Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 08:15

Opera Garnier 2010-12-11 0010

 

 

A mon entrée dans l’Education Nationale, je détestais les profs qui évitaient de se mélanger avec les nouveaux venus, et en particulier les remplaçants. Il se trouve que maintenant, je suis un peu comme ça. Cela me déplaît, mais j’ai eu quelques retours qui m’ont fait réfléchir sur le sujet.

En fait, cela fait maintenant quelques années que je suis dans mon établissement actuel, et chaque année, il y a son lot de nouveaux, qui restent pour la plupart un an, voire deux maximum. Puis il y a les autres enseignants qui eux resteront beaucoup plus longtemps, comme moi.

A chaque fois, je pose la question l’équation suivante : investissement = rentabilité. S’il n’y a pas de rentabilité, alors je ne m’investis pas. Car à quoi bon, essayer de développer des liens amicaux, avec des collègues qui partiront dans quelques mois.

Je ne ferme pas la porte pour tout l’aspect professionnel, loin de là, mais tout ce qui concerne le relationnel, je le  mets de côté, je ne fais pas d’effort particulier pour créer le lien avec ces nouveaux collègues.

Je sais bien que ce n’est pas sympathique de ma part, mais depuis les (nombreuses) années que je suis ici, j’ai fait des efforts sans avoir eu de retour à chaque fois. Car lorsqu’un collègue est muté, généralement, il tourne la page et ne garde pas contact avec ses anciens collègues.

Je ne cherche pas à "rentabiliser" mes liens amicaux, mais ça fait toujours mal de constater que je me sens proche de mes collègues, qui ne font absolument rien pour garder contact une fois mutés.

 

C’est peut être une forme de lassitude de ma part.

 

Photo : Opéra Garnier, Paris.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michael 24/02/2012 07:41

Salut,
C'est notre lot à tous. Mais ce n'est pas réservé aux profs qui mutent. Ma femme a quitté l'entreprise où elle a travaillé 7 ans et les liens se sont peu à peu distendus et maintenant 3 ans plus
tard, elle n'a plus contact qu'avec un seul de sa vingtaine d'anciens collègues. Chacun est embarqué dans le fleuve de la vie ....

Proald 24/02/2012 16:39



Je trouve ça plutôt "moyen", mais bon c'est la vie, oui en effet.



tourtinet 24/03/2011 13:44


et c'est là qu'on voit que les éléves sont parfois meilleurs de ce côté là.

j'ai gardé contact avec des gens partis bien loins ,et que j'ai vu parfois que 3 mois . Y en a un qu'est aux pays-bas en ce moment , alors pour le téléphone ;-)

et je suis pas le seul . J'ai aussi gardé contact avec une copine , alors que j'avais changé d'école en maternelle .

mais bon avec Facebook , il est beaucoup plus simple de parler contact avec des gens de passage , ( mais avec qui j'ai eu le temps de développer des relations amicales ,je précise) mais en CM2 ( et
j'ai encore des copains de CM2 dans le répertoire du téléphone fixe) j'avais ni portable ,ni facebook :


Proald 25/03/2011 19:29



C'est vrai qu'il pourtant beaucoup plus simple de garder contact aujourd'hui avc tous les moyens de communication dont nous disposons.



Kay-des-Quais 21/03/2011 12:39


c'est très humain et très parisien..... la roue tourne - ça m'est arrivé un peu partout et je ne suis pas prof - finalement j'aime bien les contacts amicaux brefs - je m'y suis très bien faite - je
me dis que c'est du bon temps passé avec quelqu'un et tant pis si c'est fugace - c'est comme manger un sorbet, non ?


Proald 23/03/2011 07:52



Drôle de comparaison :)



Vincent 19/03/2011 20:14


Salut Prof...!
Bah... t'as bien raison,les gens ne sont jamais reconnaissant.
a+ Vince.


Proald 20/03/2011 09:25



@+ et bon week end ensoleillé.



Beatrice 12/03/2011 14:49


Oui, j'ai connu ça aussi : on se donne les numéros de tel et les adresses et puis, rien ne se passe... La vie fait qu'on s'éloigne autant physiquement que "amicalement" et au bout d'un temps, ça
fait bizarre et presque incongru de donner des nouvelles ou d'en demander... alors, on ne le fait pas et on redevient des étrangers. C'est triste mais inévitable, je le crains.

Et finalement, en effet, la distance que mettaient les anciens avec nous à nos débuts était peut-être due à cette lassitude aussi.


Proald 13/03/2011 08:41



Je n'aimais pas cela, lorsque je suis arrivé comme nouveau dans l'établissement, et finale, je deviens quasi identique sur ce sujet ...



BBK.mel 12/03/2011 14:09


J'ai du mal à mettre dans la même phrase "liens amicaux" et "rentabilité". Peu importe que le contact soit créé pour quelques heures, quelques mois, ou de nombreuses années. C'est simplement un
moment sympathique à un instant donné.


Proald 13/03/2011 08:39



Malgré tout, ton "investissement" ou ta disponibilité, n'est pas la même suivant la relation présente et future que tu peux avoir avec la personne en question.



Armand 12/03/2011 09:36


Cher Prof,
Les amitiés professionnelles, cela aide parfois (horaires, mutations, promotions...).
Et les "relations" les plus utiles sont celles qu'on se fabrique soi-même!
Amitiés


Proald 13/03/2011 08:37



Oui, il faut peut être distinguer les différentes "sortes" d'amitié.



Aurélie63 12/03/2011 08:42


je ne dirais pas une forme de lassitude mais de protection. Personnellement j'en suis à mon 4ème établissement en 4 ans et effectivement des personnes de qui je pensais être proche ne gardent plus
de contacts... c'est dommage mais au bout d'un moment il faut savoir se préserver.
aurélie


Proald 13/03/2011 08:36



En effet, le terme "protection" est peut être plus adapté dans ce cas.



C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.