Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 10:35
         Une solution également pratiquée par plusieurs collègues et moi-même est l'appel aux parents de l'élève. Pour certains élèves cette solution est extraordinaire.
         Car tous les parents ne suivent pas leurs enfants dans leurs scolarités et ne font pas l'effort de regarder le carnet de liaison comme ils le devraient. Lorsque vous les appelez vous les mettez au courant d'une situation qu'ils ignoraient. "Votre fils refuse de travailler en cours, il est impoli, donc je l'ai exclu des 2 derniers cours."
         Certains parents vous comprennent et vous remercie du coup de téléphone. Ils agissent en conséquence. Du coup une partie de la classe devient un peu plus calme.
         Par contre la grosse partie des parents est belle et bien au courant de ce qui se passe au collège avec leur enfant. Ils laissent tomber, car ils pensent que c'est déjà perdu, dans ce cas vous n'avez plus qu'à vous démer… .
         Je me rappelle d'un coup de téléphone, où je tombe sur la mère de l'élève, suite à un souci avec son enfant la journée même, et là elle me dit qu'elle avait eu le principal au téléphone la veille pour un autre problème ! Il y a des jours comme ça où vous vous trouvez un peu seul…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.