Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 16:29


 

Un truc que je trouve toujours aussi hallucinant, c’est de constater que certaines matières déficitaires en termes de salle de cours, ont des professeurs sans salle, du coup ils doivent se balader de salle en salle.

Dans le meilleur des cas, il se trouve à cheval sur deux salles de cours (ce qui est raisonnable). Mais dans le pire des cas ils ont quatre salles de cours. Dès fois dans la même demi journée, et ce n’est même pas des salles de cours à proprement parler.

Résultat à chaque sonnerie c’est la course pour le jeune professeur. Car oui, les anciens collègues gardent jalousement leurs acquis, et ne souhaitent surtout pas partager le gâteau avec les nouveaux arrivants.

Ces nouveaux arrivants ont la joie de découvrir le collège à travers leurs emplois du temps, ils arrivent même à avoir cours dans la salle du T.N.I. (Tableau Numérique Interactif). Le problème pour le collègue qui a eu cours dans cette salle, c’est qu’il n’était pas au courant que son feutre Velléda ne lui servirait pas à grand-chose, ni même ses craies d’ailleurs. Car sur le T.N.I., il faut écrire avec l’ordinateur.

Mais lorsqu’on a jamais utilisé le T.N.I., il est difficile de se l’approprier devant les élèves en direct. Du coup c’est les élèves eux même qui ont expliqué au professeur comment s’en servir.

C’est incroyable que personne ne l’ai prévenu (comme la personne qui fait les emplois du temps par exemple). Vive l’intégration !

 

Concernant les salles de cours, c’est également surprenant que le principal ou son adjoint ne remette pas en cause les acquis des "propriétaires". C’est tout simplement pour ne pas avoir d’ennuis avec les enseignants, car forcément les "anciens" sont généralement bien implantés dans l’équipe éducative. Du coup il ne souhaite pas se frotter à eux.

 

En attendant, les pauvres collègues, doivent voguer de salle en salle avec leurs gros sacs et leurs bouquins. Tout ceci sans la moindre compassion de ces fameux "propriétaires".

Il est bien évident que si ces collègues n’ont pas de salle, ils ont encore moins de chance d’obtenir une armoire pour stocker de manière temporaire leurs manuels scolaires qui ne rentrent pas dans un simple casier de prof !

 

Le savoir vivre ne rime pas forcément avec enseignant …


Photo : Colonne Vendôme, Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sonja 14/11/2009 08:37


C'est une vraie jungle à ce niveau aussi on dirait.
Le savoir vivre a disparu lui aussi depuis belle lurette. Les vilaines manières sont bien installées dans bien des corps de métiers. Et lorsqu'on a obtenu un avantage, même celui évoqué, on garde
jalousement sa part de gateau.
La solidarité n'est lui aussi qu'un mot. On l'enseigne, mais certains ont du mal à le faire leur.
C'est ainsi ! Egoïsme et orgueil n'ont pas de frontière...
Bon courage !


Proald 14/11/2009 11:20



Merci.



alphabet 24/10/2009 00:38


A la base, je suis contre le privé moi aussi . Mais vu que l'état ne respecte pas le droit fondamental de chaque enfant d'étudier sans risquer sa peau en allant à l'école, il doit participer ....


Proald 24/10/2009 17:44


En amont, il y a déjà un problème comme vous le précisez, l'état doit changer radicalement le quotidien des établissements scolaires.


alphabet 21/10/2009 22:44


C'est un peu pour cela aussi qu'elle est dans ce college et pas dans la ZEP dont elle dépend ;-). Mais si cela reste des enfants, et pas des anges ;-), ils ont tous un minimum d'éducation (ou
plutot, des parents qui preferent payer un college plutot qu'un abo à Canal Sat, c'est le meme prix !)


Proald 22/10/2009 08:19


Enfin si ce prix est si minim, c'est que l'état participe de manière importante, et je ne suis pas vraiment pour ce genre de chose ...


lydie 21/10/2009 21:54


Merci d'évoquer ce problème, ce tabou je devrais dire. Sensible à ce sujet : 9 heures de cours dans un collège et 8 salles différentes avec ce petit record personnel de 4 salles différentes sur une
matinée. Et ce TNI qui provoque l'onanisme autour de moi, couronnement d'une carrière ? La salle ne fait ni le prof ni le cours mais quand on perd 10 minutes à retrouver les élèves paumés car ils
ne savent jamais où le cours va avoir lieu, c'est soit une crise de rire nerveuse ou des envies de meurtre. Et je passe sur les collègues poste fixe qui eux peuvent avoir le privilège doser mener
des projets comme si on ne pouvait pas avoir réfléchi à des projets pendant l'été et les mettre en fabrique dès septembre. Je deviens un brin agressive et ce n'est pas le ton de ce blog alors je
m'arrête là. J'admire votre ténacité et votre désir continu de comprendre ce qu'il se passe autour de vous, des qualités indispensable à l'enseignement me semble-t-il.


Proald 22/10/2009 08:10


Toi, tu as obtenue le gros lot !!!
Il m'arrive d'être agressif également dans mes propos.
Bon courage pour le parcours entre tes salles.


karine 21/10/2009 20:26


Bonjour,
Je découvre votre blog ...j'aime bien le ton et voir quelques collègues égratignés par vos propos ne me choque pas .Cet univers de profs désespérément arc boutés sur quelques privilèges ( et on
peut les comprendre , il n'y en a plus tant que ça )est désespérant .Dernier arrivé , remplaçant : même combat ! Et toc ! Bon courage !
Karine


Proald 22/10/2009 08:00


Bon courage à toi également.


alphabet 18/10/2009 22:04


Bien entendu, il y a un atelier pour les arts plastiques, un labo pour la SVT etc ...
Pour le 2ème point, j'avoue que je ne sais pas.
Et pour l'interclasse, ben ... si, ils sont seuls (pas bien longtemps) ? Ce ne sont pas des fauves, ils ne s'entredévorent pas ;) (enfin ... dans le petit collège privé et assez coté où est ma
fille, toujours ;)


Proald 19/10/2009 11:15


Oui c'est bien ce qui me semble, car je ne me vois pas laisser une classe sans surveillance même moins de 5 minutes. Car déjà avec un adulte dans la classe c'est pas gagné, alors sans adulte, c'est
la catastrophe !


le majeur 18/10/2009 20:58


c'est très dommage que les débuts des jeunes profs se passe de cette manière, ça ne doit pas vraiment donner envie de rester...


Proald 19/10/2009 11:13


Le début est déjà houleux pour le nouveau prof, et en plus nous lui rajoutons des difficultés supplémentaires.


marie 17/10/2009 12:42


Je suis prof titulaire en svt , dans le meme college depuis 2 ans après y avoir fait 1 an en tant que TZR ...Mais faut croire que ce statut doit me coller à la peau car j'ai cours dans 3 salles
différentes (alors que chacune de mes collègues ont leur propre salle !) dont une d'histoire -géo ! Ce ne sont meme plus mes livres et mon cartable que je déménage mais un chariot à roulette (genre
ceux des hopitaux) !!!C'est usant ... et les élèves savent en profiter !


Proald 17/10/2009 20:02


C'est honteux. Je ne comprends pas pourquoi les responsables d'établissement consentent à ce genre de chose. Garde courage.


cpe 17/10/2009 12:28


on oubli quand même que ceux qui se déplacent le plus se sont les élèves et qu'ils sont extrèmement chargés.


Proald 17/10/2009 20:00


C'est vrai que l'idée de faire une salle pour une classe est plutôt intéressante.


Nita 16/10/2009 20:12


Il y a aussi des établissements où ce sont les "matières" qui ont des salles, et non les profs, et où les profs bougent.
En général ce que tu décris n'est possible que lorsqu'il n'y a pas de sureffectifs, il y a parfois des établissements où il n'y a pas assez de salles pour tous les groupes (enseignants + élèves, en
groupes, ou en classes entières)


Proald 17/10/2009 19:53


Actuellement c'est le cas dans mon établissements (manque de salles).


Disparue 16/10/2009 12:56


ah comme ça me dit quelque chose ce que tu racontes... TZR depuis 6ans, je peux te dire que j'en ai fait des "courses d'orientation" dans les couloirs d'établissements divers et variés... Une année
j'ai eu jusqu'à 7 salles... un peu usant et irritant à force...
Au début, tu te presses, puis... plus du tout!
On fait avec mais une chose est sûre, cela donne une image négative de nous aux élèves et aux autres profs. Pour les premiers, on est une sorte de "sous-prof" qui n'est là que pour remplir les
salles inoccupées dans l'attente qu'un vrai prof revienne, et pour les seconds (qui ne feront parfois même pas l'effort d'apprendre ton nom..) c'est bien normal car on ne fait pas "vraiment" partie
de l'établissement...
Réjouissant mais pourtant c'est vrai.
Pour ma part cette année, je suis dans un bahut où chaque prof a une salle (même moi, chic!) mais les années passées m'ont appris à faire mes heures, à partir le plus vite possible, sans me lier
avec mes collègues car la plupart ne me considère pas comme un des leurs...

vivement les vacances...


Proald 16/10/2009 14:36


7 salles ... c'est énorme !!!
J'ai vécu aussi ces années TZR (enfin une seule) et j'ai aussi ressenti le phénomène du "sous prof".


alphabet 15/10/2009 22:31


Au collège de ma fille, le "problème" a été inversé. Chauqe classe a une salle, et c'est les profs qui vont de salle en salle. Du coup, les gamins peuvent laisser une partie du matériel sur place
(dont dictionnaires ...) et ne se tue pas le dos, et il y a beaucoup moins de bruits et de pagailles aux interclasses, les profs étant en général moins bruyants que les élèves. Et du coup, aucun
prof n'a de salle, pas de jalousies !


Proald 16/10/2009 14:34


Je trouve cette solution, tout à fait honnête. Mais elle a des limites, je pense notamment aux profs de musique et de science, qui ont du matériel et ne peuvent changer de salle que
difficilement.
Il y a également un 2nd point négatif, le fait que le prof ne fasse pas cours dans sa salle ni dans une salle, mais dans la salle des élèves. A travers cette solution, nous renforcons le fait que
les élèves soient chez eux, ceci est un atout en moins pour le prof. Et comment font-ils pour que les élèves ne soient pas tout seul lors de l'interclasse ?

A part ça, il n'y a que des points positifs, plus de mouvement de masse dans les couloirs (donc moins de détérioration), même place pour l'élève (qui n'est donc plus tenté de "ruiner" sa table ou
sa chaise), plus de cartable lourd à se trimbaler, ...


T0m-S 15/10/2009 21:55


Oui c'est une solution aussi


Proald 16/10/2009 14:29


...


T0m-S 15/10/2009 19:03


Et oui, malheureusement il n'y à pas que les élèves qui sont méchants et désagréables, certains prof le sont aussi (heureusement il y a des gentils dans les deux camps).

Et les collègues plus jeunes devront attendre qu'un ancien parte pour jouir d'un local.

Je pense que c'est aussi une mesure de sécurité dans le sens où le jeune prof peut toujours changer d'établissement, et donc lui donner un local serait injuste contre un prof qui installe son
matériel particulier.

C'est vrai que c'est injuste, mais malheureusement peu d'écoles ont les moyens de satisfaire tous les prof y travaillant.


Proald 15/10/2009 21:18


Je trouve, que le problème devrait être divisé entre tous les profs, et que chaque prof soit itinérant.


mmandi 14/10/2009 23:11


Sans oublier aussi que bien souvent ces même profs gardent pour eux le matos genre videoprojecteur fermé à clef dans les salles qu'ils s'attribuent.
Bien sûr que les profs sont souvent incapables de se respecter entre eux.
L'autre jour, j'ai demandé à une élève d'aller rapidement me faire des photocopies pour elle et les autres qui avaient oublié leur doc. J'ai oublié de mettre mon code. Pour 3 copies d'une feuille,
la prof a refusé de les faire avec son code. Y'a franchement des moments où je me dis que les profs sont parfois des gens un peu à part.


Proald 15/10/2009 21:16


Ah le code photocopieuse ...


Celeborn 14/10/2009 22:32


On peut mécontenter certains beaucoup, ou mécontenter tout le monde un peu, avec cette histoire de répartition des salles. L'expérience prouve qu'effectivement, la première solution crée moins de
tensions. Il faut tout de même concevoir que l'administration préfère ne pas trop agacer les professeurs en poste fixe, dont on est sûr qu'ils seront là l'année prochaine. Une autre raison est à
mon sens très valable : ces professeurs peuvent mettre en place des projets/particularités/de l'installation de matériel qui fonctionnent sur du long terme, et nécessitent un certain aménagement de
la salle. J'envisage par exemple d'installer une bibliothèque au fond de ma salle d'ici l'année prochaine : c'est une assez bonne raison pour qu'on me la laisse.


Proald 15/10/2009 21:13


Oui, mais d'un autre côté, ceux sont les nouveaux profs qui ont besoin de plus d'aide vis à vis des élèves. Et en les changeant systématiquement de salle, ils ont d'autres problèmes supplémentaires
à gérer.


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.