Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 13:47

Tour Eiffel 04

 

 

         Aujourd’hui j’ai dû baisser mon froc comme trop souvent devant mes élèves. Je vais vous raconter les faits.

 

Je n’ai pas d’élève, la sonnerie retentit, j’entends des élèves à travers la porte de la salle. Soudain celle-ci s’ouvre brutalement, et un élève court dans les couloirs pour se dérober. Trop tard !

Mes élèves arrivent peu à peu et se mettent en rang. Je finis ce que je suis en train de faire à mon bureau.

Je relève la tête pour aller chercher mes élèves, et surprise, je constate qu’un élève vient de saisir rapidement la poignée de porte pour mieux la refermer violemment, mais au dernier moment il croise mon regard.

Il lâche donc la poignée, je lui demande de venir me voir pour me donner son carnet. Mais il ne l’a pas, il m’explique que c’est un autre professeur qu’il l’a depuis hier, et il n’est pas là aujourd’hui (adieu carnet). Je lui demande donc de partir pour aller dans son cours, de l’autre côté du bâtiment. Inutile de préciser que cet élève est connu de notre communauté éducative …

 

         Mes élèves entrent dans la salle, ils s’installent, puis soudain la porte s’ouvre à nouveau violemment. Trop c’est trop, je décide de partir à la recherche de cet élève, je laisse mes élèves sans surveillance (chose qu'il ne faut jamais faire), pour courir de l’autre côté du couloir (un peu de sport c’est bon pour la santé). Et j’aperçois, un élève seul dans le couloir, qui traînait devant ma salle juste avant, c’est sans aucun doute cet énergumène qui vient de fracasser la porte contre le mur. Je rédigerai donc un rapport pour son compte (même si celui-ci n’aura que peu de poids) !

 

         Je me redirige donc vers ma salle et au détour de l’escalier, BAM, un élève qui courrait dans le couloir me percute de plein fouet, il s’agit du même élève qui avait tenté de fermer violemment la porte. Il traîne toujours dans les couloirs et s’amuse alors que son cours avec mon collègue a débuté !

         Excédé par tout ces faits, et d’avoir été heurté par l’élève. Sous la précipitation et la violence du choc, je saisi son pull pour le mettre contre le mur à côté de ma porte (à ne JAMAIS faire, même en cas d’énervement extrême), je l’engueule comme jamais. Celui-ci se met en colère, m’explique qu’il est allé vérifier si le professeur ayant son carnet est bien absent (bah bien sûr) et me menace d’aller voir le principal car je n’ai pas à le frapper (ah bah carrément, n’ayons pas peur des mots).

 

         Forcément je vois le problème se développer sous mes yeux, j’essaye de désamorcer le conflit, mais au contraire celle-ci s’envenime. Après de longues minutes de débats, je laisse partir l’élève, pour reprendre ma classe et débuter enfin mon cours.

 

         Durant le cours, cette histoire me tracasse, mes élèves s’en rendent bien compte. Je décide donc d’envoyer un de mes élèves pour demander à l’élève faisant parti du conflit de venir à la fin de l’heure. Histoire de finir les négociations dans le calme.

 

         La fin de l’heure arrive enfin, mon élève perturbateur vient me voir. Nous nous expliquons de manière plus calme, forcément l’histoire c’est décanté un peu. Et nous en resterons donc là, nous sommes quittes. L’histoire restera entre nous.

         Ce qui est dingue c’est de constater que l’élève a fait de nombreuses erreurs (court dans les couloirs, ferme violemment les portes, percute son professeur, n’a pas son carnet, ne va pas en cours, …), mais comme le professeur en a également fait une (pousse l’élève pour le mettre contre le mur), et bien il y a vice de procédure. Toutes les infractions sont annulées !

 

         J’ai donc préféré baisser mon froc devant l’élève plutôt que de me voir convoquer chez le principal et de peut être, être mis à pied !!!

 

Photo : La Tour Eiffel, Paris.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

commentaires

broillet 02/07/2010 18:23


bonjour,
ma fille est en CM2 tout se passe bien dans sa classe mais d'après se qu'elle me raconte l'autre professeur se fais crier dessus du jors "ferme ta gueule petasse" " bahh la prof pleure on n'a une
chochote dans la classe" ta gueule t'es pas ma mère" et la semaine derniere donc vendredi 25 juin l'autre professeur est venu dans sa classe en pleurant!
Ma fille et ses amis on désider d'aller a la place de la prof pendant 1 jour ou 2 et il on expliquer aux élèves que leur prof n'en pouvait plus et qu'il falait se calmer et miracle sa a marche!!


Proald 02/07/2010 19:19



Tant mieux, mais ce n'est pas dit que cela dure ...



David 29/06/2010 17:23


Tout à fait d'accord avec "ex-élève"... cher Proald, changez vite de métier !


Proald 29/06/2010 19:42



Je ne pense pas que cet élève déteste l'école par ma faute, mais c'est plutôt moi qui risquirais de détester les élèves par son aide.


...



ex-élève 28/06/2010 14:19


pauvres élèves ! Vous êtes l'archétype du mauvais professeur, celui qui arrive à faire détester l'école aux enfants qui l'aimaient jusqu'alors.
PS : par pitié relisez-vous avant de publier, à défaut d'être intéressantes, vos notes seront au moins sans fautes d'orthographe (chose QU'IL ne faut jamais faire...)


Proald 28/06/2010 18:06



Je corrige de suite ...


"L'archétype du mauvais professeur" on croit rêver !



une autre prof 01/06/2010 23:30


Bon courage "Proald" :o) On ne peut pas toujours avoir la "bonne" réaction, au "bon" moment : tu te poses déjà pas mal de questions, et c'est plus qu'un bon début ! Sans compter qu'au-delà de ce
qu'il aurait fallu faire, et de tous les bons conseils, ma foi... il y a parfois le réflexe (somme toute très humain et légitime) de se préserver un minimum.
Je découvre ton blog, et "catalyser" ton vécu sur papier (fût-il électronique ;o) est très constructrice et elle t'aidera sans doute beaucoup -outre le plaisir de l'écriture.
Très cordialement


Proald 02/06/2010 14:47



Merci pour ton soutien.



patato-valdes 19/05/2010 18:36


Mais qui se cache derrière "les autres" selon vous?


Proald 19/05/2010 19:03



Quelques collègues, une partie de la hierarchie également, ...



Patato-valdes 18/05/2010 21:03


Aïe Aïe Aïe.... Je ne sais quoi penser cher ProAld... Si je comprends bien vous avez préféré mettre de côté votre "honneur" pour éviter des maux avec votre hiérarchie. Votre moral en a-t-il pris un
coup? Car à mon sens, empoigner un élève casse-couille par le pull pour l'appuyer contre un mur n'est de loin pas une faute.
Ce qui en est une, c'est le manque cohérence de tout ça :-(
Bien à vous


Proald 19/05/2010 14:31



Ce n'est pas une faute pour vous, mais pour d'autres si ...



Médard 17/05/2010 21:14


consternant, mais pas étonnant, malheureusement…
votre aventure me fait penser à celle de cette conductrice de bus :
http://www.marianne2.fr/Quand-la-Republique-s-agenouille-devant-la-betise_a192826.html

;->


Proald 17/05/2010 22:38



Allons voir ça !



Robocop 17/05/2010 17:46


@Ju', je comprends et je sais que les enfants ne rebellent pas contre moi , mais vu que je suis le premier dans leur ligne de mire , c'est moi qui prends.
Tout cela , je le comprends , car sinon, tu ne pourrais pas tenir dans ce genre de travail.

Mais à l'inverse , on ne peut pas se laisser marcher dessus par des élèves sous prétexte qu'ils ont des problemes à la maison, ou pas assez dormis...

Tu me vois en train de me faire insulter devant 50 élèves et dire simplement : "C'est pas grave , tu dois avoir des problèmes. Tu veux qu'on en parle ?"

Les élèves ne sont pas stupide, ils savent les limites , mais de temps en temps , ils "testent".

Je crois que pour ne pas faire de la psychologie de rue :
"les enfants ont besoin d'un os à ronger et pas d'une serpillère."
Enfin, c'est ma théorie.


Proald 17/05/2010 22:38



Tout ce que tu dis est vrai, mais je pense que Ju' voulait simplement témoigner ce qu'elle a vécu. Et ce n'est pas la même chose pour tous les élèves, chaque cas est différent.



Ju' 15/05/2010 16:44


@Robocop : J'ai été une élève pas turbulente, mais parfois franchement impertinente. Dans la grande majorité des cas, je n'avais absolument rien contre le professeur avec lequel j'étais insolente,
c'était plutôt, comme le dit Clément, à "l'institution", à l'école, que j'en avais. Pourquoi ? Va savoir. Quand on a 14 ans, on est parfois en rébellion contre tout et n'importe quoi. La plupart du
temps, cette rébellion se contient plutôt bien, mais parfois, hélas, elle sort de son contexte initial et va trop loin. On finit par en vouloir à la personne qui nous empêche d'exprimer cette
rébellion, et cercle vicieux. Je ne défends personne. J'exprime juste ce que je ressens à propos de ça, quelques années après.
(à savoir qu'en classe préparatoire, le prof peut bien nous lancer des craies ou nous démolir au tableau, personne ne se plaint : on gratte et on continue à jouer le jeu...)
PROALD, je n'ai pas grand chose à te dire. Ce genre d'article a tendance à me sidérer. "..."


Proald 17/05/2010 10:03



Merci d'exprimer ton point de vue, car tu es toujours élèves actuellement, et ça change les données. C'est toujours intéressant d'obtenir un commentaire "d'élève".



Jean-Sébastien Philippart 15/05/2010 09:34


Bonjour à vous,

Un collègue belge nouveau venu sur la Toile qui partage votre inquiétude et affronte le réel :

http://parolesdeprofs.over-blog.com/

Cordialement,

JS Philippart


Proald 17/05/2010 10:01



Un nouveau blog de collègue :)



jean 14/05/2010 20:17


L'aurtografe est mandarine.

"Celui-ci ce m’est en colère,..."

Deux fautes. Et pas des petites. Vous les voyez?


Proald 17/05/2010 09:56



Oui, je les vois ... je n'ai pas dû me relire ! Je change ça dans le foulée.



pe62 13/05/2010 14:04


Salut,

Situation de plus en plus fréquente, malheureusement !


Proald 16/05/2010 22:29



...



Robocop 12/05/2010 17:41


Pour nuancer tout ca , je dirais qu'on ne garde à l'esprit que les mauvaises choses, et qu'on note sur les blogs que les choses qui nous "choque".
(Insultes, enfants battus...)

Mais tout les jours , il y a des détails, des petites choses, qui nous font nous sentir utile, nous font sourire.

(-Des fois , il suffit qu'un élève qu'on a punit la veille , nous dise Bonjour le lendemain, et on se dit qu'il ne nous garde pas rancune.
-Qu'un gamin qu'on a consolé car ses parents divorcent et qui le lundi vous fait un vague sourire. C'est déjà ca de pris. )

Bref , mon job (surveillant) est très enrichissant, car j'ai quand même plus le temps de discuter avec les enfants qu'un prof , car lui doit quand même assurer son cours.


Proald 16/05/2010 22:29



Malgré tout je me retrouve dans ce que tu viens de dire.


:-)



Youssef 12/05/2010 12:45


Tu as bien fait d'essayer de rectifier le tir avant que le turbulent s'en plaigne à la direction ... Elle n'a pas tendance à être du côté de ses enseignants dans ce cas là... C'est triste mais bon.
On ne cherchera pas à comprendre ni à sanctionner le fauteur de trouble alors qu'un enseignant excédé à juste titre par ces perturbations lui ... s'en prendra plein la figure en remontrance.

Au passage:
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/05/12/la-cour-des-comptes-denonce-le-systeme-scolaire-francais_1350226_3224.html


Proald 16/05/2010 22:27



Je vais faire un tour sur ce lien.



Une prof 12/05/2010 10:24


Bonjour,
Je suis prof dans un collège particulièrement pénible et la situation que tu décris arrive chaque jour... Les incivilités de plus en plus lourdes qui se banalisent...

Pousser un élève contre le mur ? Tout dépend de la "violence" du geste, je suppose que tu ne l'as pas cogné violemment et que ton geste fut au plus "brusque".

Tu as simplement recadré les choses. L'élève est le premier fautif : son attitude n'est pas compatible avec le règlement intérieur + dangereuse. N'oublions pas également le facteur "humain". On ne
peut pas te reprocher d'être excédé par cet élève.

"Nous sommes quittes", ta phrase me choque car tu n'avais absolument pas à négocier ou à t'excuser de ton geste. Tu n'as pas été violent. Tu n'as pas maltraité un gamin adorable par pure sadisme.
Tu as été plus brusque dans un excès d'énervement parce que le gamin perturbateur t'a percuté car ce crétin courait dans les couloirs...

Il m'arrive personnellement de devoir rattraper un élève par le col, son sac ou son pull et il m'arrive aussi de les coller contre le mur (personne ne saigne, personne n'a mal) histoire de stopper
net leurs périgrinations et leur insolence.

Bon courage à toi... en espérant que l'élève verra en ta décision de ne pas aller plus loin de la compréhension et une clémence plus que louable... plutôt qu'une faiblesse d'autorité... brèche dans
laquelle il s'empressera de s'engouffrer en emmenant tous ses copains.


Proald 16/05/2010 22:26



"brusque" le terme est plus approprié.


Ce que tu décris comme gestes, je peux dire qu'il faut faire extrêmement attention, car à tout moment ça peut te retourner dessus, il suffit de parents tatillons, d'un principal qui n'attend que
ça, et le tour est joué.


Pour le moment l'élève n'a pas joué de ma "défaillance".



Maurice and co... ! 11/05/2010 21:36


comme je suis désolée pour vous ,c'est franchement un métier trop dur et qui amènerait n'importe qui à péter les plombs !!
Qui va un jour prendre enfin ce problème à bras le corps et repenser complétement le système éducatif de notre pays ????? Je suis inquiète quand je vous lis car on prend la mesure du desastre !!


Proald 12/05/2010 14:02



Et encore, prendre la mesure à travers ce blog, n'est pas forcément juste, car j'ai du mal à retransmettre une journée, voire même un cours.


Car il y a toujours de multiples incidents ou actions (pour ne pas être négatif).



Robocop 11/05/2010 18:49


Clément , je m'incline si tu me dis que tu es CPE, car tu sais précisément ce que nous vivons au quotidien.
Ce n'était pas une attaque contre toi (car je ne te connais pas.), mais je m'insurge des fois contre les personnes qui derrière leur ordi , analyse une situation tranquillement et qui disent ce que
nous aurions du faire..... alors qu'il travaillent dans le privé et que la seule vision de l'éducation nationale , c'est au JT de TF1 lorsque les profs font grève.
Donc, je répète tu dois être plus compétant que moi dans la gestion des incidents.

Et oui je suis d'accord avec toi (tu vois , tout peut arriver...) , quant tu dis que les gamins cherchent rarement les profs en tant qu'hommes , mais ils cherchent un cadre, des limites.

Mais , je peux aussi comprendre un prof , qui pête une pile et qui accroche un gamin au mur .

Pour mon surnom, c'est le doux surnom que m'on donné les élèves, car je ne laisse rien passer.
Mais je peux te dire que j'apprécie mon travail , les gamins et même mon cpe....

Je te tire même mon chapeau; si tu es cpe depuis 10 ans , car ce ne dois pas être facile tout les jours , mais je pense que c'est un travail hyper enrichissant.
Sauf que vous avez toujours le mauvais rôle, et que les élèves vous voient plus comme un super flic que comme une personne qui veille à leur bien-être.


Proald 12/05/2010 14:01



...



Clément 11/05/2010 17:56


Pour répondre a Robocop, il se trouve que je travaille dans l'éducation nationale depuis maintenant 10 ans, que j'ai vu de nombreux bahuts, même de ceux qui sont très difficiles...en tant que CPE
précisément (qui n'est pas toujours précisément dans le coin, mis peu de situations nécessitent une réponse immédiate et réflexe...on arrive toujours a me trouver en cherchant un peu)...Et oui, je
crois que prendre du recul par rapport a une situation est le propre de l'éducateur. Les gamins "cherchent" rarement les profs en tant qu'individu et bien en tant que représentant d'une
institution, si le recul n'est jamais pris, tu réponds malheureusement coté de la provocation...

Et pour info, un surveillant qui utilise comme pseudo...Robocop, ça me laisse songeur sur la vision que tu as de tes missions...Ou alors je suis a coté de la plaque et ça n'a rien a voir.


Proald 12/05/2010 13:59



Robocop n'est qu'un pseudo. Comme Prof à la dérive, je ne suis pas toujours à la dérive, heureusement.


Inutile de prendre en compte le pseudo, c'est un détail.



Chuck 11/05/2010 14:41


Je ne voudrais pas paraître méprisant, mais je comprends de mieux en mieux pourquoi les élèves se permettent tout en cours. Si un prof se sent obligé de NEGOCIER avec un élève qui fout le bordel,
au lieu de le virer, c'est qu'il n'a aucune autorité. A mon avis, vosu vous êtes tiré une balle dans le pied, car maintenant les élèves turbulents de votre établissement auront bien compris que
même en se comportant comme des sauvageons, ils ne récolteront qu'une discussion d'égal à égal. Aberrant !


Proald 12/05/2010 13:57



Si j'ai fait ça, c'est que je sais pertinament que je ne suis pas soutenu par la hierarchie, ça me serait retombé dessus !



Robocop 10/05/2010 19:28


Bonjour,

C'est mon 1er commentaire sur ce site:
1/ Félicitations pour ce site que j'apprécie
2/ Les gens qui postent des commentaires travaillent-ils pour l'Education Nationale?
Car j'ai l'impression que Clément n'est pas retourné voir comment se comporte nos chers bambins dans un collège depuis longtemps.
Car a chaque fois qu'il y a un problème, tu crois que la CPE est précisément dans le coin ?
A chaque fois qu'un gamin te cherche tu crois que tu as le temps de réfléchir à une "médiation " , à une "externalisation" du problème ?

Moi , la seule "Externalisation du problème" que je connaisse se nomme: Exclusion de l'élève.

3/ Longue vie a ce blog

4/ Pour info, je suis surveillant dans un collège (calme)


Proald 12/05/2010 13:55



Même si je ne connais pas la profession de toutes les personnes qui postent, je peux dire qu'en majorité ils se trouvent dans le milieu de l'éducation, parfois comme élève même.


Merci pour le 3/.



Beatrice 10/05/2010 18:13


C'est vrai qu'à partir du moment où l'adulte est pris en faute, même minime, ça annule tout ce que peut faire ou dire un élève, même si c'est grave. C'est fou mais on en est arrivé là et après on
se demande pourquoi les établissements scolaires ne sont plus des lieux sûrs.


Proald 12/05/2010 13:53



...



Armand 10/05/2010 15:56


Cher Proald,
Mon épouse était institutrice il y a 40 ans, dans une école confessionnelle catholique.
Un jour, elle donne une punition à une élève très turbulente.
Le lendemain, elle reçoit une lettre de quatre pages du père de l'enfant, commençant par: "Nous autres, néerlandophones, sommes toujours brimés..."
Elle va avec ce document chez la directrice et demande ce qu'elle doit en faire.
"Laissez tomber", dit la nonnette: les parents sont influents dans notre village.
Mes conclusions:
1) "Nihil novi sub sole"
Ce qui fut, cela sera ;
Ce qui s'est fait se refera ;
Et il n'y a rien de nouveau sous le soleil.
(Ecclésiaste, Livre 1 verset 9.)
2) Comprends-tu pourquoi le métier d'enseignant ne me conviendrait pas!
Amitiés et condoléances à ton autorité!


Proald 12/05/2010 13:53



ça me fait sourir ce que tu dis.



XARITA 10/05/2010 15:56


Bonjour,
Je cerne tout à fait le problème, l'angoisse!!! Je ne sais pas qui tu es mais je pense fortement que tu n'es pas prof de français!!! lol ;)


Proald 12/05/2010 13:51



Tu peux toujours me corriger mes fautes.



yaya 10/05/2010 15:54


je vois le flip!!


Proald 12/05/2010 13:50



...



Clément 10/05/2010 14:10


Si j'ai bien compris l'histoire, tu as décidé tout seul de ce que tu devais faire, il y avait, a mon avis, des possibilités de puni tout de même cet élève en désamorçant la situation. Il n'est pas
possible que personne dans ton bahut ne puisse t'aider. Une première solution aurait sans doute été d'externaliser le problème en demandant une médiation (un CPE doit bien trainer dans le coin)
pour bien dissocier ton geste d'agacement et le fait que cet élève n'avait rien a faire là...Je ne connais pas bien la situation mais je ne crois pas que tu étais dans l'obligation de "baisser ton
froc"...


Proald 11/05/2010 22:11



Je crois surtout, que si cette histoire serait montée plus haut, j'aurais pris "chère" comme on dit !



C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.