Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 10:57

Galerie Lafayette 2010-12-11 0002

 

 

Mes oreilles traînent un peu partout… et ceci me permet d’apprendre certaines histoires, certains ragots, mais pas seulement ; il m’arrive d’entendre aussi des discussions sur le fonctionnement même de l’établissement.

Dernièrement, j’ai appris comment le principal gonflait le budget particulièrement important d’Ecole après l’école.

Tout d’abord pour les "non éducation nationale" quelques précisions.

L’école après l’école est un dispositif qui permet aux élèves volontaires de rester au collège de 16h à 18h, pour l’aide aux devoirs ou pour participer à un atelier (journal, danse, théâtre, …). Les élèves y sont encadrés par des assistants pédagogiques, des C.P.E., des documentalistes et des enseignants volontaires.

Chaque adulte est donc rémunéré en heures supplémentaires. J’ai déjà évoqué l’aberration de la différence de rémunération pour faire le même travail entre les adultes participant à ce dispositif (V. L’école après l’école.).

Toute personne souhaitant participer à ce dispositif peut le faire à condition d’avoir des élèves (ceci ne pose pas de problème), et d’avoir les heures attribuées par l’Inspection Académique pour l’établissement.

L’année dernière, devant le manque de moyens accordés pour ce dispositif au collège, le principal a choisi  ni plus ni moins de truander. Si, si !

 

Je m’explique, pour combler le manque de budget alloué pour le fonctionnement de l’Ecole après l’école,  il a mis en place une stratégie : lors de chaque absence courte durée des professeurs, il a fait croire à l’Inspection Académique que des enseignants internes à l’établissement remplaçaient les absents. Comme ceci il a obtenu une nouvelle enveloppe destinée à rémunérer les remplaçants, qui n’existaient pas. Ce nouveau budget a servi en fait à financer l’école après l’école de notre collège.

 

Voilà comment le principal a détourné certains fonds, non pas pour son intérêt propre, mais pour l’intérêt du collège. Enfin c’est tout simplement illégal !!!

Il a joué avec les lignes du budget !!!

 

Ce stratagème a été mis à jour cette année. Le dispositif d’Ecole après l’école, au final, vivait au-dessus de ses moyens : trop d’adultes volontaires organisaient des ateliers sans savoir que les heures réelles réservées pour ce dispositif ne permettraient pas de terminer l’année. N’ayant d’autres choix, il a alors été gentiment demandé aux adultes de réduire l’activité de ce dispositif … Chose très prudente à mon sens.

Néanmoins, je me pose une petite question : moi qui ai adhéré à ce dispositif, pourrai-je finalement être payé à juste titre pour les heures effectuées malgré l’absence de budget ?

Ou bien dois-je me résoudre à l’idée que je ne toucherai jamais rien pour ce travail-là ? ...

 

Photo : Galerie Lafayette, Paris. 

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 19:17

Grand palais 03

 

 

Savez-vous qu’il est interdit de préparer ses élèves de 3ème au brevet, le tout en fermant l’établissement pour les autres élèves. Car les élèves doivent être scolarisés jusqu’à la fin de l’année, et en plus, les 3ème de toutes la France doivent se trouver sur le même pied d’égalité. Nous en sommes loin !

Car, si théoriquement il est interdit d’organiser des jours voire une semaine de préparation au brevet dans les établissements, la réalité n’est pas celle-ci. Dans de nombreux établissements les enseignants des matières concernées sont mis à contribution pour refaire des exercices, mettre en bonnes conditions les élèves face au brevet. Ce qui en soit paraît plutôt bien, mais cela se traduit par des élèves avantagés par rapport à d’autres.

Du coup les élèves se trouvant dans les établissements préparant au brevet, sont plus aptes à faire face à cet examen, et ceci jette encore un peu plus le discrédit sur ce diplôme National, qui ne reflète qu’un niveau local pour chacun des établissements scolaires !

Il devient de plus en plus difficile de s’aventurer à comparer le niveau d’obtention du brevet d’un établissement à un autre … d’autant que pour obtenir le brevet, les notes de 3ème sont prises en comptes … (XII Augmenter la moyenne coûte que coûte).

         D’ailleurs cela n’est pas fait pour donner plus de chance à votre enfant d’obtenir le brevet, mais plutôt pour obtenir un meilleur pourcentage de réussite au brevet à l’établissement qui saura le clamer haut et fort et se faire ainsi de la publicité …

 

 Photo : Le grand palais, Paris.

 

Repost 0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 18:39

Grand palais 01

 

 

         C’est une autre histoire qui ne s’est pas déroulée dans mon établissement, mais vu la gravité de ces faits, je ne résiste pas à l’idée de les partager.

 

         Suite à une altercation entre une enseignante et un élève, l’élève a mis un coup de pied dans le ventre de celle-ci. Déjà le geste me paraît violent et inacceptable, mais il faut préciser que cette enseignante est enceinte !!! Ce qui change encore considérablement la donne.

         Ce genre de chose me semble totalement surréaliste et pourtant cela est arrivé ! Comment gérer une affaire aussi importante entre les murs d’un établissement scolaire ?

         Heureusement la collègue n’a pas eu de séquelle ni son bébé. Mais cela ne retire en rien la gravité de ce qui s’est déroulé !

 

         Que va avoir l’élève ?

Et bien, oui, l’élève est passé en conseil de discipline, mais, non, il n’a pas été exclu. Pourquoi ? Bien, parce que, selon l’administration de cet établissement, "l’exclusion n’est jamais une solution, l’exclusion crée l’exclusion, et le décrochage scolaire". Ainsi, une "sanction doit toujours être éducative, positive, en lien avec la faute commise, afin que l’élève y donne un sens" ... bla bla bla ...

Enfin, pas de sanction, plutôt  des discussions….

 

Mais qu’en pensez-vous ?

Ne pensez-vous pas que pour se construire dans la vie, l’enfant, le jeune, l’ado a besoin de limites et que c’est le rôle des adultes de montrer la voie en définissant ces limites.

 

Parce que maintenant, ce que les autres élèves se disent entre eux, c’est que dans ce collège, si tu frappes un prof ce n’est pas bien grave car au final tu n’as qu’une remontrance et pas d’exclusion.

Et pour moi, cela signifie que tout est permis !

 

 

Photo : Grand Palais, Paris.

 

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 23:11

La Madeleine 03

 

 

         Ceci s’est déroulé dans un autre établissement que le mien, mais je tiens malgré tout à raconter cette histoire.

 

         Suite à une altercation entre une élève et une surveillante, l’élève a giflé (sans retenue) la surveillante. Si dans de nombreux collèges de France et de Navarre, l’élève aurait aussitôt été exclue jusqu’au conseil de discipline qui aurait décidé du renvoi définitif de l’élève, dans d’autres établissements il n’en est rien !

 

         Qu’a-t-il été décidé pour cette élève ? Sous le prétexte que cette élève a eu des grandes difficultés scolaires, familiales, sociales…, il faut passer l’éponge et s’asseoir sur son amour propre. Mais ce n’est pas fini, au lieu de remettre en cause l’élève, c’est la surveillante qui va passer sur le gril. Car pour le principal c’est elle qui n’a pas su temporiser et différer le conflit. Du coup, il y a de fortes chances pour que son contrat ne soit pas renouvelé à la rentrée.

         Dans certains lieux, elle passerait pour une victime, ici elle est tout simplement celle qui a créé l’incident !

 

 

Photo : La Madelaine, Paris.

 

Repost 0
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 10:15

Arc de triomphe

 

Nous sommes en plein dans la saison des conseils de classe pour ce dernier trimestre de l’année scolaire. Et c’est à cette occasion que nous nous concertons notamment sur le passage en classe supérieure ou non.

Et le principal nous a donné quelques consignes dont notamment celle où il ne faut pas dépasser 2 redoublements par classe.

Il faut dire qu’à 6 000 € le redoublement, on comprend pourquoi la consigne va dans ce sens … car oui dans l’éducation nationale aussi, le sujet du rendement et de l’investissement se pose de plus en plus …

         En même, il faut faire attention à ce que le redoublement demandé soit un redoublement utile, car certains élèves peuvent prendre en défaut l’école et tout simplement devenir absentéisme, dans ce cas, les deux sont perdants. C’est LA chose à éviter !

 

 

Photo : Arc de Triomphe, Paris.

 

Repost 0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 11:21

Passage Geffroy Didelot 2010-03-19 0004

 

Il y a quelques temps, j’avais parlé de ce sujet (lien LXII La note de vie scolaire), à l’époque je me trouvais dans un autre établissement. Le barème n’est donc plus le même. Ce qui m’exaspère vraiment dans mon établissement, c’est de constater que les élèves ont quasiment tous la moyenne pour cette note de vie scolaire, et en grosse majorité supérieur à 18/20 !!! Pourtant vous avez dû comprendre que les élèves de mon établissement ne sont pas des petits anges.

 

         Pourquoi une telle note alors ? Peut être pour améliorer sensiblement la moyenne de nos élèves, et ainsi le taux d’obtention du DNB (Diplôme National du Brevet) ! C’est tellement simple vu comme ceci !

 

         Comment faisons-nous précisément pour mettre cette note qui joue pour le Brevet ?

         A chaque trimestre, le CPE référent du niveau et le professeur principal de chaque classe se retrouvent pour mettre une note. 15 minutes suffisent pour mettre la note pour tous les élèves d’une classe. Le CPE gère à la louche la partie retards, absences injustifiées, et comportement au sein du collège (notamment le permis à point). Tandis que le professeur principal apporte la vision de la classe et des collègues, toujours grosso modo.

 

         Cette note, c’est de l’approximatif. Mais ce n’est pas représentatif du comportement des élèves.

 

         C’est franchement du n’importe quoi. Car chaque établissement est libre de mettre le barème qu’il souhaite. Donc d’un établissement à un autre, la note pourra être totalement différente pour un élève identique !

 

         Mais surtout un élève perturbateur, peut facilement obtenir la moyenne à cette note …

 

 

Photo : Passage Geffroy, Paris.

 

Repost 0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 09:30

Cour quartier Villiers 2010-03-19 0003

 

 

Un truc que je ne comprends pas, c’est pourquoi quelques parents apprennent-ils des choses sur leurs enfants uniquement lors de la réunion parents profs. Du genre "C’est quoi ces notes", sachant qu’il y a un bulletin de mi trimestre édité un mois et demi auparavant. Et que de nombreux collègues font signer les contrôles par les parents.

Cette réunion intervient à la fin des trimestres. Autre réflexion de parent "Quoi tu réponds au professeur !", alors que dans le carnet, il y a déjà eu des mots pour les parents précisant le comportement de l’enfant.

 

Un dysfonctionnement ? Oui sans aucun doute ! Mais bon lorsque le carnet est signé dans la case parent (donc falsifié par l’élève), nous ne nous doutons pas de la supercherie. A moins bien sûr d’appeler directement les parents, c’est probablement ici qu’il y a dysfonctionnement.

Et pour les parents, pourquoi ne se préoccupent-ils pas plus de leurs progénitures ? Et bien ils leur font confiance, oui mais bon en 6ème, c’est peut être un peu tôt pour faire confiance à son enfant sur le sujet de la scolarité.

 

         Enfin du coup la maman en question en a un peu pris plein la tête, elle était venue avec sa fille, j’avais précisé auparavant au professeur principal mon souhait de parler à l’un des parents lors de la réunion.

         Déjà j’ai récupéré la fille plus la maman en pleurs, puisqu’elles venaient d’obtenir le bilan du trimestre, et j’en ai rajouté une couche.

         Voyons le point positif, la fille va très probablement changer radicalement de comportement.

 

         Certains me diront, mais pourquoi tu n’as pas appelé la mère avant. C’est vrai, j’aurais pu, mais le comportement de cet élève, était certes problématique, mais de là à appeler ses parents, il y avait de la marge. Car les élèves ayant le même comportement se comptent par dizaine dans mon collège…

 

 

Photo : Cour quartir Villiers, Paris.

 

Repost 0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 12:24

Metro 01

 

 

La veille d’une journée de boulot, ma x2 (comprenez mon amie en langage jeun’s) qui est également enseignante en banlieue parisienne (je viens de vous lâcher 2 infos perso dans la même phrase), me parle de la sortie avec une quinzaine d’élèves qu’elle doit effectuer le lendemain durant toute la journée pour revenir le soir vers 23h au collège (bin si ça arrive !), une sortie particulièrement tardive donc !

Visiblement elle est stressée de revenir seule en transport en commun de son bahut à l’appartement. Car pour rejoindre les transports, il lui faut traverser la cité, déjà qu’en journée ce n’est pas terrible, alors le soir … vous pensez !

Je me propose donc (tel un St Bernard) de venir la chercher au collège pour rentrer ensemble à l’appartement. Chose qu’elle accepte aussitôt.

 

         Mon collège se trouve également au milieu d’une cité, il y a toujours une bande qui traîne au milieu d’une place piétonne que nous devons traverser pour rejoindre les transports en commun.

 

Je pars donc de chez moi pour aller au collège en question, il fait nuit depuis longtemps. En sortant de la station, je constate qu’il y a un camp de rom, un vrai petit village. Je traverse la cité réputée du coin, pour arriver devant l’établissement après 15min de marche. Personne … à part un groupe au pied d’un immeuble.

 

J’attends patiemment, puis mon amie et ses élèves arrivent. Elle les autorise donc à rentrer chez eux, puisque le retour au collège est effectué.

Nous rentrons donc tous les deux en faisant le chemin inverse, pour arriver tardivement à l’appartement, en plus demain, une grosse journée m’attend.

 

Ce qui m’a impressionné dans cette histoire, c’est que mon amie n’étant pas tranquille pour rentrer à l’appartement en traversant la cité et en prenant les transports en commun si tardivement, a préféré que je vienne la chercher.

Par contre pour les élèves (qui ont 14, 15ans), AUCUN parent n’attendait leurs enfants devant la grille du collège.

 

C’est le prof qui se fait raccompagner, et les élèves qui rentrent seuls chez eux !!!

Invraisemblable !

 

Photo : Métro, Paris.

 

Repost 0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:30

Tour Eiffel 02

 

Et oui aujourd’hui c’est un coup de gueule que je voudrais faire passer concernant les mutations (une fois de plus). Car nous n’en entendons jamais parler, ni les personnes extérieures à l’enseignement, mais les profs non plus !!!

Le système de mutation actuel est mal au point, et va en plus se détériorer. Car pour le moment une majorité de matière sont "paralysées", mais la situation va clairement s’aggraver avec la réforme des IUFM, les nouveaux arrivants vont rester dans leurs académies de rattachement avec un emploi du temps plein, en remplaçant un enseignant et ainsi éviter la case Paris (au moins pour le début de carrière, nous ne connaissons pas la suite de la réforme).

Résultat les enseignants qui sont déjà en banlieue Parisienne ne sont pas près de retourner en province.

Mais tout le monde s’en fou, la hiérarchie qui accentue le mal être sans s’en soucier. Les syndicats qui s’en fiche à un point … Car à chaque nouvelle grève fourre tout, nous entendons parler de revalorisation des salaires, de métier à revaloriser, des conditions de travail, … mais en aucun cas des mutations.

Et pourtant cette préoccupation est généralement en tête de liste chez les enseignants (les muter en région parisienne).

 

         Sans rentrer dans les détails, dans la majorité des disciplines, il est possible de muter après une dizaine d’années passées dans les établissements classés, c'est-à-dire "difficiles".

         Quelques disciplines sont encore épargnées, et ont la possibilité de muter plus facilement. A l’inverse, d’autres disciplines ne pourront jamais muter dans l’académie de leur choix, car celle-ci est tout simplement fermée.

         La gestion du personnel à ce niveau là est des plus déplorables.

 

         Ce qui est dingue c’est de savoir qu’il existe pourtant dans ces académies des postes libres, mais ceux-ci sont réservés par les académies pour la réforme des lycées qui arrive à grand pas. Car à la suite de cette réforme de nombreux profs vont se retrouver sur le carreau, sans élève pour exercer leur métier. Du coup ces enseignants vont tout simplement prendre la place de d’autres profs et changer carrément de matière pour certains.

 

         Car en tant que parent vous ne le savez peut être pas, mais le prof de math qu’a votre enfant n’a peut être jamais passé le concours de prof de math (CAPES) !!! Et il en va de même pour d’autres matières sinistrées !

 

Photo : La Tour Eifeel, Paris.

 

Repost 0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:08

Tour Eiffel 01

 

Lors d’une formation, je rencontre un membre du personnel de direction d’un lycée professionnel. Nous discutons de nos établissements respectifs, j’apprends donc certaines choses de son lycée. Notamment que son établissement à un taux d’attractivité de 1,4% !!!

Ce qui est extrêmement faible. Qu’est ce qu’un taux d’attractivité ? C’est le pourcentage d’élève qui demande l’établissement en 1er vœux. Ce 1,4% ce traduit donc par un choix en 1er vœux de cet établissement par 14 élèves pour 1000 élèves. Ce qui est complètement dérisoire. Ça veut tout dire, quasiment aucun élève inscrit dans l’établissement ne souhaite y suivre sa scolarité. Les élèves viennent donc à reculons dans ce lycée.

Ces élèves échouent ici suite à l’orientation, certes en travaillant un peu plus et surtout en étant plus sérieux ils auraient pu obtenir l’orientation désirée, mais ce n’est pas le cas.  

A la suite de cette 1ère étape arrive une autre difficulté à gérer par le lycée, il s’agit de l’absentéisme, et dans ce genre d’établissement, ce taux est à l’inverse très important …

L’absentéisme est la maladie éducative de ce siècle …

 

Photo : La Tour Eiffel, Paris.

 

Repost 0

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.