Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 11:16

Ile des cygnes 2010-12-12 0055

 

 

Raté ! Je ne vais pas, cette fois-ci, parler d’un élève qui parle trop. Je parle simplement de moi, car oui j’ai tendance à trop parler, ou plus exactement à trop me confesser.

Il n’est pas toujours simple de se délester auprès de son entourage proche, mais surtout lorsqu’on fait cela, il y a des conséquences qu’on ne maîtrise pas par la suite. Quand nous dévoilons un sujet, la personne qui nous écoute en tiendra forcément compte pour la suite des événements.

Du coup, après réflexion, je constate que j’aurais parfois mieux fait de garder mes problèmes personnels plutôt que de les partager. Car j’ai obtenu le résultat opposé de ce que je souhaitais à l’origine. Je cherchais de l’écoute, sans me préoccuper des retombées éventuelles. En fait, les choses se sont cristallisées du mauvais côté, tout cela parce que j’ai dévoilé mes soucis.

Le prochain coup j’y réfléchirai à 2 fois, avant de parler. Je suis peut-être un peu trop bavard … et je ne réfléchis pas suffisamment avant d’agir.

 

 

 

Photo : Ile des cygnes, Paris.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald - dans prof-a-la-derive
commenter cet article

commentaires

Pollo-kun 21/04/2011 00:14


On se rend malheureusement compte de nos "erreurs de confessions" une fois que ces dernières sont faites, et là: il est trop tard ... Je fais aussi parti de ces personnes qui ont tendances à se
confier un peu trop facilement.

Sinon j'ai mis ce blog en lien sur le mien, en espérant que ça ne dérange pas ... ?


Proald 21/04/2011 09:48



ça ne dérange pas. Bon courage pour la suite de ton cursus.



jacky 13/03/2011 17:54


J'ai été prof longtemps (27 ans...) et pourtant je me reconnais encore dans les propos d'un jeune prof comme vous.
Quand mes jeunes collègues arrivaient je leur conseillais quoi que très bavarde moi-même de pas dire certaines choses devant n'importe qui ... par exemple reconnaître des problèmes de discipline
(ou de gestion de classe pour parler moderne) dans l'idée naïve que les autres pourraient les conseiller, les trois quarts du temps, c'était exploité contre le "débutant" ...même chose en conseil
de classe .. le lieu suprême de l'euphémisme ...faux-cul "ils sont sympathiques" à traduire souvent par "ils me bordèlent et ne foutent rien mais je les aime bien quand même "
Je conseillais à ces jeunes gens ensuite d'aller faire un tour dans le couloir devant la salle de ceux qui prétendaient avoir la pédagogie infuse et l'autorité absolue ... évidemment, il n'en était
rien ...
tout ça pour dire que la franchise en salle des profs et l'écoute des collègues, ben j'y crois pas trop ....


Proald 14/03/2011 08:09



Tout pareil pour moi !!!


Ou même pire, ceux qui en effet ne se font pas bordéliser, autorisent tout et n'importe quoi à leurs élèves : garder le blouson en cours, avoir un chewing-gum, avoir ses écouteurs MP3 dans les
oreilles, et même la capuche sur la tête !!!



Mél 26/02/2011 20:25


Bonjour Proald,

Je parcours depuis peu votre blog, et je le trouve très intéressant et instructif ! Je suis étudiante en socio et en science politique à l'université, et je trouve que votre témoignage est
pertinent pour tous les lecteurs et lectrices qui souhaitent comprendre ou tout au moins apercevoir le paysage de l'enseignement dans des établissements "difficiles". Il est assez criant de voir à
quel point un enseignant peut se retrouver seul, désarçonné et oublié par son "patron" qu'est l'EN... Vous faites un beau métier mais malheureusement, les préjugés à l'égard des profs sont encore
monnaie courante.

Ceci dit, je voulais poster un com avec ce billet, car il m'a touché. Je le trouve sincère et je me reconnais dans ces propos... Il est parfois difficile aussi de toujours se taire... Bien
évidemment que le dévoilement sur certains sujets, sur des problèmes entraînent forcément des répercussions non voulues (heureusement nous ne sommes pas des individus rationnels en finalité ! ;) ).
Mais on devrait aussi obtenir de la part d'autrui (amis proches, familles, collègues...etc.) une écoute, la réciprocité devrait exister dans ce cas !

Je n'en dirais pas plus, sinon j'en écrirais trop...

Bonne continuation et au plaisir de vous lire,

Mél


Proald 27/02/2011 08:43



Merci pour ces explications. C'est vrai, que nous sommes des individus avant tout, et nous devons donc nous parfois dialoguer et nous dévoiler.


Pas si facile que ça de trouver un juste milieu ...



Armand 26/02/2011 15:30


Cher Proald,
Certains profs aiment se dévoiler. Je croyais d'ailleurs que c'était la justification principale des blogs.
De plus, sans goût pour le partage des connaissances, on ne choisit pas ton métier...
Pourtant, votre ministère n'aime pas cela. (Son image de marque, je suppose.)
Les profs en sont souvent réduits à cacher, non seulement leur identité, mais aussi le bahut et la région où ils officient.
Comme je ne partage pas le culte du secret des autres, quand je le remarque trop bien, je "zappe" le blog.
Cela m'évite tout risque de me voir accusé de colportage de commérages...
Mais, il est parfois frustrant de détenir une vérité et de devoir supporter sans réagir, des contrevérités que l'on pourrait réfuter très facilement.
Je crois que c'est ce que tu essaies d'exprimer aujourd'hui.
Amitiés


Proald 27/02/2011 08:40



Merci pour votre explication, j'en tiendrai compte pour la suite des événnements ...



C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.