Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 18:37

 

Lors d’un cours précédent, j’explique ce que nous ferons la semaine prochaine. Et un élève me dit :

-         Un élève : "Monsieur, il y aura des élèves absents, c’est L’Aïd !" Je précise que L’Aïd est une fête religieuse, le nom exact est l’Aïd el-Fitr.

-         Le prof : "Ah oui, c’est la journée où vous apportez des pâtisseries à vos professeurs !" Eh oui, il faut labourer le terrain si parfois nous voulons y goûter.

-         Une élève : "M’sieur, si vous voulez, moi j’vous en ramènerai."

-         Le prof : "Ce sera avec plaisir."

 

Je n’y croyais pas vraiment car l’élève qui m’a proposé de m’en apporter, est l’une de mes élèves de l’année dernière, à qui j’ai mis de nombreux mots dans le carnet et heures de retenues. Donc j’ai perçu sa réponse comme ironique.

 

 

Deux jours plus tard.

 

Voici la même élève devant ma porte de classe à un inter cours avec un sac plastique dans les mains. Elle me tend ce sac. Je lui demande :

-         Le prof : "C’est pour moi ? " Je me doute bien que c’est pour moi si elle me le tend !

-         L’élève : "Oui. Et l’assiette elle s’appelle revient !" J’ai juste le temps de lui dire merci et elle s’en va.

 

J’étais émerveillé derrière ce moment magique. Car en plus de m’être vu offrir des pâtisseries orientales, il y avait le fameux mot "revient".

En fait ce mot est utilisé par moi à l’origine. Car lorsqu’un élève n’a pas de règle en cours, je lui en prête une, et au moment de lui remettre je dis toujours "Elle s’appelle revient !". Ça fait toujours rire les élèves. Donc, pour son assiette elle s’est empressée d’utiliser la même expression.

 

Enfin le plus important, c’est que dans cette assiette j’ai trouvé, des cornes de gazelles succulentes, ainsi que des boules de coco dont je ne connais pas le nom, mais ça n’enlève en rien leurs qualités culinaires. Miam !

Rassurez-vous, j’en ai tout de même gardé quelques une (juste un peu !) pour mes collègues.

 

En plus d’avoir goûté à ces formidables pâtisseries, je me dis que tout compte fait, cette élève m’apprécie et ça, c’est inestimable à mes yeux.


Photo : Galerie La Fayette, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 13:19

 

A la fin du cours, je précise quasiment systématiquement aux élèves de jeter leurs papiers à la poubelle et de ranger leurs chaises sous la table. Et si ce n’est pas fait, je les interpelle avant de sortir de ma classe pour revenir finir le travail.

Et aujourd’hui, je vois une élève partir en oubliant de ranger sa chaise. Je précise que j’avais cette élève l’année dernière et c’était une vraie pes… J’en ai franchement bavé avec elle l’année dernière. J’avais fait plusieurs rapports. J’avais même eu le droit à une convocation dans le bureau du principal suite à un coup de téléphone de ses parents … Bref, c’était loin d’être une élève modèle !

 

Et donc là je la vois partir sans ranger sa chaise. J’étais prêt à lui signaler, lorsque je l’entends parler à voie haute "Ah ouai j’ai oublié ma chaise.". Et je la vois d’elle-même faire demi tour, pour ranger sa chaise correctement sous la table. J’en suis tout stupéfait, je souris et un élève me demande "Pourquoi vous souriez monsieur ?", "Euh, … pour rien, pour rien."

 

Je ne peux pas vous expliquer, la joie qui m’a envahi suite à cette scène complètement improbable. Vraiment c’était un bonheur que j’ai eu la joie de déguster. Ça a ensoleillé toute ma journée.

Photo : Galerie C.T. LOO & Cie, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 14:56

         Lors d’un cours, je demande aux élèves qui souhaitent lire la leçon à voix haute, plusieurs élèves lèvent la main, je choisis un élève au hasard. Et celui-ci commence à lire le texte.

         Au début, je me dis à moi même, tiens il ne lit pas le texte que j’ai demandé, puis je m’aperçois que si, mais je ne comprends qu’un mot sur cinq ! En fait l’élève à un fort accent. Je tends l’oreille pour essayer de mieux comprendre …mais je n’arrive pas à suivre, pourtant je connais mon cours par coeur. Pour suivre, je me vois obliger de lire le texte en même temps que lui.

         Je ne suis pas habituer à cet accent. En fait il s’agit d’un accent qui nous provient très probablement de l’Afrique noir.

         Ça me fait penser à mon voyage à Québec city, lorsque je suis arrivé, je ne comprenais pas certaines personnes qui avaient un fort accent québécois.

 

         J’espère juste une chose, que l’élève me comprenne mieux que moi je le comprends ! Sinon ça va être difficile de suivre les cours.


Photo : Eglise St Etienne du Mont, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 21:59

 

A mon arrivée dans l'établissement, j'ai été choqué et c'est toujours le cas, de part une affiche. Oui juste une petite affiche, sans gravité me direz-vous.

Sauf que sur cette affiche est inscrit "Numéro cellule d'écoute" suivi du numéro de téléphone le tout en précisant que c'est anonyme.

Cette affiche est positionnée, à un endroit stratégique, car elle est juste à côté de la machine à café de la salle des profs.

 

La 1ère chose qui m'est venue à l'esprit l'année dernière en voyant cette affiche, c'est de me demander où j'étais tombé ! Car c'était bien la première fois que je voyais dans un lieu de travail un numéro de téléphone mis en service toute l'année, pour que les employés puissent parler de leurs difficultés au travail.

Et puis lorsque nous entendons parler de cellule d'écoute, c'est généralement pour des cas extrêmes, du genre attentats, tempêtes, … une chose est sûr il y a toujours des victimes.

Etais-je une victime potentielle à la rentrée dernière ?

 

Donc lorsque je me suis aperçu, q'une cellule d'écoute académique était à disposition des professeurs, cela m'a fait quelques choses. Comme si je risquais ma vie au travail.

Je me pose plusieurs questions : Qui répond au bout du fil ? Quelles aides donnent-ils ? Le professeur en sort-il moins faible ? Qu'elles sont les histoires qui y sont racontées ?

Bien sûr ils doivent écouter, c'est même inscrit en gros, c'est une partie du nom de l'affiche. Mais pour écouter, il faut se confier, et se livrer à une personne que nous ne connaissons pas, ce n'est pas simple …

Combien d'enseignants appellent ce numéro académique par an ? Une dizaine, des centaines, des milliers ?


Photo : Les bords de Seine, Paris.
Repost 0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 21:55


 

Je vous ai déjà expliqué le fonctionnement du permis à point et de sa commission (XLV. Le permis à pont.).

         Il se trouve que lorsque cette commission se réunie, elle parle plutôt de chose négative, sanction, lecture de rapport disciplinaire, … ce n’est pas rose ! Histoire de lâcher la pression, ils tournent en dérision certains de ces sujets. Et comme c’est la mode des abréviations dans tous les sens, d’ailleurs "permis à point" s’écrit PàP. A ne surtout pas confondre avec le "Particulier à Particulier" !!!

         Et donc ils nous ont inventé, deux nouvelles abréviations PPN et même PPLT ! PPN signifie Passera Pas Noël et PPLT, Passera Pas La Toussaint. Il s’agit des élèves que la commission retrouve chaque semaine dans les rapports disciplinaires et qui perdent des points (très) régulièrement, par conséquent ils ont une espérance de vie courte dans l’établissement, d’où ces deux abréviations. Pas très positive j’en conviens, mais lorsque j’ai été au courant de ces abréviations, j’en ai ri (jaune).

En même temps c’est criant de vérité. Car nous connaissons déjà les élèves qui passeront au conseil de discipline … les cartes sont-elles déjà jouées ?


Photo : Les catacombes, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 15:56

 

Peut-être en avez-vous déjà entendu parlé ? C’est un sujet qui a été introduit durant la campagne présidentielle par notre président. Il avait nommé certains élèves "les orphelins de 16h", faisant allusion aux élèves qui finissaient l’école, mais qui n’avaient pas leurs parents à la maison, puisqu’ils travaillaient.

Pour remédier à ça, dès la rentrée de l’année dernière, a été mis en place le dispositif "l’école après l’école" uniquement dans les établissements difficiles. Pour cette rentrée, tous les établissements en bénéficient.

Les parents qui le souhaitent peuvent inscrire leurs enfants à ce dispositif jusqu’à 18h, 18h30 suivant les établissements. L’élève peut être inscrit à une aide au devoir (principalement) où éventuellement à toute autre occupation (théâtre, foot, danse, peinture, …) qui peut être proposée par l’établissement.

 

A mes yeux, deux injustices prennent forme avec ce dispositif.

 

La 1ère concerne directement les élèves et les parents. Les places disponibles pour ce dispositif, dépendent du nombre d’encadrants. Tous les adultes travaillant dans l’établissement peuvent participer à ce dispositif : assistant pédagogique (surveillant), CPE, documentaliste, enseignant, …

Si dans les établissements classiques, les enseignants peuvent effectuer des heures supplémentaires sans problème apparent, ce n’est pas le cas dans les établissements difficiles, car prendre des heures supplémentaires n’est pas toujours évident dans une semaine lourde et éreintante. Bref, peu d’adultes participent à ce dispositif, les places sont donc comptées pour les élèves.

Ce qui pousse à faire un tri. Les élèves prioritaires sont ceux dont les parents travaillent et ne sont pas chez eux aux horaires de l’école après l’école.

Donc ce ne sont pas forcément les élèves qui ont besoin de soutien qui sont prioritaires.

Notre rôle est donc réduit à aider les élèves qui ont besoin d’une garderie ! Enfin heureusement pour nous, il reste des places disponibles après cette "catégorie" et ce dispositif reste néanmoins intéressant.

 

Pour la 2nde injustice, cela concerne la rémunération, car voyez-vous, les documentalistes, les CPE ainsi que les assistants pédagogiques sont payés deux fois moins que les enseignants !!! Tout ceci pour faire bien évidemment le même travail. Ce n’est pas vraiment équitable.

Il paraîtrait que c’est en phase de modification à voir …

 

Ces deux injustices méritent d’y jeter un coup d’œil pour les supprimer. Malgré tout je perçois ce dispositif, de manière positive. Même s’il s’agit de palier au manque des parents (même sans être présents chez eux, ils doivent avoir de l’autorité sur leur progéniture), car le but est d’éviter de voir nos élèves traîner dehors et faire des bêtises. Et bien évidemment les élèves qui viennent à l’école après l’école ne sont pas concernés par ce genre de chose.


Photo : Bords de Seine, Paris.

Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 20:58


 

Pour ce sujet, j’ai presque envie de dire que je détiens un scoop ! Qui plus est sur la sécurité de l’établissement et accessoirement des personnes se trouvant à l’intérieur !!!

 

         Cette semaine a eu lieu la réunion du comité de sécurité. D’après ce que j’ai compris, il s’agit d’une commission qui se déplace pour vérifier si l’établissement est bien aux normes de sécurité. Les jours précédents, branle-bas de combat à la direction, ils veulent que tout soit nickel chrome. Donc pour ça, la direction fait un tour avec les agents pour constater tout ce qui ne va pas.

         Ça me fait penser aux entreprises, lorsque le grand patron débarque de Paris, tout doit être parfait, ils font tout nettoyer, du sol au plafond, vérifient et vérifient chaque détail et recoin de la boîte. Et après le reste de l’année, rien ne se passe, aucune piqûre de rappel, rien, jusqu’à une nouvelle visite !

         Encore heureux que ce genre de chose existe, sinon, je vous laisse imaginer le carnage.

 

         Donc là, tour de la propriété au préalable pour voir les problèmes éventuels.

 

Le principal étonnait, s’aperçoit que les portes coupe feu ne possèdent plus leurs joints pour une grande majorité d’entres elles, ce qui annule bien évidemment l’effet d’étanchéité en cas d’incendie, qui est là pour limiter les courants d’air et la propagation de la fumée. Mais où sont passés ces joints ?

Il s’avère que le joint peut se transformer en fouet lorsqu’il est arraché de la porte. Par conséquent, les élèves s’en donnent à cœur joie. Tout le monde le sait, même le principal, puisque des rapports ont déjà été effectués.

Donc ceci est à modifier par les agents dans les plus bref délais, sous l’injonction de la direction.

 

On passe à la suite, autre problème, tous les extincteurs du collège son emmaillotés. Mais encore une fois, pourquoi ?

C’est pour rendre l’accès aux extincteurs plus difficile, car les élèves (une fois encore), s’amusent à s’en servir, bah oui c’est plutôt marrant ça fait de la mousse et ça fait rire tous ses camarades. Le souci, c’est qu’une fois utilisé, même faiblement, il faut le remplacer, et ça a un certain coût. Donc pour éviter ces désagréments, il y a un gros plastique scotché qui couvre tous les extincteurs. Seul détail, c’est formellement interdit, car si ça rend l’utilisation intempestive pénible (il faut du temps pour enlever le plastique), en cas d’incendie aussi !

Il faut donc retirer tous les plastiques des extincteurs et surtout le scotch avant la venue du comité de sécurité.

 

On continue la tournée, la direction n’est pas au courant de ce dernier point, mais moi si ! Je suscite naturellement la confiance (J’ai au moins une qualité. Est-ce une qualité ? Pas sûr !), donc j’apprend des choses en discutant …

Bref, il se trouve que les vasistas de sécurité qui se trouvent un peu partout dans l’établissement et en particulier dans les cages d’escalier sont tous bloqués à l’ouverture. Ces vasistas servent à évacuer la fumée se trouvant dans l’établissement lors d’un incendie, la commande d’ouverture se fait manuellement. Et nous nous pausons naturellement la question, mais pourquoi sont-ils bloqués ?

Les élèves (toujours eux), ouvrent et referment manuellement ces vasistas à de nombreuses reprises sans raisons connues. Mais ces sécurités incendie ne sont pas faites pour être manœuvrées régulièrement. Ce qui a pour effet de casser le câble se trouvant à l’intérieur, sans compter les inondations de couloir que cela provoque lorsqu’il pleut.

Comme ce détail ne se voit pas, la personne qui a bloqué tous les vasistas, va donc les débloquer de son propre chef avant la venue du comité de sécurité.

 

Je me suis permis de signaler à cette personne qu’il était dangereux de faire cela pour toutes les personnes qui se trouvent dans l’établissement. Et c’est également dangereux pour lui, car en cas de problème si les autorités s’aperçoivent de cela, c’est un coup à aller directement à la case prison !

Malgré tout j’arrive à comprendre cette personne, car réparer des choses auxquelles on donne une durée de vie inférieure à un mois, c’est pénible, voire même horripilant !

 

Vous l’aurez compris par vous-même, si un incendie se déclanche, nous aurons le temps de tous nous asphyxier avant de sortir du bâtiment.

 

Photo : Bouche de métro, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 18:41


 

Comme la quasi-totalité de mes collègues (il y a toujours quelques exceptions), j’accorde une importance spécifique à ma tenue vestimentaire lorsque je suis au travail, d’autant plus lorsqu’il s’agit du début de l’année scolaire. Pourquoi ?

C’est bien simple, les premiers cours sont cruciaux pour le reste de l’année voire les années suivantes que vous effectuerez dans le même établissement.

Car dès les premiers cours, vous devez marquer votre autorité, c’est presque une question de survie ! Car ne pas avoir d’emprise sur ses élèves dès le début de l’année, est une catastrophe, c’est eux qui vous mèneront par le bout du nez, et vous serez contraint de subir … Donc il faut à tout prix réussir sa rentrée. C’est pour cela que beaucoup d’enseignants sont stressés durant le début de l’année, car ils savent qu’en quelques heures, ils jouent leur année.

 

Pour vous aidez dans cette tâche délicate, qui est l’obtention de l’autorité auprès de vos élèves, tous les moyens sont bons, même sa tenue vestimentaire joue un rôle. Je qualifierais ce rôle de crucial, car la 1ère chose que voit l’élève c’est votre apparence. En plus, les élèves accordent un poids sans limite à celle-ci. A chaque cours, ils vous observent en détail de la tête aux pieds, si vous achetez un nouveau pantalon, ils le remarqueront.

 

         Donc au début de l’année, pour mettre toutes les chances de mon côté, je m’habille de manière "chic", comprenez pantalon en toile (pas de jean), chemise obligatoire (la chemise rentrée dans le pantalon bien sûr), chaussures de ville nettoyées, une veste de temps en temps, … Bref, je suis "habillé", comme on dit.

Je ne vais pas jusqu’à sortir le costume et la cravate, car là j’obtiendrai sans aucun doute l’effet inverse, je perdrai en crédibilité, à moins de mettre en permanence un costume toute l’année, mais bon ce n’est pas mon style.

Malgré tout, il est hors de question de mettre ma paire de basket ou le dernier tee-shirt que j’ai acheté durant les vacances, c’est  formellement proscrit en ce début d’année par mon règlement interne.

 

         Tout ceci dans le seul but de marquer la distance entre élève et professeur. Ce n’est pas toujours simple, car il faut se montrer ferme, mais être aussi proche. Car en cas de problème, il faut qu’un élève puisse se confier. C’est délicat d’obtenir les deux, c’est tout un art. Je ne pense pas être encore à ce niveau, même si je sens une minorité (vraiment minuscule) d’élèves suffisamment proche en cas de problème, mais je tente de faire au mieux.

 

         Revenons à notre tenue vestimentaire. Cette approche de début d’année dure un certain temps, au moins jusqu'à fin Octobre, c'est-à-dire aux 1ère vacances.

         Après cette limite que je me suis imposé, je change ma garde robe. Attention pas de changement brusque du jour au lendemain, sinon tout le travail serait anéanti (car oui, il s’agit bien de travail), de temps en temps, je m’autorise donc une exception, un tee-shirt, un jean, …

         Et puis arrive une 3ème période, celle de fin Décembre, c'est-à-dire les 2nde vacances. Après cette date, je m’habille comme bon me semble, parfois en tee-shirt, parfois en chemise. Bref, je suis libéré de cette contrainte.

 

         Ne croyez pas que ce soit la solution formidable, il s’agit ni plus ni moins d’une aide pour asseoir son autorité, mais c’est une aide qui peut s’avérer importante dans la lutte à l’obtention de l’autorité !

 

Photo : Les bords de Seine, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 19:58

 

         La question posée était la suivante : Comment trouvez-vous ce blog pour son design, apparence, interactivité, options, … ? 32,7 % des personnes ont voté pour bien, 28,9 % pour très bien, et 27,5 % pour moyen, c’est le lot qui ressort. Puis arrive dans l’ordre très mauvais avec 5,2 % et mauvais avec 5,2 %.

 

         Si nous réalisons une moyenne du tout, la catégorie qui est la plus importante est "bien".

         Donc en fait je ne suis pas trop mécontent, même si il y a des mauvais et même des très mauvais. Il faut bien de tout !

         Pour les personnes qui ne trouvent pas le design suffisamment bon, je serais content de savoir que dois-je améliorer précisément ?

         J’ai moi-même des choses que je souhaiterai changer ou créer, mais par faute de temps ou de compétence, je ne l’ai pas fait.

 

Avant d’ouvrir ce blog, je ne pensais pas qu’il était aussi difficile de personnaliser celui-ci.

         C’est tout de même compliqué d’avoir plusieurs casquettes, écrire des articles, améliorer le design, répondre aux commentaires, … enfin c’est un loisir, mais parfois j’ai du mal à être à la hauteur.

         Depuis l’ouverture du blog, le design a fortement changé, bien sûr il reste à faire. Mais bon, je m’améliore également au fur et à mesure.

 

         Merci beaucoup au 211 personnes d’avoir répondu à cette question. Ceci m’apporte la vision extérieure du blog qui me manque.

 

         Et voici le 6ème sondage … à votre souris, … près … feu … partez !

 

         @ + pour de nouvelles aventures.

 

         Proald.

Repost 0
Published by Proald - dans prof-a-la-derive
commenter cet article
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 18:05

 

Voilà 1ère journée de cours terminée, plutôt calme, les élèves sont toujours calmes au début. Il y a des périodes de calme connues et puis des périodes difficiles connues également. Enfin pour le moment nous sommes dans le bon et ça dure au moins la 1ère semaine voire peut être deux.

J’ai tout de même tenté l’approche du prof sévère, vous savez le prof qui veut absolument que les élèves soit en rang deux par deux sans parler avant d’entrer en classe. Et ça marche ! Pour le moment …

La même chose en cours, ne pas sourire surtout ne pas sourire, il faut se faire une façade. Je ne veux pas passer pour un con non plus, mais bon faut être sûr de soi.

 

Durant cette journée, les nouveaux élèves vous observent pour mieux vous juger et adapter ainsi leurs comportements au plus proche de la limite à ne pas franchir. Bref, c’est LA journée à ne pas rater.

 

J’ai donc fait une présentation du déroulement de l’année scolaire, plus tous les petits trucs de début d’année.

Après avoir fini cette journée, je suis rentrée chez moi avec un mal de gorge, pas celui où vous êtes malade, non le mal de gorge lorsque vous avez trop parlé. Je ne suis plus habitué à parler autant ! La gorge desséchée, pourtant j’ai bu à chaque pause, et je n’ai même pas crié (encore heureux lors de cette 1ère journée).

Je vais probablement vite retourner dans le bain, encore quelques jours où je peux souffler …

 

Photo : Le musée de Cluny, Paris.

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.