Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 08:57

 

En me dirigeant vers le collège je croise un ancien élève, comme cela se produit régulièrement. Nous nous disons bonjour et discutons, notamment de sa scolarité. Par la suite il me demande "Et au collège, toujours la même chose ?", je réponds "Depuis 2 ans, il y a eu pas mal de nouveaux enseignants et les élèves aussi ont changé !", A ceci il me dit : "C'est pour ça que vous avez des cheveux blancs !". Aïe ! Ça fait mal !

Photo : Maison du Danemark, Paris.

Photo : Maison du Danemark, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald
commenter cet article

commentaires

magnin 05/06/2014 22:14

J'ai peut être un peu exagéré mais n'y a t- il pas un peu de vrai.Les enseignants sont quand même de drôles d'oiseaux.Sans les vacances,ils seraient en voix de disparition..non?

magnin 08/06/2014 02:37

Non,mais je connais tellement ce milieu..

Proald 07/06/2014 06:50

S'agirait-il d'une provocation ? ...

vivi 05/06/2014 19:16

La vérité sort de la bouche des enfants, c'est bien connu ( même si ce sont de grands enfants !!! )

magnin 04/06/2014 00:55

Pourquoi les blogs d'enseignants (j'en lis beaucoup)sont souvent teintés d'amertume, de sinistrose,de dégoût,de pessimisme?
Bien à vous,

Proald 04/06/2014 14:36

Tant que ça !

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.