Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 10:31

Parc de Belleville 2010-04-11 0004

 

         Et voilà que nos élèves ont trouvé un nouveau jeu. Ils arrachent les poignées des salles de cours. Dernièrement c’est tout l’étage du bâtiment qui y est passé ! Des élèves futuristes en soif de nouveautés … Il faut dire que cracher ou uriner sur la porte de la salle de cours c’est surfait ! (Lien : LXV. On a baptisé ma porte !

         C’est toujours sympathique d’arriver devant sa salle de cours et de constater que la poignée est au sol, ainsi que l’ensemble des salles du bâtiment.

Enfin cela ne retarde même pas l’entrée du cours, puisque nous pouvons ouvrir la salle avec notre clef.

         Alors où est l’intérêt pour l’élève ?

         Toujours est-il qu’il va falloir prévoir un nouveau budget intitulé budget "poignées" !!!

 

Photo : Parc de Belleville, Paris. 

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 12:24

Metro 01

 

 

La veille d’une journée de boulot, ma x2 (comprenez mon amie en langage jeun’s) qui est également enseignante en banlieue parisienne (je viens de vous lâcher 2 infos perso dans la même phrase), me parle de la sortie avec une quinzaine d’élèves qu’elle doit effectuer le lendemain durant toute la journée pour revenir le soir vers 23h au collège (bin si ça arrive !), une sortie particulièrement tardive donc !

Visiblement elle est stressée de revenir seule en transport en commun de son bahut à l’appartement. Car pour rejoindre les transports, il lui faut traverser la cité, déjà qu’en journée ce n’est pas terrible, alors le soir … vous pensez !

Je me propose donc (tel un St Bernard) de venir la chercher au collège pour rentrer ensemble à l’appartement. Chose qu’elle accepte aussitôt.

 

         Mon collège se trouve également au milieu d’une cité, il y a toujours une bande qui traîne au milieu d’une place piétonne que nous devons traverser pour rejoindre les transports en commun.

 

Je pars donc de chez moi pour aller au collège en question, il fait nuit depuis longtemps. En sortant de la station, je constate qu’il y a un camp de rom, un vrai petit village. Je traverse la cité réputée du coin, pour arriver devant l’établissement après 15min de marche. Personne … à part un groupe au pied d’un immeuble.

 

J’attends patiemment, puis mon amie et ses élèves arrivent. Elle les autorise donc à rentrer chez eux, puisque le retour au collège est effectué.

Nous rentrons donc tous les deux en faisant le chemin inverse, pour arriver tardivement à l’appartement, en plus demain, une grosse journée m’attend.

 

Ce qui m’a impressionné dans cette histoire, c’est que mon amie n’étant pas tranquille pour rentrer à l’appartement en traversant la cité et en prenant les transports en commun si tardivement, a préféré que je vienne la chercher.

Par contre pour les élèves (qui ont 14, 15ans), AUCUN parent n’attendait leurs enfants devant la grille du collège.

 

C’est le prof qui se fait raccompagner, et les élèves qui rentrent seuls chez eux !!!

Invraisemblable !

 

Photo : Métro, Paris.

 

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 10:06

Belleville 2010-04-11 0001   

Début du cours, je demande de prendre une nouvelle feuille et d’inscrire le titre du cours que je note au tableau. Les élèves ouvrent leurs classeurs pour en sortir une feuille.

Peu à peu ils s’installent pour se mettre au travail.

Soudain un élève dit : "M’sieur vous avez d’la chance, c’est ma dernière feuille !".

 

         Ah oui, j’ai vraiment de la chance, il faut apprécier à sa juste valeur ce phénomène rarissime qui consiste à ce que cet élève en question ait son matériel scolaire et en plus il a une feuille vierge en bon état (non déchirée, non froissée, … bref, une feuille de cours !).

 

Photo : Belleville, Paris.

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 13:47

Tour Eiffel 04

 

 

         Aujourd’hui j’ai dû baisser mon froc comme trop souvent devant mes élèves. Je vais vous raconter les faits.

 

Je n’ai pas d’élève, la sonnerie retentit, j’entends des élèves à travers la porte de la salle. Soudain celle-ci s’ouvre brutalement, et un élève court dans les couloirs pour se dérober. Trop tard !

Mes élèves arrivent peu à peu et se mettent en rang. Je finis ce que je suis en train de faire à mon bureau.

Je relève la tête pour aller chercher mes élèves, et surprise, je constate qu’un élève vient de saisir rapidement la poignée de porte pour mieux la refermer violemment, mais au dernier moment il croise mon regard.

Il lâche donc la poignée, je lui demande de venir me voir pour me donner son carnet. Mais il ne l’a pas, il m’explique que c’est un autre professeur qu’il l’a depuis hier, et il n’est pas là aujourd’hui (adieu carnet). Je lui demande donc de partir pour aller dans son cours, de l’autre côté du bâtiment. Inutile de préciser que cet élève est connu de notre communauté éducative …

 

         Mes élèves entrent dans la salle, ils s’installent, puis soudain la porte s’ouvre à nouveau violemment. Trop c’est trop, je décide de partir à la recherche de cet élève, je laisse mes élèves sans surveillance (chose qu'il ne faut jamais faire), pour courir de l’autre côté du couloir (un peu de sport c’est bon pour la santé). Et j’aperçois, un élève seul dans le couloir, qui traînait devant ma salle juste avant, c’est sans aucun doute cet énergumène qui vient de fracasser la porte contre le mur. Je rédigerai donc un rapport pour son compte (même si celui-ci n’aura que peu de poids) !

 

         Je me redirige donc vers ma salle et au détour de l’escalier, BAM, un élève qui courrait dans le couloir me percute de plein fouet, il s’agit du même élève qui avait tenté de fermer violemment la porte. Il traîne toujours dans les couloirs et s’amuse alors que son cours avec mon collègue a débuté !

         Excédé par tout ces faits, et d’avoir été heurté par l’élève. Sous la précipitation et la violence du choc, je saisi son pull pour le mettre contre le mur à côté de ma porte (à ne JAMAIS faire, même en cas d’énervement extrême), je l’engueule comme jamais. Celui-ci se met en colère, m’explique qu’il est allé vérifier si le professeur ayant son carnet est bien absent (bah bien sûr) et me menace d’aller voir le principal car je n’ai pas à le frapper (ah bah carrément, n’ayons pas peur des mots).

 

         Forcément je vois le problème se développer sous mes yeux, j’essaye de désamorcer le conflit, mais au contraire celle-ci s’envenime. Après de longues minutes de débats, je laisse partir l’élève, pour reprendre ma classe et débuter enfin mon cours.

 

         Durant le cours, cette histoire me tracasse, mes élèves s’en rendent bien compte. Je décide donc d’envoyer un de mes élèves pour demander à l’élève faisant parti du conflit de venir à la fin de l’heure. Histoire de finir les négociations dans le calme.

 

         La fin de l’heure arrive enfin, mon élève perturbateur vient me voir. Nous nous expliquons de manière plus calme, forcément l’histoire c’est décanté un peu. Et nous en resterons donc là, nous sommes quittes. L’histoire restera entre nous.

         Ce qui est dingue c’est de constater que l’élève a fait de nombreuses erreurs (court dans les couloirs, ferme violemment les portes, percute son professeur, n’a pas son carnet, ne va pas en cours, …), mais comme le professeur en a également fait une (pousse l’élève pour le mettre contre le mur), et bien il y a vice de procédure. Toutes les infractions sont annulées !

 

         J’ai donc préféré baisser mon froc devant l’élève plutôt que de me voir convoquer chez le principal et de peut être, être mis à pied !!!

 

Photo : La Tour Eiffel, Paris.

 

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 15:04

Tour Eiffel 03

 

Aujourd’hui un élève intervient dans mon cours pour parler de quelque chose qui ne correspond pas du tout à celui-ci. Je le reprends, le fâche pour qu’il ne recommence pas.

Et là un de ses camarades veut faire le malin, il ouvre son carnet de correspondance pour lire une partie du règlement et dit :

-         L’élève : "M’sieurs pourtant dans le règlement, il y a écrit : Les élèves ont le droit de s’exprimer collectivement !". Je n’y crois pas, l’élève va fouiller dans le règlement pour sortir une phrase de celui-ci et tenter de me mettre en défaut.

-         Le prof : "Cette phrase est complètement sortie de son contexte, et bien sûr les élèves ont le droit de s’exprimer, mais à propos du cours. Et en aucun cas, ils n’ont le droit d’être insolent, c’est pourquoi tu me recopieras le règlement entièrement." Boum, dans tes dents !

 

Aussitôt l’élève me dit qu’il ne savait, il ne voulait pas être insolent et se met à pleurer. Mais rien n’y fait, ayant été victime d’une tentative de rébellion, je reste inflexible ! Non, mais sans déc’ !

 

Photo : La Tour Eiffel, Paris.

Repost 0
Published by Proald - dans Cours
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:30

Tour Eiffel 02

 

Et oui aujourd’hui c’est un coup de gueule que je voudrais faire passer concernant les mutations (une fois de plus). Car nous n’en entendons jamais parler, ni les personnes extérieures à l’enseignement, mais les profs non plus !!!

Le système de mutation actuel est mal au point, et va en plus se détériorer. Car pour le moment une majorité de matière sont "paralysées", mais la situation va clairement s’aggraver avec la réforme des IUFM, les nouveaux arrivants vont rester dans leurs académies de rattachement avec un emploi du temps plein, en remplaçant un enseignant et ainsi éviter la case Paris (au moins pour le début de carrière, nous ne connaissons pas la suite de la réforme).

Résultat les enseignants qui sont déjà en banlieue Parisienne ne sont pas près de retourner en province.

Mais tout le monde s’en fou, la hiérarchie qui accentue le mal être sans s’en soucier. Les syndicats qui s’en fiche à un point … Car à chaque nouvelle grève fourre tout, nous entendons parler de revalorisation des salaires, de métier à revaloriser, des conditions de travail, … mais en aucun cas des mutations.

Et pourtant cette préoccupation est généralement en tête de liste chez les enseignants (les muter en région parisienne).

 

         Sans rentrer dans les détails, dans la majorité des disciplines, il est possible de muter après une dizaine d’années passées dans les établissements classés, c'est-à-dire "difficiles".

         Quelques disciplines sont encore épargnées, et ont la possibilité de muter plus facilement. A l’inverse, d’autres disciplines ne pourront jamais muter dans l’académie de leur choix, car celle-ci est tout simplement fermée.

         La gestion du personnel à ce niveau là est des plus déplorables.

 

         Ce qui est dingue c’est de savoir qu’il existe pourtant dans ces académies des postes libres, mais ceux-ci sont réservés par les académies pour la réforme des lycées qui arrive à grand pas. Car à la suite de cette réforme de nombreux profs vont se retrouver sur le carreau, sans élève pour exercer leur métier. Du coup ces enseignants vont tout simplement prendre la place de d’autres profs et changer carrément de matière pour certains.

 

         Car en tant que parent vous ne le savez peut être pas, mais le prof de math qu’a votre enfant n’a peut être jamais passé le concours de prof de math (CAPES) !!! Et il en va de même pour d’autres matières sinistrées !

 

Photo : La Tour Eifeel, Paris.

 

Repost 0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:08

Tour Eiffel 01

 

Lors d’une formation, je rencontre un membre du personnel de direction d’un lycée professionnel. Nous discutons de nos établissements respectifs, j’apprends donc certaines choses de son lycée. Notamment que son établissement à un taux d’attractivité de 1,4% !!!

Ce qui est extrêmement faible. Qu’est ce qu’un taux d’attractivité ? C’est le pourcentage d’élève qui demande l’établissement en 1er vœux. Ce 1,4% ce traduit donc par un choix en 1er vœux de cet établissement par 14 élèves pour 1000 élèves. Ce qui est complètement dérisoire. Ça veut tout dire, quasiment aucun élève inscrit dans l’établissement ne souhaite y suivre sa scolarité. Les élèves viennent donc à reculons dans ce lycée.

Ces élèves échouent ici suite à l’orientation, certes en travaillant un peu plus et surtout en étant plus sérieux ils auraient pu obtenir l’orientation désirée, mais ce n’est pas le cas.  

A la suite de cette 1ère étape arrive une autre difficulté à gérer par le lycée, il s’agit de l’absentéisme, et dans ce genre d’établissement, ce taux est à l’inverse très important …

L’absentéisme est la maladie éducative de ce siècle …

 

Photo : La Tour Eiffel, Paris.

 

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 13:38

Statue de la liberte 02 

Les contrats précaires n’existent pas uniquement dans le privé. Les collectivités locales, les ministères, et notamment le mien (Education Nationale) en sont friands !

Dans notre établissement, le département nous "offre" la possibilité d’embaucher trois personnes en C.A.E. nouvelle version (Contrat d’Aide à l’Emploi).

Quel est ce type de contrat ? C’est un contrat de 20 heures par semaine, payé bien entendu au SMIC, soit un montant d’environ 600 € net par mois, ça ne doit pas être facile de vivre avec un salaire pareil !

 

Ces personnes sont allouées à différents services dans l’établissement : la vie scolaire, dans ce cas ils font office de surveillant ; le secrétariat, pour renforcer le côté administratif ; l’informatique, pour améliorer le fonctionnement des ordinateurs ; le CDI, pour élargir le champ d’action ; …

Il ne faut pas croire qu’une fois le contrat arrivé à son terme, ces personnes auront la possibilité d’être embauchés, car il n’en est rien, même si certaines personnes lors de l’embauche peuvent leur faire miroiter.

 

C’est tout de même honteux de constater que des entreprises ou des collectivités utilisent cette main d’œuvre bon marché, car très économique et qui ne nécessite quasiment aucun engagement de leurs parts !

 

Les personnes qui postulent à ce genre de poste, sont déjà dans la précarité, ils vogue de C.A.E. en C.A.E. ou sont tout simplement en fin de droit aux indemnités chômage.

 

Lorsque tout le monde profite du système, et l’état lui-même en premier lieu …

 


Photo : Statue de La Liberté, Paris.

Repost 0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 00:35

Quartier Novotel 15 ème 02 

L’un de mes jeux favoris en classe consiste à intervenir lorsque j’ai le silence complet dans ma classe (ce qui est rare). Les élèves sont calmes et travaillent (pas tous).

 

-         Le prof : "Chhhhhuuuuuuut ! " Les élèves se regardent, pour savoir qui est en train de parler.

-         Le prof : "Ecoutez, écoutez !" Les élèves tendent l’oreille pour entendre un bruit, mais ils ne perçoivent rien !

-         Le prof : "Oh il y a le silence ! " Les élèves sont dégoûtés de s’être interrompus pour comprendre que je me moque un peu d’eux.

 

Il faut bien préciser que je fais cela très rarement et uniquement avec les classes que je "maitrise". Cela me permet juste de bien insister, que le silence est très précieux car rarissime au sein d’une classe. Certains élèves s’interrogent par la suite …

Même pour eux dans la vie de tous les jours, ils ne connaissent quasiment pas le silence, car généralement pour la plupart d’entre eux, ils ont plusieurs frères et sœurs. Ils n’ont pas forcément une pièce qui leur est dédiée pour leur travail, et la télévision fonctionne en permanence.

Du coup, lorsqu’il n’y a pas de bruit, ils se méfient, car c’est anormal à leurs yeux.

 

Personnellement, j’aime écouter le silence, surtout en cours !

 
Photo : Quartier Novotel 15ème, Paris.

Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 22:16

Statue de la liberte 01 

Avant de débuté le cours, les élèves se mettent en rang devant la salle, l’une d’elle m’interpelle :

-         L’élève : "Monsieur, je n’ai pas mon cahier."

-         Le prof : "Et pourquoi ça ?"

-         L’élève : "Bah, il est trop grand il ne rentrait pas dans mon sac." Houla, je regarde son sac, je constate que c’est un tout petit sac de la marque Hello Kitty pour ne pas la citer. La priorité c’est d’avoir un joli sac, avoir ses cours, c’est du superflu !

 

Du coup, vous vous doutez bien que je lui ai demandé son carnet (qu’elle n’avait pas d’ailleurs), j’ai donc pris le numéro de téléphone de ses parents !

Non mais, c’est quoi ces élèves ???

 


Photos : Statue de La Liberté, New York.
Non j'déconne, Paris of course !!!

Repost 0
Published by Proald - dans Humour
commenter cet article

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.