Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:30

Tour Eiffel 02

 

Et oui aujourd’hui c’est un coup de gueule que je voudrais faire passer concernant les mutations (une fois de plus). Car nous n’en entendons jamais parler, ni les personnes extérieures à l’enseignement, mais les profs non plus !!!

Le système de mutation actuel est mal au point, et va en plus se détériorer. Car pour le moment une majorité de matière sont "paralysées", mais la situation va clairement s’aggraver avec la réforme des IUFM, les nouveaux arrivants vont rester dans leurs académies de rattachement avec un emploi du temps plein, en remplaçant un enseignant et ainsi éviter la case Paris (au moins pour le début de carrière, nous ne connaissons pas la suite de la réforme).

Résultat les enseignants qui sont déjà en banlieue Parisienne ne sont pas près de retourner en province.

Mais tout le monde s’en fou, la hiérarchie qui accentue le mal être sans s’en soucier. Les syndicats qui s’en fiche à un point … Car à chaque nouvelle grève fourre tout, nous entendons parler de revalorisation des salaires, de métier à revaloriser, des conditions de travail, … mais en aucun cas des mutations.

Et pourtant cette préoccupation est généralement en tête de liste chez les enseignants (les muter en région parisienne).

 

         Sans rentrer dans les détails, dans la majorité des disciplines, il est possible de muter après une dizaine d’années passées dans les établissements classés, c'est-à-dire "difficiles".

         Quelques disciplines sont encore épargnées, et ont la possibilité de muter plus facilement. A l’inverse, d’autres disciplines ne pourront jamais muter dans l’académie de leur choix, car celle-ci est tout simplement fermée.

         La gestion du personnel à ce niveau là est des plus déplorables.

 

         Ce qui est dingue c’est de savoir qu’il existe pourtant dans ces académies des postes libres, mais ceux-ci sont réservés par les académies pour la réforme des lycées qui arrive à grand pas. Car à la suite de cette réforme de nombreux profs vont se retrouver sur le carreau, sans élève pour exercer leur métier. Du coup ces enseignants vont tout simplement prendre la place de d’autres profs et changer carrément de matière pour certains.

 

         Car en tant que parent vous ne le savez peut être pas, mais le prof de math qu’a votre enfant n’a peut être jamais passé le concours de prof de math (CAPES) !!! Et il en va de même pour d’autres matières sinistrées !

 

Photo : La Tour Eifeel, Paris.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lyna 27/07/2011 22:38


Ah le capes, le fameux sésame pour être prof dans des conditions correctes enfin si on peut dire ça, cependant détenir le capes ne fait pas tous, j'ai vu bon nombre de personnes compétentes,
volontaires qui auraient pu être de très bons enseignants ratés le concours à quelques points de l'oral... est-ce-que ce concours fait tous? Devrions nous laisser une chance à ces personnes même si
elles n'ont pas ce sésame? c'est une bonne question à se poser et elle pourrait répondre aux mutations complétement arbitraires. En effet les gens pourraient postuler dans leur région sans être
obligés de la quitter ou alors partir mais dans ce cas là le départ serait volontaire... mais après me dira-t-on que cela ne laisse plus de place à l'égalité des chances que ce concours devrait
représenter....


Proald 28/07/2011 10:58



Vous parlez de l'oral, dans ce cas en effet le niveau de compétence est équivalente. Par contre si une personne n'arrive pas à obtenir les écrits du CAPES (qui sont en grande partie des
connaissances sur la matière en question), c'est bien la preuve que son niveau est trop faible.



flora 12/10/2010 11:46


comme j'ai besoin d'aide psychologique, (je suis prof dans le 93 depuis septembre et je suis déjà la prof dégoutée, désillusionnée que je deteste)je regarde les blog où je pourrais trouver des
situations qui me montrent que je ne suis pas toute seule, que cette situation horrible des classes qui n'écoutent rien ne vient pas que de moi. j'habite Dijon (j'ai eu l'affreuse idée de
m'installer avec mon conjoint et d'acheter un appart au moment où les prix étaient au plus bas)...ma vie s'est donc écroulée quand j'ai su par quelle case je devrais passer. Le 93 et sa violence,
ses tours horribles,sa terre et ses arbres gris (j'y ai vécu 10 années très difficiles à l'adolescence, y retourner était à peine envisageable pour moi mais en tant que prof.... moi qui ai vu
pleurer tant de jeunes et jolies prof quand j'étais élèves la bas...) Je fais donc les aller retour, je débourse 600 euros, me lève à 5heure du mat pour venir voir des élèves qui n'ont qu'une
envie, c'est de mettre les nerfs du prof en boule... enfin j'ai de la chance moi, je n'ai pas encore reçu une énorme gomme dans le dos, ni eu du fumigène dans ma classe... les ultrasons (et oui je
les entend) les sifflements, les bruits d'animaux, les moqueries... tant de belles choses... je suis épuisée, au bord de la démission. Les mutations en banlieues... pour créer du chômage? pour
dégouter des vocations? pour faire vendre anxiolitiques et anti dépresseurs? pourquoi s'acharner sur des jeunes pleins d'illusions?


Proald 12/10/2010 20:46



Tout ce que tu décris, me rappel des souvenirs.


Les jeunes vont en banlieue, simplement parce qu'il n'y pas de volontaires, donc ils prennent les nouvelles recrues.


Gardes espoire, c'est la 1ère année qui est la plus difficile, parès c'est de mieux en mieux.



Gégé 05/05/2010 20:59


ouai, bien triste les mutations dans ce métier! Perso je suis prof de maths en mut simultanée avec l'EPS; originaires de Montpellier, on est "bloqués" dans l'acad d'Amiens depuis 5 ans déjà... sans
aucun moyen "légal" de redescendre!
Autant dire tous dans la même galère.........


Proald 06/05/2010 21:25



ça doit venir de l'EPS, car les barres en math sont relativement basses.



Disparue 04/05/2010 14:08


Tu veux que je te dise, sans aller jusqu'à vouloir muter dans une autre académie (houlà faut pas trop rêver hein), il y a de pauvres âmes qui rêvent juste d'un poste "fixe" quelque part... Les
mouvements passent, et les années avec... je suis comme soeur Anne, je ne vois rien venir.... après 6 ans de tézédariat, je me donne deux mouvement avant d'envisager ma vie ailleurs, or de l'EN.
Elle est loin la motivation qui m'avait fait devenir prof, je suis loin de la vie à laquelle j'aspire... Cette période de l'année me déprime, j'attends qu'on me dise que je serai encore le
"grouillot" de service en 2011.

Ma conclusion: je ne conseillerai pas à mon fils de devenir prof, et à personne d'autre d'ailleurs.

Bon courage


Proald 05/05/2010 14:59



Une chose est sûr, c'est que une fois la mut' obtenue en province, vu que tu passes juste la barre des mutations, tu as toutes les chances de te retrouver TZR et pour quelques années.


C'est peut être ton cas ?



salemou 04/05/2010 08:58


Et c'est encore pire dans le privé ! Les voeux que nous faisons ne servent strictement à rien étant donné que les chefs d'établissement choisissent librement les enseignants qu'ils souhaitent
garder ou voir arriver dans leurs établissements! Nos syndicats ne bougent pas ... Et les remplaçants sont protégés (pour sur ! Ils coûtent tellement moins cher !!). On nous dit que nous sommes
agents de l'état or, nous avons l'impression que nous sommes plutôt dans une logique d'entreprise ... Bref, enseignants du public comme enseignants du privé : nous sommes de plus en plus nombreux à
être dégoûtés de notre métier ...


Proald 05/05/2010 14:58



Je connais quelques enseignants du public qui ce sont mis à passer le concours pour devenir ... prof mais dans le privé cette fois-ci, ils pensaient avoir plus de chance d'obtenir un poste
directement plus proche de chez eux ...


Ils ce sont mis le doigt dans l'oeil alors !



Youssef 03/05/2010 17:07


Par curiosité, quelles sont les matières les plus "saturées" au niveau des mut' ?


Proald 04/05/2010 07:48



EPS, CPE, après il y a plusieurs "petites" matières de lycée ... et tout dépend l'académie demandée.



le majeur 02/05/2010 19:11


notre éducation nationale va mal... notre fonction publique va mal... car on met tous les déficit de l'état sur le dos des fonctionnaires, afin d'en réduire le nombre encore et toujours...
mais il va arriver un moment où il ne restera que des miettes de notre service public, à commencer par l'enseignement...


Proald 03/05/2010 09:10



...



xav 01/05/2010 20:12


Bonjour à tous,

cela fait un mment que je suis ce blog fort sympathique et c'est la première fois que je réagis à un article.

Etant jeune certifié en physique chimie dans l'académie de Rouen, je susi très inquiet de ce problème de mutation que je pense accentué par cette réforme des IUFM.

par exemple dans ma discipline 7 poste au mouvement en seine maritime alors que 13 postes sont bloqués (des temsp complets) pour les stagiaires.

ALors que moi je suis sur 2 établissements en même temps et l'an prochain j'ai bien peutr de me retrouvé sur 3.

En regardant le détail des postes bloqués :6 en lycée dont 3 dans les 3 meilleurs lycées de Rouen. Pour tout mes collègues qui galèrent dans des collèges difficiles depuis des années en espérant
mutés ca doit être assez démotivant.

Si on ajoute à ça toutes les suppressions de postes je susi tout à fait d'accord avec toi pour dire qu'il va être de plus en plus difficile de muter que ce soit dans ou hors académie -surtout pour
vous les parisiens -

Enfin bref, "ils" auraient surement mieux fait de se pencher sur ce problème plutôt que de nous augmenter de 50E, je les laisserais bien volontier en échange d'une situation plus stable

Amicalement,

Xavier


Proald 02/05/2010 14:51



Bien content de constater que nous sommes plusieurs à penser la même chose sur ce sujet.



laetitia 01/05/2010 13:19


c'est vrais, les stagiaire de l'IUFM vont faire leur première année dans leur académie de départ... comme aujourd'hui!

ce qui va changer? aujourd'hui, les stagiaires ont 8H de cours et 2 jours de en centre de formation IUFM par semaine. demain, ils n'aurons plus que de rares formation pendant les vacances
scolaires, et aurons 18H de cours hebdomadaires.

la suite ne change pas: deuxième année = région parisienne!

les choses change, pas forcément positivement (ça c'est sur), mais je ne pense pas que cela aura un fort impact sur les mutation à moyen terme.


Proald 01/05/2010 16:40



Une chose est sûre, c'est que cette année, les enseignants s'attendaient à une chute des barêmes, suite à la suppression du bonus PEP IV, mais parallèlement à cette nouveauté, les stagiaires
IUFM ont pris des postes (18h il me semble), les barres ont augmentées dans de nombreuses matières.


Quand verrons-nous le bout du tunnel ???



LAURE 01/05/2010 10:09


Cher Proald,
En effet, la question des mut' se pose de plus en plus largement...et avec la généralisation des postes de vacataires, les établissements vont chercher à recruter moins de profs certifiés...qui
coutent plus cher..mais qui ont le concours....
Ahhh logique comptable quand tu nous tiens....


Proald 01/05/2010 16:36



C'est vraiment paradoxal, car après les enseignants en établissements "difficiles" touchent une prime, alors qu'ils ne souhaitent qu'une seule chose : PARTIR !



Armand 30/04/2010 17:10


Cher Proald,
Un prof ami, de mon pays, donnant cours dans une école "en discrimination positive", m'avait parlé de ce problème. Chez nous, les amateurs ne se bousculent pas au portillon pour les quartiers
difficiles de Bruxelles.
On a le même problème avec la police où, après la formation, il faut commencer dans la capitale...
Après quelques années, pour les flics, il est possible d'être muté dans son village (ou sa ville) d'origine.
Malgré les primes de bilinguisme et d'éloignement, pratiquement aucun policier ne choisit de rester à Bruxelles toute sa vie active, pour y prendre des coups. Certains trouvent même des
exutoires
dans l'alcoolisme, paraît-il!
Si je me suis permis ce comparatif "osé", c'est parce que le problème est similaire et le procédé de résolution aussi: les syndicats demandent tout le temps des moyens supplémentaires. Mais ce
n'est pas à coups de millions d'euros qu'on motive les gens, hélas!
Ainsi, notre système d'enseignement en communauté française est un des plus coûteux d'Europe et un des moins performants, d'après les enquêtes "Pisa".
Pour la mort annoncée d'un système éducatif en voie de déliquescence totale, sincères condoléances.
Amitiés.


Proald 01/05/2010 16:34



Pour Paris ça doit être la même chose pour la Police.


Le prblème est en effet similaire à mes yeux aussi.


Je crois que les hauts responsables et les syndicats n'ont pas compris, que nous ne souhaitons pas d'argent, mais d'autres choses ...



bibi 30/04/2010 17:05


ah les muts tout un symbole dans la vie d'enseignant!!
un jour certainement tu reviendras en province, dans un coin plus tranquillou!


Proald 01/05/2010 16:31



Oui mais quand ...



C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.