Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 09:25
         Un vendredi, lors d'un cours avec des 4ème je m'aperçois, que 2 élèves étaient concentrés…bizarre…mais ils ne regardent pas le tableau, ils regardent leurs chaises… Mais pourquoi ? Je suis attentif à ce qu'ils fabriquent, et je constate, que ces 2 élèves ont une paire de ciseaux dans les mains et essayent de dévisser les chaises!!!
         Les chaises de ma classe ont des visses pour tenir l'assise de la chaise. Je précise que ces 2 élèves ont de grandes difficultés, ils ne savent ni lire ni écrire.
         Donc je les surprend, et là ils sont bien embêtés. La fin de l'heure arrive sur ces entrefaites. J'en touche 2 mots au CPE, qui me dit :"éh bien le mieux c'est de les garder ce soir pour faire la réparation de leurs bêtises. Tu es libre ? Tu les gardes 1h, je m'occupe de prévenir les parents.", je réponds un vague "oui".
 
         Résultat des courses, le vendredi en fin d'après midi, lorsque je n'ai plus cours, arrive comme convenu mes 2 loustics.
         Je leurs donne une clef, pour revisser toutes les chaises. Et je constate, qu'ils sont motivés comme jamais ils ne l'ont été, souriant, heureux d'être au collège le vendredi soir à travailler. Vu leur motivation à effectuer ce travail, ils finissent 15 min avant la fin de la retenue, je leurs dit de s'asseoir devant l'ordinateur, et je leurs fait découvrir Google earth. Je pointe le logiciel sur le collège que nous distinguons nettement. Mes 2 élèves ont les yeux grands ouverts et la bouche béante… Je pose la question "Que voulez-vous voir d'autre ?", et la réponse fût rapide "je veux voir où j'habite". Ils me font voir leurs tours, qui sont proches du collège.
         Je regarde ma montre, et je constate que le temps est largement écoulé, seulement mais 2 élèves ne sont pas pressé de partir. Après plusieurs minutes, ils décident de partir.
 
         Je peux vous dire que j'ai été particulièrement ému, de les voir aussi motivés et heureux.

         Le seul bémol que je peux apporter, c'est qu'ils ont été tellement content de faire ce travail, qu'ils recommenceront peut être à dévisser mes chaises pour revenir me voir le Vendredi soir…

Partager cet article

Repost 0
Published by Le prof à la dérive - dans Chapitre 2 : Néotitulaire (2006-2007).
commenter cet article

commentaires

Une collègue 10/03/2009 08:40

Je suis tombée sur cette note en tapant "punition intelligente" dans Google (j'ai besoin d'inspiration !). Je trouve le fond intéressant mais la forme m'a choquée !!
Cher prof à la dérive, je n'ai pas lu d'autre note de ton blog, aussi, j'ignore ce que tu enseignes, mais je suis étonnée du nombre de fautes d'orthographe qui parsèment cette note.
Si le but de ce blog, comme c'est annoncé dans l'en-tête, est de montrer à la face du monde ce que sont les jeunes profs, je crains que la qualité de l'écrit ne désespère les personnes de la "vieille école" (c'est le cas de le dire !). Cela dit, moi qui dis ça, je n'ai que 26 ans, mais l'orthographe est quand même une valeur importante, surtout quand on évoque des jeunes qui ne savent pas lire ni écrire.

Alors OK, il arrive à tout le monde de faire des fautes et c'est compréhensible et pardonnable. Ce qui l'est moins, c'est de négliger à la fois son lectorat et l'image que l'on renvoie de soi (et ici, de toute une profession), en ne se relisant pas avant de publier... Une relecture attentive n'aurait pas laissé passé de grossières erreurs telles que "Les chaises ont des vissent" ou "ils ont été comptent de faire ce travail". (Je ne relève que celles-ci mais il y en a d'autres, plus pernicieuses...)

Proald 10/03/2009 18:21



Je suis désolé de te décevoir, mais comme tous mes articles, celui-ci a été relu.
Il est vrai que les 2 fautes que tu as relevée son ... grossières en j'en suis navré.


Je sais que je fais des fautes, maintenant j'essaye au mieux de m'amèliorer, ce blog y contribu d'ailleurs. Car à force d'écire, je fais toujours des fautes mes en moins grosse quantité.



GT-Alex 13/12/2008 17:53

Bonjour, je suis étudiant en Réseaux et Télécoms à l'IUT D'annecy.
Je découvre, je suis tombé dessus par hasard et les premiers articles m'ont interpellés et incités à voir la suite. Je trouve que votre blog met bien en évidence les réelles failles du système éducatif secondaires actuel.

J'ai aujourd'hui 19ans, le collège et le lycée ne sont donc pas de si lointains souvenirs pour moi aujourd'hui. J'ai eu la chance de fréquenter de petits établisements de Haute-Savoie, j'ai toujours été un élève calme et assidu, mais je conais la manière de penser des élèves, retournant régulièrement en lycée pour diverses actions, et occasionellement à mon ancien collège.

Toutefois depuis quelques temps je me retrouve de plus en plus confronté à des jeunes affichant les mêmes stéréotypes dont vous affublez (pas forcément à tort je pense) vos élèves. En effet je réside en semaine à proximité d'une maison d'acceuil pour jeunes délinquants, qui disposent d'un batiment réservé à ma résidence (sic). Les pensionnaires squattent en plus assez souvent le parking ou les locaux communs. Après une année passée dans cette résidence, j'ai réussi à un peu mieux cerner ces jeunes-ci. Certains sont très calmes, et même pour certains plutôt sympathiques, puisqu'ils ont engagé la conversation en me voyant réaliser divers travaux graphiques sur mon ordinateur en salle commune. Ces jeunes ne sont pas là par hasard et ont été impliqués dans divers problèmes, probablement liés à la drogue ou d'autres choses, mais ils sont toujours respectueux et à l'écoute, ce malgré nos différences de bords.
Il y a aussi les petits fouteurs de merde qui rejettent toute forme d'autorité par principe et se moquent impunément des personnes n'entrant pas dans leur "clan". Les ignorer est parfois la solution, mais de temps en temps ça a tendance à les exciter encore plus. A ce moment là, soit il faut crier plus fort qu'eux, en n'hésitant pas à toucher des sujets sensibles sur leur vie personnelle, soit il faut les effrayer (malheureusement l'autorité ne les effraie pas, ça a plutôt tendance à les amuser). Le fait d'être en groupe leur donne aussi des ailes et les rend hermétiques. Dans une salle de classe ce principe se retrouve aussi, en tant que professeur, vous pouvez donc facilement retenir un élève à la fin du cours ou le prendre en aparté avant ou même en intercours, pour discuter avec loin du regard de ses camarades. Même si les 3 quarts de vos élèvent perturbent, prenez en un même au hasard, mais un seul. Cela va le déstabiliser car il n'est probablement pas habitué ni préparé au face à face avec vous, et ne pourra pas compter sur le soutien de ses camarades. Vous vous occuperez des autres les fois suivantes si besoin est.

Ensuite, si on se penche sur le cas de celui qui jette des objets, c'est un signe d'ennui mais pas forcément de je m'en foutisme. Il faut se dire que de toutes façons, on ne peut pas être intéressé par toutes les facettes d'un cours et qu'il est normal, surtout au collège, que des élèves lachent prise de temps à autre. C'est moins visible chez certains qui se contenteront de rêver à autre chose ou de bavarder avec un collègue. Bien spur, il est important de ne pas accepter des comportements dérangeants de quelque manière. Mais dans ce genre de cas plus voyants et dérangeants, ce sont des gens plus extravertis, et il faut essayer de les réintégrer au cours et les faisant participer, voire même en leur demandant ce qui ne les intéresse pas dans ce cours. S'il vous répond "c'est ça qui m'intéresse pas, c'est ci qui est inutile", il est judicieux d'ouvrir le débat : "d'accord, ça est peut-être pas intéressant mais est la base de cette chose qui arrivera plus tard, c'est ci qui a permis de faire ce truc..." ou en trouvant d'autres artifices dans le genre. Je ne connais pas la matière que vous enseignez mais il est vrai que chacune a ses spécificités, et qu'il est difficile de faire comprendre pour les matières littéraires quel est leur intérêt auprès des gens que cela ne passione pas dans la vie de tous les jours.

Les mollusques qui ne font rien, comme vous le dites bien, ne sont pas dérangeants, mais sont parfois les victimes des perturbateurs, mais aussi parfois des "élitistes" qui ont un bon niveau mais refusent d'apporter du soutien aux plus faibles (je connais très bien cette situation pour l'avoir vécu). Il ne faut pas hésiter non plus à les prendre à part pour cerner le problème. C'est à cette occasion que vous pourrez proposer, vous ou un autre membre du personnel, un soutien en contrepartie d'efforts de sa part.

Ensuite je connais moins les autres cas que vous décrivez, j'ajouterais juste qu'une sanction a un excellent effet quand elle arrive sans prévenir : après une mise en garde, laissez faire (dans une certaine mesure s'entend). Puis, à la fin du cours, avant de laisser partir les élèves, lancez la sanction par un : "Ha oui au fait, toi tu fera ça/ voir lui/ etc."
Je peux vous dire que ça surprend, et ne laisse pas le temps à l'élève de réagir. Ce genre d'attitude est très dissuasive, j'avais un enseignant qui agissait de cette manière pour les tests l'an dernier : dès lors qu'il surprenait quelqu'un en train de tricher, il faisait mine de rien, mais mettait une bulle. Effet garanti, il n'y a eu triche qu'une fois dans l'année...

Voilà mon ressenti d'étudiant par rapport à la pédagogie.

J'ai posté ce commentaire sur cet article car il m'a beaucoup touché, vos deux élèves rentrent selon moi dans le cas de la victime de ses camarades, et peut-être depuis avez vous rencontré d'autres cas similaires (je n'ai pas terminer la lecture de vos articles encore).

Il est dommage que l'Education nationale envoie les novices dans les endroits difficiles, et non pas des gens expérimentés ou spécialement formés.

Je vous souhaite donc une bonne continuation dans ce métier qui n'est pas de tout repos.

PS : si vous avez de nouveau quelques problèmes avec l'informatique, n'hésitez pas à m'en faire part à l'adresse suivante : gt-alex@hotmail.fr

Proald 14/12/2008 20:52


Comme vous le précisez, le comportement d'un élève au milieu d'un groupe ou seul peu changer considérablement. Mais quelques élèves ne rentrent pas dans ce cadre, même seul leur comportement reste
inchangé. Pour débattre avec un élève, il faut qu'il y est un dialogue et ce n'est pas simple avec tous les élèves.
Merci pour la futur aide informatique :-)


Ju' 02/06/2008 22:30

C'est assez incroyable... Plus j'avance dans votre blog et plus J'hallucine. Je suis depassée, révoltée... Les profs comme les élèves n'en peuvent plus. Notre "merveilleuse" éducation nationale s'en fiche.
Ces deux élèves ne sont sans doute pas les seuls. Mais leur avenir est sans doute déjà gaché...

Proald 03/06/2008 19:20


Gaché, je ne pense pas, ils ont le temps nécessaire pour retourner encore la situation, mais il faut agir !


nicolas 16/06/2007 01:10

j'adore ton blog c'est une mine! Bravo pour google earth j'ai fait pareil ils kiffent tous!

Le prof à la dérive 18/06/2007 07:41

Ils se collent devant l'écran et ils ne bougent plus. C'est une sorte de calmant !

caro 09/05/2007 14:41

c'est chou comme tite anecdote...

Le prof à la dérive 09/05/2007 17:41

Le problème, c'est que je n'ai pas que des anecdotes de ce style.

arnaud 13/04/2007 21:41

Salut, moi je suis flic, un flic qui a craqué et qui prends un peu de repos en gardant ses enfants. Bon, nous, on a trouvé la solution, dans les cellules de garde à vue, y a des bancs en béton, mais c'est vrai que ça met pas dans les meilleures dispositions popur apprendre.allez trrèves de plaisanterie, le simple fait qu'on ait conduit jusqu'en 4è des élèves qui ne savent pas lire montre bien que nos énarques ont encore des choses à apprendre, mais je suppose que c'est comme dans la police, le ministre ne connait rien aux réalités du terrain.Courage à toi, à bientôt.

Le prof à la dérive 13/04/2007 23:12

Ah les bancs en béton, ça peut être une idée, mais il est vrai que rester dessus toute une journée, c'est pas franchement confortable.
Je vois qu'il n'y pas que le ministre de l'éducation nationale qui soit loins de la réalité...

Domiche 13/04/2007 20:29

Sympa les vendredi soir comme ça!

Le prof à la dérive 13/04/2007 23:08

C'est pour finir la semaine en beauté !

Nina 13/04/2007 14:05

Il semble manifeste que ces deux jeunes ne sont pas à leur place dans un système scolaire classique. Ce sont des manuels. Il faudrait les réorienter vers des filières qui leur plaisent vraiment car, là, tout le monde perd son temps, c'est navrant.

Le prof à la dérive 13/04/2007 14:16

Nous ne pouvons pas faire grand chose avec des élèves qui ne savent ni lire ni écrire en 4ème...

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.