Du coup, à chaque prénom, l’organisatrice a fait répéter nos élèves, car elle ne comprenait pas leur prénom.

 

         Enfin dans tous les cas, cette sortie permet à nos élèves justement de voir autre chose que leur quotidien au milieu de la cité.

         Ils ont cruellement besoin d’ouverture. Et l’avantage c’est que c’est totalement réciproque avec les fameux blonds …

 

 

Photo : Rue de Thorin, Pairs.

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:17

Rue des pirogues de Bercy 2012-05-18 15-42DSCN2724

 

 

Lors d'une évaluation, des élèves commencent à bavarder. Je rappelle qu'il est strictement interdit de parler lors du contrôle, sous peine de voir sa note divisée par deux. Deux élèves continuent, je refais une nouvelle annonce à ce sujet, puis elles réitèrent plus discrètement. Je précise donc que leur future note sera divisée par deux, comme annoncé précédemment.

Le lendemain, l'une des élèves vient me voir en disant avoir un mot pour moi. Je le lis : sa mère me demande de m'expliquer sur la cause de la division appliquée à sa fille. Alors que je n'ai pas encore corrigé l'évaluation. Je lui précise donc les faits.

 

Préférant éclaircir le sujet, j’appelle directement la maman de l’élève. Je comprends rapidement que c’est la fille qui fait ce qu’elle veut de la mère et qui lui a demandé d’écrire ce mot. Comme ceci l’élève a voulu me mettre la pression en tentant de m’intimider et ainsi faire supprimer cette "sanction".

 

 

 

 

Photo : Rue des Pirogues de Bercy, Paris.

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 20:59

Notre Dame 2012-05-17 10-33DSCN2696

 

 

Lorsqu’un "petit" élève (6° ou 5°) se permet d’être insolent ou extrêmement casse pied, je passe à la punition ultime, l’heure de retenue. Généralement les pires élèves ne viennent pas et ils vous le disent clairement ! Oui, car ils préfèrent jouer à la console ou trainer dehors.

Dans ce cas, je prends soin de prévenir le CPE et le prof qu’ils ont lors de leur dernier cours, pour que les élèves ne sortent pas à la grille. Du coup, ils viennent.

 

Histoire qu’ils ne me fichent pas en l’air le cours où je les colle, je m’arrange à les mettre en retenue pendant une heure de cours avec des 3°. Et je demande à un élève un peu "grande gueule" de se mettre à côté de mon élève collé, histoire de s’en occuper … il accepte toujours avec joie !

Généralement, l’effet est radical : mon élève mis en retenue ne bouge pas d’un sourcil, il ne fait pas le malin à côté d’un grand 3° ! En plus, l’élève de 3° se comporte de manière exemplaire (il est flatté), mais n’oublie pas de faire "peur" à mon collé.

 

Quand des élèves deviennent mes adjoints, c’est vraiment appréciable !

 

 

Photo : Notre Dame, Paris.

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.