Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 22:06
         J'écris ce texte juste après avoir eu un cours en salle informatique avec une classe de 3ème, les élèves sont relativement nombreux, ils sont 28, et je n'ai pu dénombré aucun absent, malheureusement !
 
         Dans cette salle les élèves se croient chez eux. Lors de leurs venues en classe, ils s'installent comme ils le souhaitent, je suis obligé de répéter, qu'ils doivent se mettre comme en salle de cours classique. Heureusement dans la salle normale, je les classe par ordre alphabétique, donc pour les remettre en ordre, je prends simplement la liste des élèves. Je ne peux les laisser s'installer à leurs convenances, sinon c'est la débandade, euh pardon c'est déjà le cas !
         L'hiver, il faut leur demander à de multiples reprises de retirer leurs blousons. Une fois que tout ceci est terminé, je peux débuter l'appel, soit environ 10 minutes après le début du cours.
         Les instructions sont données, et les élèves se mettent peu à peu au travail. C'est à ce moment précis que j'ai quelques précieuses minutes (j'ai mis un S à minutes, mais je ne sais pas si ça atteint les 2 minutes !) de répits, avant la tempête.
         Entre l'élève qui attend comme une loque que le cours se termine (ce spécimen ne me gêne absolument pas), celui qui se lève (sans autorisation bien sûre) pour aller voir un camarade ou en frapper un autre (histoire d'animer le cours), celui qui va sur internet (toujours sans autorisation), celui qui supprime les travaux sauvegardés de ces voisins par l'intermèdiaire du réseau et ces 2 élèves qui posent 30 000 questions à l'heure, vous devenez très vite débordé.
 
         Vous avez beau gérer les priorités, lorsque vous intervenez auprès d'un élève qui se trouvait sur le net, le temps de cette intervention vous en trouverez sans aucun doute un 2nd un peu plus loin en train de récidiver et peut être un 3ème. Ces dans ces moments, que vous comprenez le métier difficile du flicage. Car oui, les cours en salle informatique se réduisent en interventions, mots dans le carnet, exclusions et rapports disciplinaires.
         Mais là encore, vous êtes submergé par les mots, les exclusions, car n'oubliez pas, il faut remplir la paperasse pour toutes ces choses.
 
         Suite à ce genre de cours, j'ai compris pourquoi il y avait des grilles de sécurité aux fenêtres du 2ème étage, ce n'est pas pour les voleurs, mais pour éviter qu'un élève passe par la fenêtre, ou un prof, tout est une question de point de vue…
         Cette grille est votre bonne étoile.
 
         Ce style de cours se répète régulièrement avec quelques nuances, mais dans l'esprit le cours reste sensiblement le même.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

toujour l'étudiante 02/05/2008 20:51

Je sens une pointe d'humour dans cette article et dans d'autre d'ailleur. Vous me direz il en faut beaucoup plus que n'importe quel humain pour travailler dans ces conditionss ^^

Proald 05/05/2008 22:39


J'essaye de tourner certains articles en dérisions, mais ce n'est pas simple.


Toumar 12/07/2007 08:49

Pourquoi ne pas tout simplement debrancher les ordinateurs ? et si les eleves s'amusent a les rebrancher, pourquoi ne pas retirer les cables d'alimentation ?Certes, l'operation vous prendrait 4 minutes au debut et a la fin du cours (remettre les cables en place), et vous en gagneriez peut-etre davantage a ne pas constamment flicer les jeunes ?

Le prof à la dérive 12/07/2007 10:48

Oui, mais que feraient les élèves ? Parce que mettre une punition, il faut la gérer en plus, avec un peu de chance ils resteront dans leurs coins (sans faire la punition, mais ce n'est pas grave).Enfin si j'en suis réduit à débracher les câbles d'alimentation, il faut peut être mieux rester dans la salle de cours banalisée.

Erotica51 02/04/2007 16:46

Bonjour Vous avez choisi un metier peu facile. Aujourd'hui, vous devez etre prof, educateur,parent remplçant, confident, spychologue, etc... Je ne suis pas sure que l'education nationale ait bien compris comment motiver les jeunes enseignants. On ne met pas ceux dans les ecoles les plus dures pour debuter le metier! Sinon, gare à la fuite de nos bonnes volontés. Si vous allez son mon blog, je vous invite toutefois à lire un texte nommé : une femme formidable qui vous fera chaud au coeur. Allez courage ! Peut être que, dans quelques années, un de ces jeunes dont vous vous occupez, ecrira-t-il lui aussi un message reconnaissant face à ce dur metier et à l'homme qui aura su le modeler. Marie

Le prof à la dérive 12/07/2007 10:51

Il faut savoir être POLYVALENT, c'est le maître mot.

BIBI 01/04/2007 09:57

quel courage cette vie de prof...
les politiques pourraient revoir les salaires à la hausse, car enseigner, surveiller, faire office de parents, éducateur...

Le prof à la dérive 12/07/2007 10:53

Enfin le salaire reste secondaire et loin dérrière les différentes préoccupations de l'enseignant.

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.