Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 18:19

Le musée de La Marine 2012-05-27 12-15DSCN2750

 

Dans un autre établissement, où les problèmes s’accumulent, notamment la pression effectuée par les élèves de l’établissement sur les pti’ 6°. Le principal et l’équipe éducative avaient alors décidé de faire deux cours dans l’établissement. Pour séparer ainsi les élèves de 6° avec les autres qui sont nettement plus grands, plus forts, plus impressionnants physiquement.

         Pour cela, une demande a été faite dans ce sens au conseil général, puisque les collèges sont financés par les conseils généraux.

L’idée de l’établissement était d’installer un mur grillagé au milieu de la cour pour empêcher les grands de créer des difficultés aux petits. Il faut bien dire que l’établissement est particulièrement chaud.

Ce mur peut s’apparenter aux différents murs de la honte qui se montent régulièrement entre la Palestine et Israël, avec un degré certes beaucoup moins important. Mais il s’agit bien du même problème de cohabitation qui amène à la même solution …

 

Bref, à la rentrée les enseignants ont découvert non pas un mur au milieu de la cour, mais une ligne blanche peinte au sol !!!

En fait, comme le conseil général n’est pas vraiment riche, ils ont préféré cette solution. Je doute sincèrement de l’efficacité de cette ligne, car qui va empêcher physiquement les élèves de traverser cette ligne ?

 

A part le fait que cette solution soit inutile, elle a au moins le mérite d’être économique …

 

Photo : Le musée de La Marine, Paris.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 08:13

La Tour Eiffel 2012-05-12 10-54DSCN2659

 

 

L’emploi du temps ou l’edt en langage prof, c’est toute une histoire ! C’est incroyable la disparité qu’il peut y avoir d’un enseignant à un autre. Certains sont très bien servis, d’autres récupèrent les restes !

En fin d’année scolaire, les enseignants remplissent un document pour demander leurs souhaits pour l’année suivante, s’ils demandent à être professeurs principaux (une ou deux classes), quelles classes avoir, leurs emplois du temps, …

 

Tout d’abord les enseignants d’EPS, qui eux sont avantagés, car ils font généralement tous (ça dépend du principal et s’il y a des installations sportives au sein de l’établissement) leurs emplois du temps eux-mêmes. Alors forcément ils s’arrangent à avoir un bon emploi du temps. Qui ne ferait pas pareil ?

 

Ensuite le principal adjoint, fait sa mixture ; chez nous ce n’est pas forcément le prof qui travaille le plus ou le mieux qui est le mieux servi. C’est plutôt celui qui ouvre le plus grand sa bouche (pour être poli), qui obtient satisfaction. Certains se permettent d’imposer carrément leur emploi du temps désiré ! Le monde à l’envers, le principal adjoint devient le subordonné de ces profs !

 

Et pour finir, certains enseignants n’hésitent pas à appeler directement le principal adjoint fin août (car le personnel administratif termine une semaine après la sortie et reprend une semaine plus tôt), pour vérifier si l’emploi du temps correspond à leurs attentes ; si ce n’est pas le cas, des rectifications ont lieu.

Tout cela au détriment d’autres enseignants.

 

Il y a également les profs, qui ne disent pas spécialement la vérité, en expliquant qu’il leur faut absolument cette journée de libre pour garder leurs enfants, alors qu’en fait, les enfants seront chez la nourrice dans tous les cas !

D’autres n’hésitent pas à demander un super emploi du temps (qu’ils auront) alors qu’ils ne seront pas là de toute l’année car ils vont poser un congé parental, ou maternité !!! C’est simplement au cas où …

 

Il faut bien comprendre qu’au milieu de ce panier de crabes, il y a une bonne partie d’enseignants qui se font littéralement bouffer, car c’est sur eux que retombent les choix d’emploi du temps. Plus un emploi du temps est bon, plus il y en a de mauvais, le leur en l’occurrence.

 

Enfin l’honneur est sauf, car les élèves sont malgré tout prioritaires, fort heureusement …

 

 

Photo : Musée Rodin avec la Tour Eiffel, Paris.

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 10:42

Square de Ménilmontant 2011-05-28 17-48DSCN0873

 

Je plains sincèrement les agents d’entretien de notre établissement. Car en plus des tâches "normales" qu’ils doivent réaliser, vient s’ajouter tout un tas de choses, comme :

-         Les paquets de bonbons qui sont au sol.

-         Les chewing-gums jetés (pas dans la poubelle).

-         Les crachats au sol ou sur les murs du couloir.

-         L’urine dans les cages d’escalier (ça arrive de temps à autre …).

-         Et même le popo complet dans les cages d’escalier (plus rare, mais beaucoup moins sympathique).

 

Bien évidemment, comptons aussi les actes de vandalisme, comme :

-         Les extincteurs utilisés pour s’amuser.

-         Les joints des portes coupe-feu retirés (pour s’en servir de fouet).

-         Les tags qui fleurissent sur les murs.

-         Les alarmes déclenchées pour le plaisir.

-        

 

Tout ceci à faire en plus du travail "normal" par les agents. Sans bien sûr la moindre reconnaissance de la part des élèves.

 


Photo : Square de Ménilmontant, Paris.

 


Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 10:15

Sacre coeur

 

Actuellement, il s’agit de la période d’orientation de nos 3°, ils remplissent leur fiche de vœux, mais certains de nos élèves ne viennent jamais en cours. La direction nous demande donc, dans ce cas, d’appeler les parents des élèves concernés, pour tout de même avoir une fiche de vœux complétée.

En clair, nous disons à nos chers élèves : "Tu ne viens pas au collège, ce n’est pas grave, tu n’iras pas non plus à l’école l’année prochaine, ce n’est toujours pas grave, mais remplis-moi quand même la fiche de vœux !!!". Bah oui, il faut bien s’occuper des statistiques de placement de nos élèves.

 

C’est de la prostitution, comme si ma vie dépendait du remplissage des fiches de vœux de mes élèves. Surtout que ce genre d’élève absentéiste au possible, risque de prendre une place à d’autres élèves qui eux sont présents !!!


 

Photo : Le Sacré Coeur, Paris


Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 19:05

Rue Irenée Blanc 2011-05-28 17-06DSCN0863

 

 

Voici une sortie que je ne suis pas près d’oublier. Après avoir travaillé sur la sortie en amont (que fait cette entreprise, combien y a-t-il de salariés, …), nous arrivons un peu en avance, et attendons quelques minutes devant l’entreprise pour ne pas rentrer trop tôt. L’une des élèves a sali ses chaussures blanches, elle demande donc un mouchoir à une camarade, essuie sa chaussure, puis jette le mouchoir dans le caniveau. J’interviens aussitôt :

-         Le prof : "Ramasse ce mouchoir et mets-le à la poubelle."

-         L’élève 1 : "Ah non ! C’est bon, il est dans le caniveau. En plus il est mouillé maintenant !" Pour être sûr de ne pas pouvoir le ramasser, elle appuie sur le mouchoir avec le bout de sa chaussure pour le dissimuler sous l’eau.

-         Le prof : "Tu le ramasses, tu n’as pas à jeter un mouchoir comme ça. Tu te débrouilles pour le ramasser et le mettre à la poubelle."

 

Un autre élève voyant que je ne lâcherai pas l’affaire, lui tend un stylo pour le ramasser. Avec le stylo, l’élève récupère donc le mouchoir au bout de celui-ci, et va le mettre à la poubelle.

 

         Puis un élève vient me voir :

-         L’élève 2 : "C’est là que nous allons visiter ?" En me montrant l’usine du doigt.

-         Le prof : "Oui, c’est ici !"

-         L’élèvé 2 : "Ah non m’sieur. J’ai passé la grille, et après j’me suis fait courser par le vigile. Ils vont me reconnaître !"

 

Du coup, l’élève a peur de rentrer ! Je n’avais pas pensé à ce genre de détail !

 

 

Ça, c’est juste pour débuter la visite dans de bonnes conditions.

 

La visite commence. Première question d’un élève auprès de l’employé, je me dis qu’ils sont motivés, c’est bien : "Monsieur, combien vous gagnez ?", en fait, ils ne sont motivés que par l’argent. Surtout lorsque les élèves trouvent que 1 500 € par mois net pour débuter, ce n’est pas suffisant ! Si déjà ils ont un job en sortant de leurs études ça sera bien !!!

 

         Puis nous arrivons dans une salle de projection, pour lancer le film de présentation du site industriel. Les élèves s’installent et la lumière s’éteint. Nous sommes en début d’après-midi, juste après le repas du midi. Il ne me faut que quelques minutes pour commencer à piquer du nez ! Je suis derrière les élèves, mais je n’échappe pas à leur surveillance. L’une d’entre elles s’en aperçoit, et aussitôt prévient ses camarades, qui ne se gênent pas pour en parler à voix haute! Ceci a pour effet de me tenir radicalement éveillé jusqu’à la fin de la séance de visionnage !

 

La visite continue, il y a des distributeurs de bouchons d’oreilles pour se protéger du bruit, nous passons devant. Chaque élève en prend deux ; logique car nous avons tous deux oreilles. Sauf un qui en prend autant qu’il peut en prendre dans sa main.

Je lui demande de stopper, … il continue, … je m’interpose entre le distributeur et lui, l’élève finit par lâcher prise. La honte ! D’autant plus que des distributeurs sont disposés un peu partout sur le site, et que je dois réitérer l’opération autant de fois qu’il y a de distributeurs !!!

 

Pour finir, les élèves n’hésitent pas à dire devant l’employé qu’ils ne veulent surtout pas travailler ici, car il y a trop de bruit et que c’est moche !!!

 

La honte je vous dis. Vive les sorties ! Je ne sais pas si j’en referai une autre ici, en même temps nous ne serons peut-être plus invités à venir non plus !

 

Photo : Rue Irénée Blanc, Paris.

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 10:12

Rue Parisienne 2011-02-05 16-36DSCN0189

 

 

En ce samedi matin nuageux, me voilà parti à la réunion parents – profs où nous effectuons la remise des bulletins suite aux conseils de classe, une fois par trimestre. C’est incroyable de voir les différentes interventions qu’il peut y avoir d’un élève à un autre. Je vais vous décrire quelques comportements d’élèves.

 

Entre l’élève présent avec sa mère à 8h précise, alors qu’il avait rendez-vous à 9h ! Résultat mon co-pépé (nous sommes 2 professeurs principaux par classe, c’est le résidu d’une ancienne appellation des anciens établissements difficiles!), qui est arrivé bien en avance a pu les recevoir. Je suis arrivé en cours de route.

 

Une autre élève s’est emportée devant nous, car elle n’a pas eu les Félicitations sur son bulletin. Elle a critiqué tous les profs, la mère ne disait rien, il n’y avait que mon collègue et moi-même qui lui demandions de parler plus calmement et plus poliment.

Lorsqu’elle dit :

-         L’élève : "Et puis le prof il raconte n’importe quoi, franchement il est nul, … etc …" Elle a dit tellement de choses que je ne me rappelle plus de tout, mais pour résumer, ce n’était pas très sympathique !

-         Moi : J’ai soudainement un doute. "De qui parles-tu ?" Elle ne dit rien. "Tu parles de moi là ?"

-         L’élève : "Ben oui j’parle de vous là ! Et puis toi (en s’adressant à sa mère) dis rien, tu les (les profs) défends tout le temps !"

 

La mère réagit par un simple soupir, je me suis donc empressé de la reprendre (l’élève, pas la mère, même si j’en mourrais d’envie), mon collègue a rapidement pris la suite pour calmer le jeu.

Conclusion elle parle mal à tout le monde, et ne connaît pas la politesse ! La mère devrait probablement sévir "un peu".

 

 

         Une autre élève, plutôt très bavarde en cours, voire même parfois insolente avec les enseignants, ne sortait pas un mot devant sa mère. Il fallait insister lourdement pour qu’elle réponde à nos questions, et sa réponse se limitait au minimum, c'est-à-dire un mot, deux dans le meilleur des cas !

 

 

         Et puis heureusement pour nous, d’autres élèves où le dialogue est totalement possible, une sorte de discussion courtoise entre "adultes", et où si l’élève critique un événement survenu en cours avec un enseignant, il le fait avec respect, politesse à son égard, et peut se critiquer lui-même. Ça franchement, ça fait particulièrement plaisir.

 

         Seule la moitié des parents avait jugé nécessaire de se déplacer …

 

Photo : Rue Parisienne, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 11:24

Passage Panoramas 2011-02-27 15-13DSCN0437

 

 

 

Un enseignant d’E.P.S. dans un autre établissement chaud devant se faire inspecter, prépare ses élèves à l’événement. L’inspection tombe durant un cours de natation. Le collègue se démène donc durant toute la semaine pour répéter sans cesse aux élèves qu’ils devront avoir impérativement leurs affaires de natation (maillot de bain, bonnet, …).

Il tente donc tant bien que mal de mettre la pression aux élèves pour ne pas avoir de soucis le jour J.

 

Le jour de l’inspection arrive, celle-ci a lieu l’après-midi en question. Le matin, le collègue apprend que les maîtres-nageurs sont en grève, par conséquent il ne peut pas assurer le cours normalement prévu à la piscine, celui-ci se transformera par conséquent en cours de tennis de table. Il essaye de prévenir les élèves de ne pas amener leurs affaires de piscine, mais celles de sport "classique". Malheureusement les élèves ont eu des cours annulés le matin, et reviendront directement en cours l’après-midi avec lui. Impossible donc de prévenir les élèves.

 

L’heure H arrive, l’enseignant explique donc qu’ils ne peuvent pas aller à la piscine pour cause de grève des surveillants de la piscine, et le cours de natation se transforme en cours de tennis de table avec l’inspecteur à ses côtés.

 

Les élèves sont dégoûtés de ne pas pouvoir aller à la piscine, et d’avoir amené leurs affaires de piscine pour rien.

Ils décident de faire grève de tennis de table préférant faire foot. Cela se traduisant par les élèves en train de frapper à plusieurs sur l’une des tables de tennis de table et criant "On veut faire foot, on veut faire foot, …", le tout avec l’inspecteur à côté bien sûr !

Durant une heure, le collègue a dû ramer pour que les élèves se mettent au travail. Cela s’est fait, mais seulement pour la 2nde heure de cours.

 

Dixit le collègue, "C’est l’une de mes pires heures de cours !", malheureusement pour lui c’était celle de l’inspection !!!

 

Il n’a pas encore eu son rapport d’inspection, ni sa note, mais j’espère pour lui, que l’inspecteur prendra en compte la grève au pied levé des surveillants, et surtout les difficultés d’enseigner dans un tel établissement …

 

 

 

Photo : Passage Panoramas, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 00:00

Passage Verdeau 2011-02-27 15-08DSCN0428

 

 

Il est parfois important voire même crucial d'utiliser ou de ne pas utiliser certains mots. Lorsque la mayonnaise monte, nous avons envie de dire des grossièretés, attention à ne pas franchir les limites.

Par exemple, dire à un élève "Tu es un idiot !", par "Tu joues à l'idiot." Il n'y a peut être que quelques mots, mais cela peut faire la différence ... Car dans le 2nd cas, il n’y a pas d’insulte.

Ça peut se jouer à peu de choses.

 


Photo : Passage Verdeau, Paris.

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 12:08

Passage Jouffroy 2011-02-27 15-07DSCN0425

 

 

À la sortie du collège après les conseils de classe, il est 20h passé de 15 minutes environ … je sors de l’établissement avec l’une de mes collègues.

Il fait nuit noire, mais plus très froid, un détail qui a son importance. Car nos élèves sont un peu comme le pollen, avec les beaux jours qui arrivent, ils prolifèrent devant la grille de l’établissement après la fin des cours.

 

Bref, nous sortons donc de l’enceinte du collège, puis nous nous dirigeons vers la gare (SNCF / RATP). Pour cela il faut longer un parc, puis traverser une esplanade piétonne, le tout au milieu des tours.

 

         Un groupe d’une vingtaine de jeunes à quelques mètres de nous est là (vraisemblablement des élèves), avachis sur les barricades, capuches sur la tête. En me voyant, ils partent en commençant par hurler mon nom, qui résonne au milieu de la cité, puis très vite arrivent les insultes, variées et copieuses. Il faut préciser que nos élèves ont un champ lexical très large concernant les insultes. Les insultes faisant écho à d’autres groupes parsemés dans le parc au milieu des tours, d’autres gamins ont surenchéri, même s’ils ne me voyaient pas, ils se sont fait une joie de participer à ce défouloir anonyme !

Un peu à la manière des chiens qui aboient. Vous savez lorsque vous passez au milieu d'un groupe de maison, un chien aboie, et à la suite de ça, plusieurs autres chiens s'y mettent aussi !

Drôle d'image, mais c'est exactement ça !

 

         Il y a donc eu des : "NOM ENCULE", "NOM Bolosse", puis très vite le stade supérieur "NOM fils de pute", … et bien d’autres encore.

 

         Étant donné qu’il faisait noir, et que je n’ai pu distinguer personne en particulier, je ne peux pas faire grand-chose.

         Ma collègue m’a dit que je devrais faire un rapport ; personnellement je ne vois pas vraiment l’intérêt de celui-ci, si ce n’est d’informer simplement l’établissement. Ma collègue a visiblement été marquée par cet événement, qui aggrave le sentiment d’insécurité sur ce trajet.

         Car en plus d’effectuer ce parcours, dans le noir avec peu d’éclairage, de traverser une esplanade ou des groupes de jeune ont élu domicile, il faut aussi écouter le "déblatérage insultant" de nos élèves.

 

Ce n’est pas la première fois que des insultes fusent à la sortie de l’établissement, mais là, c’était davantage virulent de par leurs propos.

 

         J’adore constater tous les jours que les élèves me respectent … c’est ironique bien sûr !

 

 

 

Photo : Passage Jouffroy, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 11:16

Notre Dame de Paris 2011-06-02 16-26DSCN0890

 

 

Aaaah l'organisation des sorties c'est toute une histoire. Une fois que celle-ci est planifiée, il faut donner des autorisations de sorties aux élèves, puis qu'ils les fassent signer par leurs parents, et pour finir nous devons les récupérer.

Ensuite, il faut organiser la sortie elle même à proprement parler.

Mais le meilleur c'est lorsqu'arrive le jour J, les élèves arrivent généralement au compte-gouttes, donc nous partons toujours avec 15 minutes de retard. Ensuite dans les transports en commun, les accompagnateurs se tapent l'affiche (comme disent les élèves). Car les élèves n'hésitent pas à faire des commentaires à haute voix sur les personnes aux alentours. Bref, la honte !!!

 

Une fois arrivés sur place, on s'aperçoit que la sortie initialement prévue ne correspond pas du tout à notre attente ; résultat en 1 heure c'est bouclé, il reste donc 2 heures à tuer. Car les cours de l’après midi ont été annulés. Nous essayons de sauver la sortie en effectuant une visite culturelle de Paris (encore heureux que cette sortie eut lieu dans Paris).

Et les élèves ont adoré la visite qui s’est transformée en balade touristique de Paris.

Résultat ils se rappellent uniquement des supers photos qu'ils ont pu prendre lors de la sortie devant la Tour Eiffel !!!

 

 

Photo : Notre Dame, Paris.

 

 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.