Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 09:11

Parc-Andre-Citroen-01.jpg

 

L’un de mes élèves arrive en heure de retenue (cet élève est l’une de mes plus grandes sources d’inspiration pour faire les articles de ce blog). Comme à chacune des heures de retenue, je demande à l’élève si celui-ci à quelque chose à faire, et si il n’a rien à faire je lui donne des lignes à copier. Généralement ils s’arrangent toujours à trouver du travail, étrange …

Cet élève prend donc son carnet pour effectuer une punition qu’un autre enseignant lui a demandé. Puis il vient me voir "Msieu’ y a Mme Machin qui m’a donné une punition, je dois copier le 3, 4, 6 du règlement. Ils sont où ?". Les paragraphes du règlement sont bien numérotés, mais il ne sait pas les lire, car ils sont inscrits en chiffre romain …

Comment voulez-vous qu’il fasse sa punition si il ne la comprend pas ?

 

Photo : Parc André Citroën (et Tour Eiffel en arrière plan), Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 12:12

Opera-Garnier-02.jpg

Comme tous les débuts de cours (enfin en hiver), je demande aux élèves de retirer leurs blousons, ce qu’ils font plus ou moins rapidement. Il faut généralement réitérer la demande deux ou trois fois pour obtenir satisfaction.

Les élèves réagissent donc au fur et à mesure, soudain l’une d’entre eux m’interpelle : "M’sieur, y a que vous qui nous demandez d’enlever nos blousons !". Bah voyons ! Je veux bien croire que tous les profs ne demandent pas aux élèves d’enlever leurs blousons, je l’ai vu de mes propres yeux, mais de là à ce qu’il n’y ait aucun enseignant de l’établissement à faire retirer le blouson aux élèves …


Photo : L'opéra Garnier, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 21:06

Pantheon.jpg



 

Au milieu du cours, je constate qu’un élève n’a pas ses leçons à jour. Car il était absent au cours précédent, mais n’a pas rattrapé celui-ci.

Du coup je le fâche en lui disant qu’il n’a pas fait son travail d’élève et qu’il va avoir une punition, patati et patata …

Visiblement j’ai dû y aller un peu fort, car l’élève s’est mis à pleurer. Je me suis retrouvé déstabilisé. Ne sachant quoi faire, j’ai retiré la punition (peut être à tort).

Je suis peut être un peu trop souple, mais lorsque je vois un élève tout mimi pleurer par ma faute, ça me pose problème …

 

Photo : Le Panthéon, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 19:15


 

         Il se trouve qu’une célèbre marque de chewing-gum, Malabar pour ne pas la citer, inclue des autocollants avec leurs chewing-gums. A mon époque (lorsque je dis ça, j’ai l’impression d’avoir la quarantaine !), j’utilisais le stickers, en le mettant sur mon avant bras. J’étais tout content que mon bras soit orné de ce trophée, je faisais attention lorsque je passais à la douche pour que celui-ci reste le plus longtemps possible intact.

 

         Maintenant, les élèves ne collent pas ces tattoos sur eux, mais sur leurs cahiers (ils font ce qu’ils veulent), mais également sur les murs du collège, les portes, les tables, …

         Et ça c’est franchement moins cool.

 

         Pas plus tard que hier, ma classe entre, mes élèves attendent debout devant leurs chaises et en traversant la classe je vois un élève deux rangs plus loin, appuyer soigneusement sur un tattoo qui se trouve sur la table. Je ne réagis pas aussitôt (car il est déjà trop tard), je continue d’observer la scène du coin de l’œil, sans me faire repérer.

         L’élève enlève avec précaution le papier, et le tattoo est collé parfaitement sur la table. J’arrive donc vers lui, il me regarde fixement et met discrètement son gant sur le stickers pour le cacher. Et le débat est amorcé :

-         Le prof : "Pourquoi as-tu fait ça ?"

-         L’élève : "Quoi ?"

-         Le prof : "Là sous ton gant ! C’est quoi ?"

-         L’élève : "Rien." Il continue de laisser son gant. Je le retire.

-         Le prof : "Alors, pourquoi as-tu collé ceci sur la table ?"

-         L’élève : "C’est pas moi !"

-         Le prof : "Arrêtes, je t’ai vu faire !"

-        

 

L’élève continue à nier les faits, alors que je l’ai vu de mes yeux. Plusieurs échanges verbaux ont lieu, puis je lui dis.

 

-         Le prof : "Bon tu as une heure de retenue et tu me nettoies ça sinon, je vais faire un rapport." Toujours et encore la menace … ce n’est pas terrible, mais il faut bien trouver une solution !

 

L’élève continue de nier et en prime, il râle, malgré tout il nettoie.

 

-         L’élève : "Oh, m’sieur, c’est dur, ça part pas."

-         Le prof : "Il fallait y penser avant, la prochaine fois tu réfléchiras avant de faire une bêtise."

 

Heureusement que je l’ai vu, car j’aurais constaté ce tattoo sur la table durant l’heure de cours, je n’aurais pas pu lui faire avouer, vu l’aplomb avec lequel il a nié. Comme quoi, il ne faut jamais croire les élèves, enfin dans des cas similaires.

 

Photo : L'opéra Garnier, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 10:53


 

Les élèves ont une manie qui m’énerve, et c’est répugnant. Lorsque les élèves sont enrhumés, ils prennent bien évidemment un mouchoir, mais une fois servi il le laisse bien en évidence sur leurs tables. Comme un élément de décoration !!!

Du coup, j’engage le dialogue :

-         Le prof : "C’est quoi ça ?" En montrant le mouchoir.

-         L’élève : "C’est mon mouchoir." L’élève répond naturellement.

-         Le prof : "C’est dans la poche, ou dans la poubelle, mais pas sur la table." C’est ma réponse toute faite.

-         L’élève : "…" Il ne comprend pas vraiment pourquoi.

-         Le prof : "Si tu veux, je peux mettre mon mouchoir sur la table." Le tout en sortant mon mouchoir de ma poche et en faisant mine de le mettre sur la table.

-         L’élève : "Non, non, c’est bon je l’enlève." D’un coup l’élève comprend mieux pourquoi il ne faut pas mettre son mouchoir sur la table.

 

C’est la réplique type face à ce scénario, mais ça fonctionne plutôt bien.

 

Photo : Notre Dame de Paris, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 15:30


 

Cette année se déroule mieux que les autres années en terme de discipline avec les élèves, du coup, je deviens plus exigeant, ou moins laxiste, tout est une question de point de vue …

Maintenant que je "tiens mieux mes élèves" (même si c’est loin d’être parfait), je me permets de vérifier si les élèves prennent bien leurs cours et gare à celui qui a perdu la feuille que j’ai distribué au  cours précédent ou à l’élève qui n’a pas rattrapé le cours lors de son absence d’il y a deux semaines. Car la punition tombe, je vérifie régulièrement leurs cahiers, et si les cahiers sont vraiment dans un état lamentable, dans ce cas je passe directement à l’heure de colle.

Lorsque je me rappelle ma 1ère année dans le collège (cela ne remonte à pas très loin), où je ne punissais même pas tous les élèves qui étaient insolents à mon égard, ça a bien évolué et dans le bon sens …

 

Photo : La Société Générale, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 23:41



 

         La moyenne de chaque trimestre est insidieusement sensiblement équivalente d’un trimestre à l’autre, d’une année sur l’autre.

Lorsque j’ai débuté par mon année de stage, je me trouvais dans la banlieue chic de Paris. Le niveau des élèves était élevé, mais je ne pouvais mettre uniquement des 18/20. Il a donc fallu trouver des solutions. Du style, oubli de mettre son nom sur la copie -2, n’a pas mis d’unité de mesure -2, … Avec ce stratagème j’arrivais à conserver une moyenne normale, entre 10 et 15/20.

 

Maintenant, j’en suis réduit à faire l’inverse, mes contrôles sont rarement notés sur 20, mais plutôt sur 18. Autrement dit, tout le monde débute le contrôle par un 02/20. En plus, si les élèves écrivent leurs noms correctement (ce qui n’est pas toujours évident), je mets un +2. De plus, je rajoute des questions "Bonus", c'est-à-dire que si l’élève répond correctement à la question il gagne des points, à l’inverse, s’il a faux, il ne perd rien !!!

Tout ceci pour une raison importante, avoir une moyenne potable, car je ne peux pas me permettre d’avoir une moyenne inférieure à 05/20. Sinon, la conclusion ne se fera pas tarder, ce sera le prof qui est mauvais, mais en aucun cas les élèves.

Une autre raison plus insidieuse est là, en ayant une faible moyenne, nous pénalisons les élèves de 3ème pour le brevet, et comme le but est d’avoir un bon taux de réussite pour redorer l’image de l’établissement …

 

Photo : Notre Dame de Paris, Paris.

Repost 0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 11:43


 

Ce qui est énorme, c’est lorsque nous voyons comment les enseignants procèdent pour venir à celle-ci. Il y a tout d’abord les enseignants qui viennent en dehors de leurs heures de cours, donc bénévolement (je dis bénévolement car dire que cette réunion fait partie du travail de l’enseignant est grotesque).

 

Ensuite, il y a ceux qui ont prévenu leurs élèves et n’ont pas fait cours.

 

Puis des combinaisons du meilleur goût, des enseignants qui ont perdu leurs heures de cours et d’école après l’école, ces heures d’école après école étant rémunérées en HSE (Heure Supplémentaire Effective), les enseignants perdent donc de l’argent en venant à la réunion !

 

D’autres, qui perdent leurs heures de cours, mais partent en milieu de réunion pour assurer leur HSE, et donc ne pas perdre d’argent à cause de la réunion.

 

Et pour finir, des enseignants qui viennent à la réunion alors qu’ils n’y sont pas conviés et perdent ainsi un cours, mais n’oublient pas de partir au milieu de la réunion pour effectuer leur HSE.

 

Quoi qu’il en soit, je sais déjà dans quelle catégorie je me trouverais l’année prochaine … dans celle des absents.



Photo : La Société Générale, Paris.
Repost 0
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 14:30




 

Aujourd’hui comme souvent, j’ai eu une réunion. L’intitulé de cette réunion est relativement flou, mais nous connaissons son heure de fin, car celle-ci doit durer 1h15.

De nombreuses personnes participent à cette réunion, la direction de l’établissement, un inspecteur, des enseignants de mon établissement et des établissements voisins, le responsable REP (Réseau d’Education Prioritaire), … Au total nous sommes une vingtaine de personnes présentent à cette réunion. Tous les éléments sont là pour faire durer un maximum de temps la réunion (les têtes qui souhaitent prendre la parole pour se mettre en avant), le sujet qui est très vague et le nombre de participants.

 

Bien évidemment l’inspecteur prend la parole environ 25 minutes tout ceci pour finalement ne pas faire avancer cette réunion, mais peu lui importe car il part, au beau milieu de la réunion (soit environ 40 minutes après le début) en prenant soin de serrer la main du principal. A croire qu’il était juste venu pour effectuer son discours ! Mais pour nous, la réunion vient de prendre 40 min de retard …

 

Lors de cette réunion, nous nous sommes divisés en deux, probablement pour être plus efficace … résultat, quelques uns de mes collègues en sont ressortis avec des projets à mettre en place. C’est sympa ces réunions !

La réunion n’étant bien évidemment pas finie à l’heure, différentes personnes ont commencées à s’impatienter (dont je fais partie), et sommes sortis plus ou moins discrètement de la salle. Personnellement je n’ai pas pris une seule fois la parole, car je ne vois pas en quoi j’étais concerné par cette réunion et à quoi elle sert !

 

Photo : Notre Dame de Paris, Paris.

Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 10:38


 

A la fin de la récréation, je récupère ma classe et traverse la cour, pour me diriger vers le bâtiment où se trouve la salle de cours. Un groupe d’élèves stationne au milieu du passage devant la porte du bâtiment et gène son accès. Une enseignante est déjà en train de leur demander de se pousser pour laisser le passage libre, car un "bouchon" se forme devant le bâtiment. Mais la demande de cette enseignante reste veine, les élèves ne bougent pas d’un poil. Celle-ci humiliée en remet une couche en demandant avec insistance aux élèves de se décaler, mais rien n’y fait.

J’arrive à la hauteur du groupe, voulant aider ma collègue, j’interviens à mon tour. Je demande donc au groupe de se pousser pour ne pas bloquer la porte, ne voyant aucun mouvement de leur part. Je réitère ma demande tout en touchant le bras de l’élève se trouvant devant moi. La réponse ne se fait pas tarder "Oh m’touche pas !" et le groupe se disperse lentement.

 

En fait pour que l’élève obéisse, il suffit juste de se faire manquer de respect ! C’est une sorte d’échange, le prof obtient se qu’il souhaite et en échange l’élève est insolent. Enfin ce n’est que le 1er degré. Car positivons, il aurait pu m’insulter ou même me menacer.

Quelle chance j’ai eu !!!


Photo : La Société Générale, Paris.
Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.