Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 16:12


 

Cette 4ème année d’enseignement (déjà !) fût riche en mésaventures. Car même si globalement je m’en sors mieux que l’année précédente au sein de l’établissement de part mon ancienneté dans celui-ci. Eh oui, au bout de deux ans, nous parlons déjà d’ancienneté.  Car pour les pti’ 6ème et mes nouveaux collègues je suis déjà considéré comme un ancien, car j’étais là avant eux. Et ça, ça change tout ! Du coup, on passe comme le mec qui connait le fonctionnement de l’établissement, les élèves, l’historique …

Je n’ose même pas imaginer pour quoi je passerai après plus de 5 ans passées dans l’établissement : un ancêtre, un fossile …

 

Donc oui, cette année je m’en suis mieux sorti que l’année dernière. Mais j’ai également eu plusieurs soucis, dont un notamment, suffisamment important pour me faire perdre la foi que j’avais en mon métier (je ne peux pas raconter précisément l’histoire en question, par soucis d’anonymat, mais j’ai fait une erreur même si elle peut paraître anodine, elle m’a value bien des problèmes).

Maintenant lorsque je suis devant les élèves, je ne suis pas serein, car je sais une chose, c’est que je m’énerve facilement lors des conflits à répétition avec les élèves, et qu’au moindre faux pas je me verrais tout simplement "tomber" !

Ce que je n’arrive pas à digérer, c’est que les élèves méprisent, insultent et menacent régulièrement les enseignants, sans même être inquiétés. Que ce genre d’acte est complètement banalisé, de part les sanctions minimes qui en découlent. Mais dans le cas où le prof s’écarte du droit chemin (parce qu’il craque de voir qu’il est seul à se battre et qu’il ne dispose d’aucune arme pour se défendre correctement), lui il est lynché !

Ça me dégoûte de constater qu’en plus d’être laissé tombé par notre hiérarchie en générale, on nous cherche des ennuis.

 

Pourtant, je suis toujours motivé, et désireux de changer les choses, même si je ne me fais pas d’illusion sur le poids que j’ai. J’ai des convictions qui sont renforcées, et mes propos deviennent de plus en plus extrêmes.

Enfin tant que je ne perdrais pas l’amour que j’ai à faire ce métier, je ne m’avouerai pas vaincu.




Photo : Square des Batignolles, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans prof-a-la-derive
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 10:38


 

Lors du dernier jour de cours, je sors de l’établissement en fin de journée, et passe devant l’entrée principale. Je constate que le sol est entièrement tapissé de feuilles (du papier, pas des feuilles d’arbre), il n’y a quasiment plus un cm² de vide. En y regardant de plus près, je m’aperçois qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle paperasse, car ceux sont des bouts des carnets de liaison d’élèves. Vu le nombre de carnets qui ont dû servir à ce désastre, il doit s’agir d’un rituel, histoire de marquer la fin des cours et le début des vacances.

Ça fait bizarre de voir tous ces carnets éventrés juste devant l’entrée de l’établissement. Ça ressemble à de la provocation.

 

Photo : Sacré Coeur, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 10:23



 

Aujourd’hui, lors de mon cours, j’emmène mes élèves en salle informatique, ils sont excités à l’idée d’aller sur ordinateur, comme toujours.

Les élèves allument donc les ordinateurs et s’installent. Un élève dit à haute voix : "Oh ça va être bien, j’vais aller sur un site porno, c’est comment qui s’appelle déjà … you porn !". L’élève ne se cache même pas pour en parler et le dit carrément à haute voix devant moi. Du coup, je réagis aussitôt, et lui rétorque que dans ce cas, il va attendre un peu avant d’aller sur l’ordinateur et se calmer, mais monsieur n’est pas content du tout, il s’énerve et va s’installer comme si de rien n’était devant l’ordinateur. Trop c’est trop, je décide donc de l’exclure.

Je rédige le billet d’exclusion et le donne à l’élève accompagnateur que je désigne. L’élève exclut n’est pas encore sorti de la salle que je le vois avec un stylo. Il est évident qu’il veut falsifier ce billet, car j’ai écrit noir sur blanc ce qu’il vient de dire.

Et forcément écrire pornographique sur le billet d’exclusion n’est pas très positif pour l’élève.

J’avance donc à la porte à côté de l’élève, en lui disant de ne pas falsifier le billet d’exclusion, car ça ne lui apportera que des problèmes supplémentaires, il me répond d’un "J’m’en fous d’ton billet !", le tout en raturant grossièrement le billet d’exclusion que l’élève accompagnateur a dans ses mains ! Si ce n’est pas de la provocation gratuite ça !

 

Quand on rajoute la même journée, la porte de ma salle qui a été claquée violemment par un élève que je n’ai pas pu voir, et un bout de gomme qui m’a été lancé depuis le couloir au moment de l’interclasse, ça fait beaucoup. Et j’oublis tous les petits aléas de la journée !

 

Photo : Rue Tolbiac, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 17:07


 

Une petite image qui illustre parfaitement le changement de comportement des parents face à l’éducation de leurs enfants.

Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 01:25



 

Mes cours du matin étaient terminés, mais je me trouvais malgré tout dans ma salle. Trois de mes élèves entrent dans celle-ci et me disent :

-         L’élève 1 : "Monsieur, on a pensé à vous."

-         L’élève 2 : "Oui, on a fait un goûter avec Mme Truc, et on vous ramène des pâtisseries ! " A ce moment là, mes yeux ont dû pétiller de joie, ou plutôt mon ventre !

-         Moi : "Oh c’est vrai !"

-         L’élève 3 : "Oui, monsieur, comme nous savons que vous aimez bien ça." Tu m’étonnes, ça fait un an que je les tarabuste sur le sujet …

-         Moi : "Eh bien, c’est vraiment gentil." Une des élèves pose plusieurs pâtisseries emballées dans du papier d’alu sur mon bureau.

-         Moi : "Attendez, je vais vous donner quelques chose." N’étant pas dupe, je me doute bien que mes élèves espéraient avoir ce qu’il suit. J’ouvre mon fameux placard à confiscations que tous mes élèves connaissent, et en retire 3 sucettes, que je leurs donne.

-         L’élève 2 : "Oh bin, merci monsieur, c’est gentil" C’est ce que nous appelons un échange de bons procédés !

-         L’élève 1 : "Par contre, vous ne le dites pas qu’on vous en a donné." Elles n’ont pas envie que tous les profs les harcellent pour en obtenir. Un peu comme moi en fait !

 

Le problème avec tout ça, c’est que ma balance n’apprécie pas à sa juste valeur ces délicieuses pâtisseries.

 

Photo : Passage Molière, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 08:09


 

Eh oui, à la fin de chaque année, il faut faire un brin de rangement, sinon, ça devient vite n’importe quoi. Donc j’ai commencé à faire du tri.

 

Tiroir de droite, ah oui, il s’agit de mes rapports disciplinaires et de mes billets d’exclusion vierges, je les garde ça servira l’année prochaine …

Et ça, de quoi s’agit-il … la pochette où je garde le double de chaque rapport que j’ai fait justement, je les garde aussi, mais en souvenir cela !

 

Le 2nd tiroir maintenant, ola, il y en a des stylos là dedans, et oui, ceux sont tous les stylos qui traînaient au sol ou que les élèves ont laissé sur leurs tables durant l’année, bon je les met de côté, comme ceci je pourrais toujours en donner aux élèves qui n’ont pas de trousse, et qui ne peuvent pas prendre leurs cours faute de matériel.

Et ces bouts de papier, c’est quoi ? Ah oui, je me rappelle ceux sont les lettres d’excuses que j’ai eu par mes élèves … je dois garder ça aussi, j’aurais de bons souvenirs plus tard …

Côté gauche maintenant, c’est toute la paperasse administrative, ça c’est rapide, direction la poubelle, car l’année prochaine j’aurais encore les même papiers !

Et le plus dur maintenant, celui du bas, le fameux et célèbre placard qui ferme à clef pour mettre les objets confisqués ! Il faut dire que j’aime bien confisquer, car c’est un bon moyen de faire pression sur les élèves, la seule chose, c’est qu’ils oublient de venir réclamer leurs objets, du coup je me retrouve avec un tas d’objet dont je ne sais pas quoi faire. Allez soyons fous, je me lance dans l’inventaire, c’est parti :

-         1 crayon pour les yeux.

-         1 gloss

-         1 miroir

-         1 bracelet en plastique

-         1 échantillon de parfum

-         1 magazine de géographie (bizarre, la dernière fois c’était sur le rap)

-         1 mini moto en plastique

-         1 gant (et non pas une paire)

-         1 bonnet

Et le meilleur pour la fin :

-         4 sucettes

-         3 malabars

-         2 poches de bonbons (dont une trouée qui a mis plein de sucre dans mon tiroir, … non, on ne se moque pas)

 

Pour les vêtements, je peux éventuellement les amener à l’infirmerie voire à l’accueil, les bonbons je ferais une petite distribution les deux derniers jours, et pour le reste, poubelle …

 

         Il faut bien préparer la rentrée à venir, et faire de la place dans son bureau, mais comme vous le constatez, je garde beaucoup de choses, et je n’aime pas jeter, donc ça devient difficile !

         Sans oublier, qu’une fois le bureau rangé, il faut passer au casier de la salle des profs, mais là, c’est simple, comme il n’y a que des documents administratifs, tout part à la poubelle !

         Ah ça sent les vacances !!!

 

Photo : Passage Barrault, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 19:24


 

Voici quelques temps de cela que mes élèves maîtrisent l’outil informatique, internet ainsi que les sites qui peuvent être pratiques, comme celui des pages jaunes. Car comment obtenir le numéro de téléphone d’une personne que nous connaissons, et bien tout simplement en allant sur le site des pages jaunes. Et les élèves font de même, mais avec leurs professeurs … et ça c’est nettement moins utile !

Résultat des courses, j’ai une petite 6ème qui me nargue en me disant "Monsieur, c’est pratique les pages jaunes sur internet, on peut trouver tous les numéros de téléphone, d’ailleurs le votre il est facile à retenir.". La seule chance que j’ai, c’est qu’il s’agit d’une élève sans problème, et pour le moment mon téléphone ne sonne pas sans arrêt et pas la nuit non plus !

Comme si cela ne suffisait pas, cette même élève est revenue à la charge quelques temps après, et m’a bien fait comprendre qu’elle avait mon numéro. Je lui ai fait par réponse : "Moi aussi je peux avoir ton numéro de téléphone, et appeler tes parents !" et elle m’a répondue un "Non, mais je rigole monsieur.".

 

Lorsque mon numéro de téléphone tombera entre de mauvaises mains, mes nuits seront également mauvaises …

Il ne me restera plus qu’à utiliser l’annuaire inversé sur pages jaunes point fr bien sûr !!!

 

Photo : Parc de Bercy, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 23:16



 

Il y a quelques temps de cela, j’arrive un matin au collège, je prends ma classe, je me dirige vers la salle de cours, puis les élèves se mettent en rang dans le couloir. Avant d’ouvrir ma porte, une élève me parle avec un grand sourire :

-         L’élève : "Vous êtes amoureux M’sieurs !" Avec un visage qui arbore un large sourire.

-         Le prof un peu gêné : "Euh … Pourquoi dis-tu ceci ?"

-         L’élève : "Bin, vous avez changé."

-         Le prof : "…" Sans réponse, j’ai probablement dû rougir.

 

Il y a des moments comme ça, où on se demande comment font les élèves pour tout savoir …

 

Photo : Rayon de soleil, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 18:11


 

Après avoir eu quelques problèmes avec un élève, … des problèmes que je mettrais dans la catégorie classique, c'est-à-dire, insulte et accessoirement tutoiement, du genre "Tu pu de la gueule.", remarquez c’était juste à titre informatifUne pointe d’humour dans ce monde de brut.

Suite à ces événements je le refuse en cours tant que je n’ai pas obtenu une lettre d’excuse de sa part. Grâce à ce stratagème, je n’ai pas eu cet élève durant les trois cours suivants.

Après ces multiples petits problèmes, j’ai eu l’occasion de voir les parents de l’élève en question, vous imaginez bien que j’en ai profité pour bien préciser le comportement de leur enfant, sans oublier le moindre détail. Visiblement les parents avaient l’air de bien comprendre la situation.

Puis arrive le cours suivant, je constate que l’élève est plus calme que normalement, je me dis chouette, l’entrevue avec les parents a donc porté ses fruits. La sonnerie indique la fin du cours, les élèves sortent, je range la salle, puis quelques minutes plus tard, je sors à mon tour, je recroise l’élève en question, qui se met juste derrière moi et … me marche sur les pieds. Ceci est bien évidemment un acte volontaire de sa part, je lui fais donc la morale, mais celui-ci se moque de moi en rigolant ouvertement. Je suis contraint de me retirer discrètement, car dans la cour, les seuls chefs sont les élèves.

Je suis vexé par cette humiliation publique dans la cour, le cours suivant, je me permets de prendre son carnet pour lui mettre deux heures de retenues, mais cela n’en reste pas là …

Le lendemain, je le revois dans la cour. Et cette fois ci, il se place à nouveau derrière moi, mais il ne m’écrase pas les pieds, il me fait carrément un croche pied, je crois rêver, ce petit morv… vient de me provoquer une nouvelle fois !  Il me prend pour un con, en précisant comme la dernière fois qu’il ne l’a pas fait exprès. Je lui fais donc un rapport, sans me faire beaucoup d’illusions sur sa retombée, la sanction sera probablement minime, du genre quelques points en moins et un ou deux jours d’exclusion. Par contre, je vais me faire une joie d’en informer ses parents … mais cela ne changera en rien le comportement de l’élève. Que puis-je faire de plus ?

 

Photo : Parc de Bercy, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 21:55


 

Une de mes élèves se permet de bavarder sans arrêt comme à son habitude, je prends donc son carnet pour mettre fin à ses bavardages. Durant le cours, je me mets à feuilleter celui-ci. Il y a toujours de la lecture intéressante à faire. Je regarde la page des heures de retenues, et constate que lors de la dernière heure de retenue mise par une surveillante, l’élève n’ayant pas travaillée durant celle-ci, c’est vu obtenir la même punition, mais c’était sans l’aval de la mère. La maman de l’élève a écrit un mot délicat à l’intention de la surveillante : "Il n’est pas question que ma fille refasse une autre heure de colle. Il y a des limites …".

         En effet, il y a des limites, comment se fait-il qu’une élève se trouvant en heure de retenue se permette de ne pas travailler !!!

 

Photo : Métro ligne 14, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.