Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 18:39

Grand palais 01

 

 

         C’est une autre histoire qui ne s’est pas déroulée dans mon établissement, mais vu la gravité de ces faits, je ne résiste pas à l’idée de les partager.

 

         Suite à une altercation entre une enseignante et un élève, l’élève a mis un coup de pied dans le ventre de celle-ci. Déjà le geste me paraît violent et inacceptable, mais il faut préciser que cette enseignante est enceinte !!! Ce qui change encore considérablement la donne.

         Ce genre de chose me semble totalement surréaliste et pourtant cela est arrivé ! Comment gérer une affaire aussi importante entre les murs d’un établissement scolaire ?

         Heureusement la collègue n’a pas eu de séquelle ni son bébé. Mais cela ne retire en rien la gravité de ce qui s’est déroulé !

 

         Que va avoir l’élève ?

Et bien, oui, l’élève est passé en conseil de discipline, mais, non, il n’a pas été exclu. Pourquoi ? Bien, parce que, selon l’administration de cet établissement, "l’exclusion n’est jamais une solution, l’exclusion crée l’exclusion, et le décrochage scolaire". Ainsi, une "sanction doit toujours être éducative, positive, en lien avec la faute commise, afin que l’élève y donne un sens" ... bla bla bla ...

Enfin, pas de sanction, plutôt  des discussions….

 

Mais qu’en pensez-vous ?

Ne pensez-vous pas que pour se construire dans la vie, l’enfant, le jeune, l’ado a besoin de limites et que c’est le rôle des adultes de montrer la voie en définissant ces limites.

 

Parce que maintenant, ce que les autres élèves se disent entre eux, c’est que dans ce collège, si tu frappes un prof ce n’est pas bien grave car au final tu n’as qu’une remontrance et pas d’exclusion.

Et pour moi, cela signifie que tout est permis !

 

 

Photo : Grand Palais, Paris.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emily 16/02/2011 10:34


Je pense qu'il faudrait éduquer les parents!^^


Proald 17/02/2011 14:39



Voire même de les punir parfois !!!



Bellig 13/10/2010 22:51


Bonsoir,
C'est absolument inadmissible de laisser cet élève tranquille après ce qu'il a fait! Ses parents ont trouvé ça normal? je pense qu'il aurait du être très sévèrement puni par ses propres parents et
par l'établissement.Ce sont des risques encourus par le personnel d'hôpitaux psychiatriques, mais pas par les profs...


Proald 14/10/2010 08:23



Les parents ??? Ils sont très probablement absents ...



Greg 09/10/2010 16:25


Je lisais l'autre jour un livre fort intéressant traitant de l'éducation des enfants. L'auteur, un pédopsychiatre renommé, expliquait dans cet ouvrage pourquoi un moment donné il faut arrêter
d'expliquer, arrêter de discuter, de dire pourquoi, de faire réflechir. Ben oui quoi, dire à cet élève tu as commis l'inexcusable, tu le sais, maintenant tu vas passer à la caisse POINT.

Non?


Proald 10/10/2010 09:18



Je suis d'accord, arrivé à un certain point, il faut agir et non plus discuter !



Brice 17/09/2010 21:01


Quand j'étais en Terminale, je me souviens d'un jour, où on était en cours avec une prof de management. La fin de l'heure approchait et notre classe avait été insupportable avec elle. Finalement,
vers la fin, elle se mettait à hausser la voix sur nous, excédée. Puis, elle a choisi un élève sur lequel elle allait s'acharner un peu plus, parce qu'il était il faut le dire très bavard.

Quand elle a commencé à l'engueuler, celui-ci l'a très mal pris et s'est mis à son tour à hausser la voix avec elle. Comme ça pouvait mal finir, il a préféré quitter le cours de lui-même. Après ça,
il a eu pas mal de problèmes avec l'établissement.

Bref, tout ça pour dire que la violence gratuite, ça existe, mais c'est franchement rare. Il est possible que la prof dans ton histoire a chauffé l'élève et que lui, très énervé, a commis une
grosse bêtise. Mais ce n'est qu'une supposition. Je ne connais pas les faits.

L'idée est juste d'éviter de déverser toute sa colère sur un seul élève, pour en faire le bouc émissaire. Bon... Bien sûr, à côté de ça, l'établissement aurait par contre dû, quelque soit
l'histoire, punir sévèrement l'élève.


Proald 17/09/2010 23:06



Tu soulèves une problèmatique importante pour un enseignant : "L'esprit de groupe". Dans tous les cas, il est important pour l'enseignant de casser l'esprit de groupe, sinon il court à
sa perte.


Diviser pour mieux régner.



Brice 16/09/2010 15:58


Ha, c'est bizarre, en lisant ton billet Proald, j'ai eu l'impression de me lire moi-même. C'est d'une logique élémentaire : si on ne sanctionne pas l'élève qui fait une bêtise, alors ça voudrait
dire que ça n'est pas si grave que ça.

Evidemment, le cas de cet élève est très grave. Foutre un coup de pied dans le ventre d'une prof enceinte, ça n'est pas rien. Cependant, est-ce que tu connais précisément les faits ? Qu'est-ce qui
a conduit l'élève à frapper cette prof ? Comment était le cours qui s'est passé ? Est-ce que la prof ne l'a pas titillé ? Etc, etc.

Bref, il y a des tonnes de questions qui font que, même si l'acte de l'élève est impardonnable, ça n'est certainement pas non plus le seul bourreau rouge de l'histoire.

A bon entendeur,
Brice.


Proald 16/09/2010 19:23



En effet, tu as raison, il me semble que le bébé qui était dans le ventre de sa mère, avait fait un doigt d'honneur à l'élève au préalable.


D'autant plus que 5 minutes avant, la prof avait demandé à la classe de travailler sur un exercice, chose inacceptable !


ça change toute la donne du coup !


;)



profaussi 13/09/2010 14:52


Elle n'a pas porté plainte???
Ce genre de pb doit sortir des établissements scolaires, c'est passible de décision judiciaire et l'école n'a PAS LE DROIT de s'y substituer...
Quant au rejet de l'exclusion, c'est pitoyable... ainsi va à la dérive un établissement... par mangue d'exemplarité...


Proald 13/09/2010 23:19



Il ne me semble pas qu'il y ai eu une plainte de déposer.



Youssef 12/09/2010 23:24


Moui, je serais l'enseignant en question, je porterais plainte pour violence et atteinte à fonctionnaire en service. Si les instances intra-établissements sont inefficaces, il reste les vraies
instances de justice. Un rappel à la loi vaut déjà mieux qu'un conseil de discipline ...


Proald 13/09/2010 23:18



C'est sûr.



Aurélie63 12/09/2010 18:03


je suis entièrement de ton avis. De tels actes doivent être assortis d'une réelle sanction. Dans la société, une personne qui en frappe une autre, est sanctionnée alors pourquoi pas un enfant ?
L'école est là pour apprendre à vivre en société non ?...


Proald 13/09/2010 23:17



...



Jo 12/09/2010 15:46


Ce sont les membres du conseil de discipline qui ont voté CONTRE l'exclusion ou le chef d'établissement qui ne l'a pas proposée au vote ?
Je suis outrée, outrée, outrée. Je pense que les profs d'un établissement où un tel scandale a lieu ont leur part de responsabilité. Il faut engager le bras de fer, où qu'il mène, contre la
hiérarchie pour que de tels actes ne soient jamais laissés sans sanction.
Et si la collègue n'a pas porté plainte, elle a eu tort.


Proald 13/09/2010 23:17



Je crois que l'ambiance entre profs n'est pas au beau fixe dans cet établissement ...



Disparue 11/09/2010 12:01


c'est lamentable mais courant... je pense à cette pauvre prof qui a du continuer son année face au minable petit con... pitoyable...


Proald 11/09/2010 15:05



Pitoyable en effet ...



bbflo 11/09/2010 10:17


D'abord une petite réflexion personnelle. Je vis en province et ai 2 grands enfants, une fille en fac et un garçon qui entre en terminale S. Avec ce dernier, nous avons toujours eu des problèmes de
discipline à l'école (rien à voir avec l'anecdote racontée ici - il amuse la galerie en classe, mais pas de souci de politesse ou de violence). Alors j'hallucine de voir les différences de
"sanctions" en fonction des établissements.

Là où est le mien, je pense que ce gamin au coup de pied aurait été "pendu" dans la cour !!!

Je pense effectivement qu'il faut lourdement sanctionner. Mais que pour que ce soit utile, il faut que la sanction soit "accompagnée". Mais ça, malheureusement, c'est impossible. Car si on "oblige"
un suivi psy, tout le monde va pousser des cris comme quoi on s'immisce dans la vie privée des gens, comme quoi on "stigmatise" le gamin etc... sauf que trop de laxisme mène au résultat qu'on
connaît, et notamment une violence grandissante, que ce soit dans les écoles ou ailleurs.


Proald 11/09/2010 15:04



Vous n'êtes pas la seule personne à trouver "hallucinant" la différence des sanctions appliquées d'un établissement à l'autre. Moi aussi j'ai trouvé ça hallucinant, et maintenant, je ne trouve
pas ça normal du tout !!!


Pour continuer dans la logique actuelle, c'est comme si ces élèves obtiendraient un permis de conduire à 120 points ! Sous prétexte qu'ils grilleront beaucoup plus de feu rouge et de stop que les
autres conducteurs ...


:(



Armand 10/09/2010 20:02


Cher Proald,
Et pourquoi pas une de ces grèves dont la France a le secret?
Plus de profs dans cette école jusqu'à l'exclusion définitive de l'élève serait déjà un pas dans la bonne direction.
Les programmes Erasmus seraient un excellent plan B: une récompense en envoyant la graine de caïd en Antarctique, par exemple. Là, il pourrait s'entraîner au foot avec les manchots et les ours
blancs.
Suis-je excessif?
Amitiés


Proald 10/09/2010 23:02



Un peu ... mais c'est une proposition ...



C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.