Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 07:23
         Il m'arrive parfois de constater que j'ai de nouveaux amis parmi… mes élèves !!! Je sais, c'est regrettable.
 
         Lorsque je sers la main à un surveillant pour lui dire bonjour, un élève à côté me tend sa main à son tour ! Cela arrive régulièrement, ils essayent de vous mettre dans la poche et de vous déstabiliser. Mieux vaut couper court à cette situation en refusant catégoriquement de faire ceci. Sinon, vous n'aurez plus qu'à serrer la main à tous vos élèves, si vous ne voulez pas vous faire taxer de favoritisme. Mais ils vous demandent pourquoi vous n'acceptez pas de leur serrer la main.
 
         Autre point, lors d'une interclasse, je me trouvais dans le hall du collège, un élève est arrivé à côté de moi en me tapotant avec la main sur mon épaule, en me disant bonjour, comme si j'étais son pote ! Celui-là, il a insisté en plus, c'est vraiment déprimant, parfois j'ai l'impression de patauger, d'être démuni de tout pouvoir.
         Pour le remettre à sa place, j'ai utilisé la méthode des élèves. C'est-à-dire que j'ai regardé fixement sa main sur mon épaule (pour lui faire comprendre qu'il y avait un problème), et une fois qu'il a retiré sa main, j'ai frotté mon épaule comme pour la nettoyer. Ça ne lui a pas vraiment plu, du coup il est parti, il a dû avoir honte.
         J'ai précisé qu'il s'agissait de la méthode des élèves, car si vous avez le malheur de toucher à leurs affaires ou à eux même, ils regarderont fixement votre main puis essuieront l'endroit où vous l'avez posée. Qu'elle délicatesse ?
 
         Dernier point, encore moins sympathique, je passe dans le hall du collège et un élève une main dans la poche adossé au mur situé à l'opposé du hall (avec un air nonchalant) m'interpelle. Mais pas n'importe comment, il me dit un "eh monsieur" en me faisant un geste de la main pour que je vienne le voir ! Un peu comme si j'étais son chien… En un instant, je suis passé du statut de prof que je pensais autoritaire à celui d'esclave. Je me suis momifié quelques instants puis j'ai rétorqué que c'était à lui de venir me voir si il souhaitait me parler et non l'inverse en précisant que je n'étais pas son chien. J'étais tellement énervé et étonné que je suis parti sans rien faire d'autre.
 
         Parfois, j'ai l'impression que ceux sont les élèves qui dominent la situation et qui mènent la barque, et l'enseignant devient une sorte d'objet sans vie…

Partager cet article

Repost 0
Published by Le prof à la dérive - dans Chapitre 2 : Néotitulaire (2006-2007).
commenter cet article

commentaires

florilège 03/08/2007 10:40

"la première chose que je leur apprends EST de dire bonjour", mon dieu je fais me faire chahuter... (^_^)Mé bond cé lait vaquence jeu fé dé fotte six jeu ve!!!

Le prof à la dérive 09/08/2007 21:30

Si en plus tu vois tes fautes, tout va bien.

florilège 03/08/2007 10:36

En maternelle, la première chose que je leur apprends et de dire bonjour, aurevoir, merci et s'il te plait. Ce n'est pas du tout un réflexe pour eux. Cela prend environ un trimestre pour que ce soit un réflexe justement. Mais la politesse ne devrait pas être inculquée qu'à l'école, sinon ça se perd très vite alors que c'est essentiel...

Le prof à la dérive 09/08/2007 21:26

C'est même le début du commencement pour vivre "correctement" en sociètè.

sharlotte 17/07/2007 14:21

"ce sonr les enseignants qui decident"... oui, ms on en est arrivé à un point ou il faut expliquer aux eleves pourquoi nous decidons, pourquoi ils doivent nous obeir...un parce q c comm ça ne suffit plus... un conseil : ne sers plus la main qux surveillants! un salut de la tete et de vive voix suffit, non? perso je ne sers la main qu'à mon chef detablissement, point... et quand un élève cherche à trop se rapprocher (tutoiement, langage, etc)je lui explique fermement les rapports "professionels" que nous avons...pas facile les ados, n'est-ce-pas? et on a pas fini d'en baver! ;-)

Le prof à la dérive 17/07/2007 18:06

Ce n'est que le début... comme dirait mon bon monsieur !:-)

Benny 09/07/2007 10:41

"Parfois, j'ai l'impression que ceux sont les élèves qui dominent la situation et qui mènent la barque, et l'enseignant devient une sorte d'objet sans vie…"Comment dire...1) Oui ils dominent...Du moins, c'est l'impression qu'ils ont.L'inverse, n'est tout simplement pas concevable pour eux.Et c'est normal.Toi meme, accepterais tu de ne pas dominer ? D'etre dominé?Qui l'accepterait ?Quand on entretient un rapport de dominant à dominé, faut pas s'étonner que ça puisse aboutir sur un conflit, voir une guerre.2) Evidement que tu es un objet sans vie.Pourquoi serait tu différent du reste du monde qui l'entoure?Parceque tu es prof?Dans ses yeux, avant d'etre prof, tu es une contrainte, un "emmerdeur", un pourisseur de semaine.Désolé de te balancer ça, comme ça, mais j'ai l'impression que tu n'as jamais été du mauvais coté de la barriére.Tout ça semble nouveau et incompréhensible pour toi.Je ne dis pas qu'ils ont raison d'etre ce qu'ils sont.Ils sont juste pas finis et complétement paumés dans un monde qui les regarde comme de la merde.

Le prof à la dérive 09/07/2007 12:51

Je suis "dominé" régulièrement, par mes supérieures qui m'obligent à faire telle ou telle chose ainsi, par les lois qui nous encadrent tous ... etc ... Nous n'avons pas besoin de l'accepeter, c'est une obligation.Le terme "dominé" est peut être mal choisit, mais je voulais simplement dire, que ce sont les enseignants qui décident et non pas les élèves.

Clo (pause-cafe) 04/07/2007 18:27

Je trouve ta maniére d'agir tout a fait en situation:regarder la main et t'essuyer l'épaule.Puisque les éléves ne connaissent que ce langage il faut donc,pour se faire comprendre,parler comme eux.J'ai fait l'instit pendant 20 ans,et aprés 3 ans de Zep(79/80:début des zep...personne ne savait par quel bout s'y prendre ni ce que Le ministére voulait et attendait de nous.En plus pas de crédits ni de personnel supplémentaire-------->créez votre zep !)Donc au bout de 3ans de zep en province,j'ai quitté l'enseignement.....Bon courage donc a vous mes collégues et je salue votre mérite:0014:

Le prof à la dérive 04/07/2007 21:28

Bin, actuellement je ne suis pas en ZEP en plus, par contre l'année prochaine...

Castafiora 30/06/2007 18:37

Encore moi !Ecoute, si comme moi tu as l'esprit d'escalier, ce serait bien de te faire un petit manuel pour toi tout seul de toutes les situations que tu peux affronter et de ta réaction face à ces situations. Ainsi, le moment venu, tu saurais quoi faire, tu aurais le bon geste !Tu peux t'endormir aussi en y pensant ! J'ai l'écriture facile mais pas la répartie facile, souvent je ne sais quoi faire, quoi répondre et je m'en veux mais c'est trop tard. Ca s'amliore très légèrement en vieillissant. Le problème, c'est qu'avec ce genre de comportement, je peux devenir très violente sans que personne ne comprenne pourquoi - moi, je sais que j'ai atteint ma dose maximale du suportabilité, tu vois ce que je veux dire ? Tu connais "La Mule du Pape" d'Alphonse Daudet (c'est dans "Les Lettres de mon Moulin) - lis ou relis et tu comprendras..... Si je te fais sourire, tant mieux, j'adore ça !

Le prof à la dérive 01/07/2007 12:43

Il m'arrive d'avoir la répartie suffisante mais tout dépend du contexte ainsi du sujet traité. Mais lorsque je ne m'attends pas du tout à la situation, là c'est plus compliqué.Je te comprends tout à fait sur le sujet.Sinon, merci de te préoccuper de ma lecture... je vais chercher ce passage.

paro2006l 30/06/2007 14:38

Pour la main sur l'épaule, tu as eu de la chance qu'il ne s'est pas rebiffé, car il aurait pu t'ajuster.Tu aurais dû le prendre à part et lui faire comprendre que nous ne sommes pas des potes et que d'orénavent, tu souhaiterais qu'il t'aborde autrement.Juste un signe de la tête suffisait pour saluer et que c'était un signe de politesse aussi.

Le prof à la dérive 30/06/2007 17:48

J'aurais probablement dû lui expliquer, mais sur le coup je n'ai pas voulut perdre mon temps inutilement.

les enfants gatés 30/06/2007 12:36

Un jour un vieil ami ancien instit a eu la surprise d'avoir la visite d'un ancien élève. ils ne s'étaient pas vus depuis 48 ans. L'élève lui a dit  : je ne sais si vous vous souvenez de moi... Et il lui a répondu : OUI !!!! 1959 !!! Ils ont passé la soirée ensembles, manger un bout de gras et dans les regards de ce vieil homme ainsi que dans ceux  de cet élève devenus bien grand aussi, on pouvait voir cette lueur d'"amitié", de fierté, de connivence, que seuls eux pouvaient comprendre.Flo

Le prof à la dérive 30/06/2007 13:52

C'est attendrissant, ça réchauffe le coeur, mais je ne suis pas encore un "ancien" prof.

Philippe 28/06/2007 12:09

concernant la main sur l'épaule, je trouve que tu y as été un peu fort quand même. Tandis que pour l'interpellation, je t'ai trouvé dans le ton. Comme quoi. Mais tout cela est très subjectif.Pour la main sur l'épaule, je me serais contenté d'un rappel verbal modéré du style: "Ecoutez "X", si vous voulez attirer mon attention, faites-le en y mettant les formes, pas comme si nous étions camarades." Je sais: facile à dire...Du coup, je me demande si, en milieu scolaire, des séances de "savoir vivre" ne seraient pas utiles... L'instruction civique, c'est bien, mais pourquoi pas quelques notions de savoir vivre, et aussi de secourisme (mais c'est une autre histoire)?

Le prof à la dérive 28/06/2007 15:35

Des cours de savoir vivre seraient tès utiles, 'jen suis sûre. Et cela se répercuterait dans tous les cours. C'est une très bonne idée je trouve.

Castafiora 28/06/2007 11:17

Proald, toujours terribles ces situations mais drôles aussi ! Peut-être est-ce ton style, la façon dont tu décris les situations, peut-être est-ce parce que je suis persuadée que tu t'en sortiras quoi que tu fasses !Par rapport à ce que tu dis, j'ai eu aussi cette impression quand j'habitais rue de Staël. Pas en 1974 bien sûr, beaucoup plus tard, je ne sais pas trop quand. Mes voisines et moi faisions attention à ne pas sortir en même temps que les élèves pour ne pas être bousculées ou arrosées d'eau ou de farine et d'oeufs ou de coca.....Quand je me trouve par hasard avec des "loulous" comme ça, j'ai l'impression que je suis invisible pour eux, un fantôme.......... Ils me passeraient au travers que je ne serais pas étonnée... Je comprends bien ce que tu racontes toi qui est dans l'arène ! Ouais, j'ai l'impression que tu t'en sortiras..... je ne sais pas comment, mais tu as un grand potentiel et un bon mental !Courage ! (petite leçon de l'instit' de service : "tu me serres la main et tu me sers à boire" - en toute amitié) 

Le prof à la dérive 28/06/2007 15:32

:-)Tu as toujours le chic pour me donner le sourire toi.

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.