Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 18:33

Métro 2010-10-02 0013

 

 

 

Lors de mes cours, j’ai l’habitude de répéter tous les petits détails qui reflètent mon cours … structuré ! Du genre : "C’est le titre du cours donc on le souligne en … ROUGE.". Du coup les élèves anticipent :

-         Le prof : "Le titre du cours, on le souligne en …"

-         Les élèves : "ROUGE." C’est bon, à défaut de comprendre le cours, ils savent que le titre, il faut le souligner … Comment déjà ?

 

Même chose pour le titre : "Après le petit 1, on passe au petit 2.", "Après le petit 2, … petit 3.".

Ceci me permet de feinter de temps en temps :

-         Le prof : "Après le petit 3 …"

-         Les élèves : "Petit 4."

-         Le prof : "Raté … Grand II" Pas de chance, ça ne marche pas à tous les coups.

 

Ça permet aux élèves d’être éveillés durant le cours, surtout après le repas de midi …

 

Photo : Métro, Paris. 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 10:23

Hotel de ville 2010-10-03 0004

 

 

Un élève qui ne suit pas son cours et qui a déjà du mal à comprendre, se retourne pour parler avec son camarade.

-         Le prof : "Retourne toi !"

-         L’élève : "Mais il ne comprend pas votre cours." Il souhaite aider l’un de ses camarades alors que lui-même ne suit pas ! Il m’agace sérieusement, car en plus de ne rien faire, il a toujours une bonne excuse.

-         Le prof : "Mon pauvre, tu as déjà du mal à comprendre le cours alors comment vas-tu faire pour lui expliquer ? "

-         L’élève : "Quoi "mon pauvre", je ne suis pas pauvre d’abord !" L’élève s’énerve rapidement.

 

La discussion s’est un peu envenimée par la suite, j’ai donc stoppé le dialogue pour continuer mon cours. A la fin de l’heure j’ai fait venir l’élève en question avec un autre élève perturbateur mais qui a bon fond. J’ai donc expliqué l’expression "mon pauvre", qui n’avait absolument rien à voir avec le côté financier de l’élève. Du coup son camarade lui a dit avec ses mots et a désamorcer lui-même la situation.

Ce genre de chose peut très vite faire monter la mayonnaise, il suffit que l’élève répète cela à ses parents en entrant, le tout en déformant la réalité, pour qu’un coup de fil atterrisse chez le principal, la suite, vous la connaissez … convocation dans le bureau du chef !

  

Photo : Hôtel de ville, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:19

Metro

 

Un élève prend mon cours avec un stylo "particulier". Je lui demande de me le faire voir. C’est un stylo quatre couleurs mais à deux embouts, un à chacune des extrémités du stylo. C’est pratique, comme ça ont peut avoir le bleu en même temps que le rouge par exemple. Je lui tends son stylo pour lui rendre, en le remerciant. L’élève me répond "Gardez le monsieur je vous l’offre.". Etonné pas ce geste, j’insiste pour lui rendre, mais il refuse, je le remercie donc.

Il faut préciser que la semaine précédente je lui ai donné un crayon à papier car il n’en avait pas.

Si nous pouvions faire du troc au collège, ça détendrait l’atmosphère.

  

Photo : Métro porte Dauphine, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:41

Bois de Boulogne 05

 

 

 

Le cours débute avec une classe de 3ème, je demande à un élève de sortir ses affaires. Oui, même en 3ème il faut demander à l’élève de sortir ses affaires.

-         Le prof : "On sort ses affaires : trousse, règle, carnet et cahier."

-         L’élève : "Je n’ai pas de règle ni de cahier, mon carnet j’l’ai perdu. J’ai ma trousse mais elle est vide !"

 

Voici le doux milieu où je travaille, et le pire c’est que j’ai zéro moyen de pression avec ce genre d’élève. Inutile de mettre une punition il ne le fera pas, une heure de retenue il ne viendra pas. Le coup de téléphone aux parents qui vivent déjà une situation délicate, et dont la scolarité de leur enfant n’est pas une priorité.

En gros le deal avec ce genre d’élève, c’est : m’emmerde pas et et je te laisse tranquille !

         Il faut savoir ravaler son orgueil et ses convictions, car notre marge de manœuvre dans ces situations est tout simplement nulle !

  

Photo : Bois de Boulogne, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:25

Bois de Boulogne 03

 

 

 

Un élève particulièrement chi…, m’irrite quelque peu durant mon cours. Il est constamment retourné, bavarde ; je lui fais donc une première remarque. Malgré celle-ci, il continue. Je réitère ma demande. Celui-ci ne m’écoute pas et continue à dialoguer avec son camarade comme si j’étais inexistant. Je lui prends donc son carnet en précisant que son attitude est insolente. Il ne comprend pas pourquoi son carnet est prélevé et encore moins pourquoi il est insolent !

 

Un peu plus tard (quelques minutes voire quelques secondes), il reprend à dialoguer avec son voisin.

-         Le prof : "Tais-toi !" Le tout en criant.

-         L’élève : Sans hésitation il me rétorque. "C’est insolent de me parler comme ça !"

 

Il est bien évident que l’élève a écopé d’une heure de retenue et d’un coup de fil à ses parents. Heure de colle à laquelle il n’est pas venu, et suite à de nombreux coups de téléphone sur plusieurs jours jusqu’à 21h du soir, sans résultat, je ne perds pas espoir.

Mais c’est à se demander qui a l’autorité sur l’autre !!!

 

Photo : Bois de Boulogne, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 10:07

La Madeleine 01

 

Il m’est arrivé quelque chose qui ne m’était encore jamais arrivé ! Aujourd’hui, je commence un nouveau cours avec ma classe de 5ème, les élèves sortent donc une nouvelle feuille vierge et commencent à noter consciencieusement le cours.

         J’explique la leçon aux élèves et nous allons attaquer l’exercice, quand soudain je me rends compte de mon erreur … "Mais c’est mon cours de 4ème ça !!!"

         Et oui, je me suis trompé de cours, en donnant le cours d’un niveau différent à mes élèves. J’ai donc stoppé net le cours pour prendre le bon cette fois-ci et débuter un peu tardivement (par ma faute) le cours adéquate avec mes élèves.

 

         Lorsque j’ai demandé à mes élèves de stopper leur prise de cours, ils n’étaient pas contents car ils avaient écrit pour … rien … tout ça par la faute du prof !!! Le monde à l’envers.

 

         C’est la 1ère fois que je me trompe de niveau avec mes élèves, j’espère bien que ce sera la dernière fois. Quel manque de sérieux, attention à l’appréciation pour le 3ème trimestre !

 

 

Photo : La Madeleine, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 10:08

Paris 2010-04-11 0003

 

         Aujourd’hui j’ai été nommé volontaire (ça fonctionne comme ceci) pour accompagner une classe en sortie scolaire.

         Si dans certains établissements on se dit "chouette" une journée à passer au calme, chez nous il n’en est rien !

 

         Pour commencer, si des élèves ne sont pas contents de vous avoir comme accompagnateur ils vous le feront savoir. Ça fait toujours plaisir …

         Puis arrive la sortie où il faut quitter l’enceinte de l’établissement. Sachez qu’au moment où vous passez la grille de l’établissement, les élèves vous considèrent comme un adulte lambda, et non pas comme un professeur. Déjà que vous n’avez pas l’autorité que vous souhaitez au collège alors à l’extérieur … pensez-vous !

 

         La sortie débute et déjà les remarques fusent : "Eh monsieur, la prochaine fois pensez à prendre un bus, c’est fatiguant de marcher !".

 

         Outre le fait que les gamins prennent des bonbons et ont leurs casquettes vissées sur leurs têtes, car nous sommes à l’extérieur, votre autorité est donc limitée, vous n’avez pas d’autres choix que de les laisser faire pour ne pas vous opposer à eux et vous créer ainsi plus de problèmes que vous en avez déjà.

 

         Un élève s’arrête pour parler avec un ami à lui qui n’est pas du collège, du coup votre classe continue d’avancer sans lui, il vous faut donc lui exiger de suivre sa classe à plusieurs reprises pour qu’il s’exécute, ou tout simplement attendre qu’il finisse son dialogue avec son copain !

 

         Puis mon collègue et moi-même en avons marre, nous arrêtons la joyeuse troupe au milieu d’une place commerçante, pour demander aux élèves de se mettre en rang 2 par 2 (c’est utopique, mais bon !). Là un élève lance "Comment on se tape l’affiche" (comprenez qu’il a honte). Tu m’étonnes ils avaient un peu honte, en s’arrêtant avec toute leur classe au milieu de la cité pour se faire reprendre par leurs chaperons (c'est-à-dire nous !).

         Une fois les rangs du troupeau resserré nous repartons.

 

         Quelques instants plus tard, un élève trouve une cannette vide au sol et shoot dedans tel un ballon, à plusieurs reprises.

-         Le prof : "Ramasses cette cannette."

-         L’élève : "Elle n’est pas à moi."

-         Le prof : "Oui, mais tu n’as pas à taper dedans. Donc tu la mets à la poubelle."

 

Après plusieurs échanges verbaux (car l’élève refusait de la prendre), il finit par la prendre à la main. Il s’amuse de suite à l’égoutter en répandant le jus de celle-ci partout au sol. Puis, il la positionne délicatement au sol, et l’écrase brutalement avec son pied de telle manière à la coincer dessous sous sa chaussure.

Ce qui lui permet de marcher les mains libres avec sa cannette accroché sous sa chaussure, à chaque pas, cela créer un bruit, et il boîte. Mais il a bien la cannete avec lui. Cet élève m’a fait honte !!!

 

         Pour finir un grand moment, nous sommes enfin dans la salle de spectacle, nos élèves sont installés plus ou moins dans le calme. D’autres classes arrivent et prennent possession des lieux, je constate par la même occasion que les élèves des établissements voisins ressemblent aux nôtres.

         Une enseignante intervient d’ailleurs auprès de l’un de ses élèves suite à une bêtise qu’il a faite. Cette intervention retarde le début du spectacle, ce qui irrite nos élèves.

         L’un de nos élèves prend donc la parole, pour stopper le discours de l’enseignante "C’est bon on a compris !". Dans ces moments je me sens bien seul …

 

         Vous aurez donc compris à quel point il est usant d’effectuer des sorties scolaires. Si la prochaine on peut m’oublier, ça m’arrangerait, je préfère faire cours plutôt que d’effectuer des sorties.

 

 

Photo : Paris, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 11:20

Parc de Belleville 2010-04-11 0007

 

 

Une fois de plus, une élève s’amuse durant le cours, je prends donc le carnet pour qu’elle se calme de suite. J’ouvre le carnet pour vérifier les punitions antérieures, je constate que l’une d’entre elle ne m’a pas été rendue. Je lui demande, visiblement elle n’a pas trouvée utile de la faire, je passe donc au tarif supérieur et lui inscrit une heure de retenue. Celle-ci a le mérite d’avoir un effet immédiat. Car elle se calme.

La sonnerie retentit, les élèves partent peu à peu, et mon élève en question vient récupérer son carnet et me lance un "Merci beaucoup pour l’heure de colle !" et se dirige directement vers la sortie. Je l’interpelle, et lui demande de revenir pour me répéter ce qu’elle vient de me dire. Elle recommence sans hésitation. Comme si je devais m’excuser de lui mettre une heure de retenue.

Je lui demande donc à nouveau son carnet, lui explique que c’est de l’insolence, et pour la peine elle écope d’une punition adéquate : recopier l’intégralité du règlement intérieur !

 

Non, mais je ne vais pas me faire marcher sur les pieds par une gamine de 6ème.

 

Avec du recul, je me dis que j’aurais dû en plus prendre le numéro de téléphone des parents.

 

Photo : Parc de Belleville, Paris.

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 10:22

Parc de Belleville 2010-04-11 0005

 

 

Lors d’un cours qui se tient en fin de journée, un élève perturbateur qui me "les casses royal". La sonnerie retentit, soulagement (oui suite à un cours où je n’ai pas le calme, je ne souhaite qu’une seule et unique chose : la fin !), mes élèves sortent pour laisser place au cours suivant, qui cette fois-ci sera le dernier de la journée.

 

L’élève qui c’est fait remarquer durant l’heure, me dit "M’sieur, suis collé avec vous !", le tout avec un sourire largement marqué sur son visage. Il me nargue ouvertement, en gros il m’a bien emmer… durant l’heure et ça va continuer. Je déteste ce genre de comportement, car j’ai l’impression d’être vaincu (et ce n’est pas toujours qu’une impression).

Mais un doute arrive à moi. Ai-je vraiment collé cet élève, où fait-il ça juste pour s’amuser avec moi ? Il faut que je contrôle ça sur son carnet, mais il ne l’a pas … bin voyons !

Je vais donc le voir, pour lui demander de s’installer à une place au fond de la salle durant cette heure de retenue. Et mon doute devient réalité "Non j’déhec m’sieur !", je traduis "Non je déconne monsieur !". Autre traduction possible "Je vous ai bien baisé !".

 

Il ne tient qu’à moi de renverser la situation, je lui prends son sac que je prends soin de mettre au dessus de l’armoire. L’élève étant trop petit, il ne peut pas se dérober sans son sac, et je lui demande de rester 10 minutes supplémentaires pour la peine, vengeance !!!

         Bien sûr, il n’est pas content, il tente de me convaincre de le laisser partir, mais je ne change pas d’avis. Il ne peut s’enfuir car je retiens son sac en … otage !

"Et bien comme tu continues dans ton comportement, je te rajoute 10 min (ce qui nous fait un total de 20min), je te conseille de te calmer, sinon tu vas passer toute l’heure ici !"

 

         Cela a bien calmé l’élève, qui du coup ne recommencera probablement pas, la punition réactive me semble parfaitement en adéquation avec le comportement de l’élève. Mais je déteste faire cela, car je ne suis pas dans mon droit, coller un élève la journée même (la minute même plutôt) n’est pas autorisé, les parents n’ont pas été avisés. D’ailleurs, l’une de mes collègues a dû se justifier dernièrement auprès du chef !

         Et le fait de garder le sac en haut d’une armoire, n’est pas vraiment un comportement "normal" d’un prof.

 

         Lorsque les règles ne sont pas en concordance avec notre besoin. Comment faire pour s’adapter à nos élèves …

 

 

Photo : Parc de Belleville, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 17:35

Bibliotheque Francois Mitterrand BNF 2010-04-11 0008

 

 

A la fin de mon cours un élève vient me voir.

-         L’élève : "Tenez monsieur, c’est pour vous !" L’élève me tend un sachet de Kit Kat, et il continue sur sa lancée. "Vous êtes mon prof préféré monsieur. Aller prenez le, de toute façon ça ne ce fait pas de refuser !" Il me le jette à moitié, et repart tout content. Bien évidemment je le remercie.

 

Ça fait toujours un bien fou de se sentir aimer, surtout lorsque ça ne se passe pas comme ceci avec tous les élèves …

De constater que nous marquons positivement certains élèves, permet de nous maintenir à flot, et ça c’est vraiment fantastique. Ce n’est pas le Kit Kat en lui même qui me fait changer d’avis, mais c’est la beauté du geste comme on dit. Ce genre de moment marque mon esprit, et je m’en souviendrai longtemps !!!

 

 

Photo : Bibliothèque François Mitterand BNF, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.