Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 13:59
         Le Jeudi 25 Août j'obtiens enfin ma mutation, je suis nommé au Collège_ dans la banlieue chic de la région Parisienne_ sur l'académie de_, par la même occasion j'apprends que j'ai 2 jours de formation par semaine que j'effectuerai à l'I.U.F.M. de_. Géographiquement, ces 2 lieux sont séparés par la capitale !
 
         Dès que j'ai appris ma mutation, je commence à lire les annonces de logement et à contacter les propriétaires ou les agences.  Je me rends compte des tarifs exorbitants qui sont appliqués pour les logements.
         De plus, la réponse est souvent identique "c'est déjà loué", dans les autres cas, on m'explique qu'il y a une visite de groupe (tel une visite de musée) organisée pour voir l'appartement à louer. Le problème c'est que je ne suis pas sur place.
 
         La décision est donc prise avec mes parents, nous partons le Vendredi 26 Août à 4h du matin, pour arriver de bonne heure. Après une journée entière de recherche éreintante à 3 personnes, nous avons visité 2 studios, mais je ne suis pas le seul en lice.
         La problématique est telle que les propriétaires réclament lors des visites : une caution solidaire, les feuilles d'impôt du locataire et des personnes se portant cautions, et le locataire doit gagner 3 fois le montant du loyer (ce qui n'est évidemment pas mon cas!!!).
 

         Nous avions loué une chambre d'hôtel pour le soir. Notre recherche me paraissait mal engagée, car il était aux alentours de 21h30, et nous n'avions eu aucune réponse, je commencais déjà à désespérer. Et voici qu'un coup de téléphone nous permet de nous relâcher, car je viens d'obtenir un appartement non loin de mon collège. J'ai eu beaucoup de chance de trouver cet appartement, un seul détail, il sera libre le 4 Septembre, je commence mon nouveau job le 1er Septembre… Heureusement mon pote _ m'a proposé de me dépanner car il habite Paris même.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

catherine joannides 02/12/2010 19:21


Ne s'agirait-il pas du Raincy, LA commune chic de la banlieue rouge ? J'y ai travaillé de 1990 à Janvier 2007, chassée par une dépression nerveuse due aux comportements dont vous parlez .
J'avais 58 ans et j'avais été un "bon" prof respecté .
De 1994 à 2001, j'ai été conseiller culturel et pédagogique à l'Inspection Académique du 93. J'avais accès aux niveaux les plus élevés des prises de décision.Quand j'apportais dans les collèges des
subventions, on me déroulait le tapis rouge...J'avais en même temps 4 h de cours par semaine
"sur le terrain"
Quand je suis revenue à plein temps à JB Corot,les enfants avaient eu le temps de devenir ce que vous avez connu . Sans s'en rendre compte,mes collègues s'étaient adaptés mais au prix des fatigues
que vous avez connues . Moi pas . Ces 6 années de coupure ont eu raison de moi .
Le travail n'était plus qu'une lutte d'endurance physique .Les enfants n'avaient aucun sens de leur place dans la collectivité . Chacun voulait être vu comme un cas particulier et attendait qu'on
soit pour lui individuellement aussi attentif que ses parents .
Mais ce qui m'a le plus choquée , c'est d'avoir vu de la haine dans leurs regards .
J'ai eu un congé de longue durée (CLD) pour dépression. Nous avons été 4 ou5 ,peut-être un peu plus , de ma génération à partir dans ces conditions dans ce collège.
Nous nous demandions comment les jeunes collègues faisaient pour tenir . Nous les trouvions fatalistes et tristes, ils l'étaient . Ils s'absentaient assez souvent comme moi-même .
Etait-ce normal que des jeunes mères et pères de famille avec des jeunes enfants supportent tout cela ?
J'étais horrifiée pour eux et le suis encore a posteriori.
Je suis partie de France pour la Belgique . J'y mène une vie radieuse .
Je considère mes 38 années d'E N comme une parenthèse globalement négative entre mes études passionnantes (lettres classiques) et ma retraite
J'y repense rarement ,sauf dans les années 70 où il y avait de bons moments.
Je pense souvent à vous, jeunes collègues de l'âge de mes enfants .


Proald 03/12/2010 18:14



Et bien sacré histoire. Tout ceci est très enrichissant, et permet de voir une évolution sur toute une vie.



Anaïs 12/08/2009 15:59

Ah la là, la vie est dure pour les jeunes profs!je compatis, les mêmes galères m'attendent pour la fin du mois,je suis affectée à 1000km de Paris!

Proald 20/08/2009 01:06


à 1000 km de Paris !!! Mais c'est où ???


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.