Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 16:38

Gare de Lyon 2011-05-15 18-22DSCN0855

 

Aujourd’hui, en passant devant les bureaux du secrétariat, je croise une élève de l’année dernière. Par politesse et curiosité, je lui pose une question.

 

Le prof : "Finalement où es-tu affectée pour cette année ?"

L’ancienne élève : "Je dois être à ville lointaine pour un CAP tapissier. C’est pour ça que je viens, c’est loin, et puis franchement Monsieur, qui veut faire ça?" C’est sûr que le CAP ne se trouve pas à côté, mais j’ai bien eu envie de lui répondre la chose suivante : Mais franchement bidule, qui veut d'une élève comme toi ? Je n’ai pas osé pourtant c’était une bonne réplique.

 

Elle n’a que ce qu’elle mérite, elle n’a rien fichu durant toute l’année, elle a séché, mais surtout, lorsqu’elle était présente, c’était pour renvoyer bouler ses profs !!! Et après elle veut obtenir une bonne affectation post 3°, en passant devant d’autres élèves !!!

 

Je crois qu’on habitue vraiment très mal nos élèves, ils ont tout !!! Ils se permettent d’être insolents en cours, de nous insulter voire de nous menacer, et nous (le collège) on s’arrange à les garder, à organiser des sorties scolaires, histoire de leur faire voir le monde extérieur (sortis de la cité, c’est déjà le monde extérieur pour eux), et même à remplir à leur place leurs dossiers d’orientation !!! Bref, je pense que nous sommes fautifs car beaucoup trop souples !

Alors forcément la chute peut être brutale à la fin du collège …

 

Résultat, cette élève est actuellement chez elle, et ne va plus en cours, elle risquerait de stopper définitivement sa scolarité car elle a 16 ans. Que deviendra-t-elle ? Aura-t-elle un travail plus tard sans qualification ?

 

Photo : Gare de Lyon, Paris.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

commentaires

bilfusée 21/07/2015 10:58

C'est un beau métier tapissier, aujourd'hui les métier manuels, et l'artisanat sont mal vu rabaisser, mais il en faut des menuisier, des maçon, des tapissier... Y'a pas de mal à être manuel.
Et certains de ces métiers ne sont pas si mal payé que ca.

Christine 30/10/2011 09:49


C'est tout à fait le genre d'élèves que je vais retrouver en bac professionnel comptabilité. Et oui, ce bac n'ayant plus vraiment la côte auprès des élèves, on nous envoie tout ceux qu'on ne sait
plus où caser. Car chez nous, y'a toujours de la place, même en décembre !! Et tout le monde est content : les parents qui ont enfin une place pour leur rejeton, et le proviseur qui n'aura pas à
fermer de section l'année prochaine. Tout est une question d'équilibre. Et le prof au milieu de tout ça : et ben, il la ferme parce que si y'a pas d'élèves, son poste sera supprimé. Et puis la
directive gouvernementale est claire : le lycée professionnel doit socialiser. Ah ben ça va alors, j'ai cru en plus qu'il faudrait leur apporter des connaissances !! PS :Merci pour les jolies
photos parisiennes.


Proald 31/10/2011 00:00



Je dirai même, le lycée professionnel doit socialiser, et faire garderie pour que les élèves ne traînent pas dehors ... un peu comme dans les collèges de banlieue ...



OlivierNK 15/10/2011 15:38


Heureusement qu'il y a des gens comme elle pour venir nous torcher le c*l quand nous serons vieux et impotents!
^^


Proald 16/10/2011 06:55



Borderline ...



Armand 12/10/2011 07:14


Cher Proald,
C'est curieux, mais les écoles professionnelles sont souvent l'antichambre de métiers peu valorisés par nos sociétés.
J'aimerais savoir combien de présidents de la république "peu diplômés" (j'évite les mots qui fâchent) il y a eu en France, sous ses nombreuses républiques...
Amitiés


Proald 12/10/2011 15:12



Dois je vraiment répondre à ta question ? ... ^^



Péhun 11/10/2011 18:34


La majorité de ces élèves restent à ne rien faire pendant une ou deux années, puis après goûté aux joies du travail non qualifié (pour lesquels la restauration rapide - sans jeter la pierre - est
notamment très douée pour raisonner), ils se lancent dans une formation courte, ou reprennent leurs études. Et là, ces enfants réalisent qu'il faut étudier pour que son travail rapporte. Pas au
sens comptable du terme, mais ils comprennent que la quantité de travail n'est pas proportionnelle au salaire mais que c'est le nombre de diplômes qui le détermine.

Et alors, ils se réveillent, soudain un petit peu plus respectueux de ceux qui transmettent le savoir.

La vie est parfois bien fichue hein ? :)


Proald 11/10/2011 21:40



Bien fichue ... pas toujours ...



C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.