Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 22:25


Cette année, nous avons reçu deux charmants courriers du principal dans nos casiers. Ce genre de chose me fait réfléchir, et me pose cruellement problème …

 

La 1ère feuille concernait les exclusions (XI. Les moyens de pression encadrés 2) L’exclusion.).

Sur ce feuillet, le principal détaille la procédure d’exclusion et rajoute quelques points. C’est un sujet délicat, car lorsqu’un enseignant exclut un ou plusieurs élèves (2 maximum, plus de deux c’est interdit), ça déplace simplement le problème.

Dans des établissements un peu plus classiques, le fait d’exclure un élève, le calme direct. Mais chez nous, c’est l’effet inverse. L’élève est content, il va rejoindre ses camarades exclus également dans la permanence. Les personnes que je plains le plus, ce sont les surveillants. Car eux ne peuvent exclure les élèves de l’exclusion, et en plus ils ont du concentré d’élèves extrêmement pénible (le mot est probablement trop faible). Il y en a certains qui y passent toutes leurs journées, car ils vont d’exclusion en exclusion au fil des heures …

Donc pour tenter de limiter ce phénomène, le principal a fait une jolie lettre. Pour nous faire part du problème important que cela génère par la suite. Conclusion, il faut absolument limiter les exclusions en les rendant exceptionnelles. Je comprends bien le problème qui est considérable, car au lieu de garder nos petits soucis en classe, nous nous en "débarrassons", et tout ceci va à un seul et même endroit, la salle de permanence. Parfois elle est remplie à ras bord, du coup ça peut exploser … ce qui arrive parfois …

Ceci monopolise plusieurs surveillants. Sans compter le va et vient dans les couloirs. Car lorsque vous excluez un élève, ne croyez pas qu’il se dirige rapidement vers le bureau du CPE référant, il va se balader tranquillement dans les couloirs.

         Bien sûr, on nous dit qu’il faut donner du travail à l’élève exclut. Ce que je ne manque pas de faire systématiquement. Par contre je récupère le travail une fois sur dix. L’élève exclut ne va pas travailler pour vous, il ne faut pas rêver. Donc généralement je mets 0/20 ! Ce qui diminue encore un peu plus ma moyenne, et j’ai l’impression de noter plus le comportement de l’élève que son savoir !!!

 

         Donc l’attention du principal est totalement louable à mes yeux, à condition qu’il comprenne bien le point de vue de ses enseignants. Car si l’élève perturbe un cours, ou si une classe est survoltée, nous avons recourt à l’exclusion. C’est la solution la plus efficace que je connaisse pour désamorcer une classe qui menace d’exploser.

         Que le principal souhaite limiter les exclusions est normal, car après tout, le fait d’exclure un élève ne résout en rien le problème et suscite même des problèmes encore plus gros de part la concentration d’élève problématique en salle de permanence. Il faut simplement trouver le juste milieu.

Photo : Le parc des Buttes de Chaumont, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

commentaires

à coeur ouvert 05/05/2009 17:42

Votre blog est extremement interessant et je ne me lasse pas de découvrir votre quotidien à l'EN.
Bon courage et bravo pour votre mission.

à oeur ouvert

Proald 06/05/2009 14:33


Merci pour ce soutien.


Chris-Tian Vidal 21/03/2009 10:45

Le nôtre de Principal, un gros incapable menteur qui a même enseigné sur Mars, nous dit que si nous excluons nous devons une heure de cours à l'élève exclu ! Bien sûr, je tairai l'établissement où j'enseigne car sinon, personne ne voudra demander sa mut. et nous avons besoin de sang neuf pourtant ! Cependant, quand tu exclus un élève, pense à le faire accompagner ! J'ai eu une collègue, dans un autre établissement qui avait autorisé une élève à aller aux WC et cette élève avait fugué ! Pendant plusieurs jours ! Je ne te dis pas l'angoisse pour la collègue !

Proald 22/03/2009 13:32


Ah c'est plutôt énorme comme histoire !


acharat 19/03/2009 19:43

Y a t il véritablement un moyen pour limiter les renvois de cours ?
Si les élèves chahutent en cours, c'est qu'ils ne se plaisent pas, que le système scolaire n'est pas fait pour eux. On devrait de temps à autre les mettre dans une mine de charbon en Chine avec les autres enfants pour leur montrer le vrai monde et non le monde superfétatoire où ils vivent.

Proald 21/03/2009 10:18


C'est un peu ... comment dire ... radical !


Clément 19/03/2009 19:21

Le soucis est bien de se demander a quoi sert l'exclusion. Juste retrouver la sérénité dans a classe? Dans la mesure où il s'agit d'une punition, comment en faire un acte éducatif?

Je crois que dans les deux cas, le coté exceptionnel est indispensable, ne serait-ce que pour que cet acte fasse sens auprès des élèves (tu le dis bien, a partir d'un certains seuil, les élèves sont contents d'être exclus).

Bref, comme toujours, le jute milieu ne peut être trouvé que dans le dialogue entre les différents intervenants (CPE, Surveillants, profs...) pour atteindre toujours plus de cohérence!!! N'oublions pas que les élèves ont besoin d'être dans un cadre cohérent...

Proald 21/03/2009 10:17


Ah, mais soyons clair, l'exclusion n'est pas un acte éducatif, car il s'agit simplement de préserver la classe et ainsi le "bon" déroulement du cours.

La seule chose, c'est que pour avoir une exclusion exceptionnelle, il faut avoir un comportement exceptionnel, et ce n'est pas forcément le cas de tous nos élèves ...


cpe 19/03/2009 17:17

article très pertinant.

Dans mon collège cependant les surveillants peuvent exclure les élèves de permanence et le envoyer chez le CPE référent.
On a mis cela en place cette année car cela devenait vraiment ingérable pour les surveillants.

Proald 21/03/2009 10:15


Non, exclure de l'exclusion est faisable ...
Remarques, chez nous, il y a toujours 2 ou 3 élèves devant le bureau du principal adjoint.


aurelie 19/03/2009 10:29

en plus d prof et d surveillant j pens kil fo oci plindre les kelke elev ki essai kan mem de suivre. bon courage a vous ds votre recherche du "juste milieu".

Proald 21/03/2009 10:14


Aussi, c'est vrai les élèves qui restent là à attendre que la tempête passe, ce n'est pas facile pour eux également. Tu fais bien de le souligner.


clem 18/03/2009 22:47

oh là là ! la guerre entre adm.. et profs.. les
Je remercie ma mère et mon père de m'avoir fait quitter l'école à quatorze ans, depuis que j'y travaille.. lol...

http://clem28.vip-blog.com/

http://www.clementine-severin.com/ .

Proald 19/03/2009 10:04


Mais non, ce n'est pas la guerre loin de là.


Le futur prof 18/03/2009 19:28

Très bonne article par contre : qu’il se dirige rapidement vers le bureau du CPE référANT,

Proald 19/03/2009 10:03


Merci.


Danielle 17/03/2009 22:48

Pas évident à trouver "le juste milieu" : exclure, ne pas exclure ????? chose très délicate que je ressens sur ce témoignage.

bon courage pour la suite

Proald 18/03/2009 12:22


Merci.


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.