Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 19:03

 

 

Inutile de préciser qu’il s’agit d’un film tourné dans un collège de ZEP à Paris même. Par curiosité je suis allé le voir, pour comparer le film à la réalité de l’enseignement en "milieu difficile".

Mon pote m’a également encouragé à le voir avec lui, pour qu’il puisse avoir mon ressentie à chaud sur les faits visionnés. J’ai même une amie qui m’a envoyé un mail pour que je lui en fasse la critique. Forcément les profs sont les premiers concernés par ce film.

 

Malheureusement, un grand nombre de profs dans mon établissement, boycotte ce film, pour diverses raisons. Mais plus particulièrement par rapport à l’auteur du film. Il trouve qu’il ne reflète pas du tout l’enseignant "moyen". Car François Bégaudeau puisque c’est de lui dont il s’agit, utilise un langage familier avec ses élèves. Il dit des gros mots relativement souvent, alors que ce langage est à bannir.

De plus, pour le simple incident où il insulte une élève, il n’y a aucune retombée.

Dans mon établissement, il y aurait très probablement des retombées sur l’enseignant, eh oui c’est la réalité, mais ceci dépend de chaque établissement et de son responsable. Bref, le prof aurait des soucis à se faire.

 

         Sinon concernant la forme du film, les répliques des élèves, les faits des élèves, c’est tout à fait cela, il n’y aucun rajout, c’est juste la normalité à mes yeux. La vie d’un établissement en salle des profs, dans la cours de récréation est parfaitement représentée.

         Par contre pour le sujet de fond, c'est-à-dire l’exclusion de l’élève pour avoir malencontreusement frappé l’une de ses camarades. Il va sans dire que dans mon établissement pour une chose pareille, un ou deux jours d’exclusion aurait été la punition maximum face à ce genre de problème, voire même juste quelques heures de retenues. Car son geste est involontaire et ceci aurait pondéré la sanction ou plutôt la punition …

         Ce qui montre une grande disparité face aux différentes sanctions qui peuvent être données pour un même incident.

         Enfin vous l’aurez compris ce film n’exagère en rien la réalité, je dirais même qu’elle est sous évaluée si je compare l’établissement du film au mien !

 

         Durant le film, mon pote a ri tellement il pensait que c’était grossier, tandis que moi je riais tellement c’était criant de vérité … Se voir de l’autre côté du miroir ça fait un choc.

 

         Pour conclure, je trouve ce film extrêmement bien, car il a le mérite de montrer les choses, et j’espère sincèrement que ce documentaire (je peux le classer comme tel) servira à ouvrir les yeux du monde extérieur sur le petit milieu de l’éducation en zone difficile.

 

Photo : Jardin des Tuileries, Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cpe 03/01/2009 00:11

Je le trouve extrèmement réaliste et pas du tout exagéré en ZEP.

Bégaudeau joue un personnage qui ne se sent pas débordé.

Proald 03/01/2009 11:25


Ce genre de personnage, je les admire, car il ne perde quasiment jamais ou tr_s rarement leur sang froid, et c'est un véritable atout dans ces moments difficiles.


Danielle 02/01/2009 20:41

j'ai vu ce film et il est vrai que le prof n'est pas à la hauteur pour la discipline et je suis certaine que ce n'est qu'une caricature ; il me semble que les profs en situation réelle seraient plus sévères et oufff..... heureusement !!

Un documentaire qui devrait être vu par un grand nombre de parents pour les mettre devant des réalités.

Proald 03/01/2009 11:22


"N'est pas la hauteur", ce n'est pas éxactement le mot que j'utiliserai ici. Car nous sommes tous un jour débordé par les événnements.
Plus sévére, oui lorsque c'est possible, c'est à dire lorsqu'il y a quelques problèmes dans le cours. Mais dès l'instant où une multitude de soucis arrivent, il est difficile de gérer l'ensemble et
par conséquent, il y a une sorte de laisser faire, attendre que la tempête passe tout en restant debout sur le pont du navire.


Groulougroulou... élève égarée sur un blog de prof! 13/12/2008 15:07

Je suis contente d'avoir votre avis (vous qui travaillez dans ce genre d'école) concernant le réalisme du film. Nous l'avons vu dans le cadre de l'école et en avons donc pas mal débattu en classe, avec différents profs.

Et souvent, le profs nous demandaient si nous pensions que les réactions des élèves étaient exagérées au niveau impolitesse... Et là on étaient jamais d'accord parce que certains d'entre-nous, élèves, pensions que ça pouvait être vrai, tandis que d'autres disaient que c'était exagéré. En fait, la plupart pensaient que les élèves du film exagéraient pour respecter le scénario et que dans la réalité les élèves ne pouvaient pas être aussi impolis...

Il est clair que vu que c'est une fiction, certains éléments sont inventés... mais je me disais bien que tout ne devait pas être forcément truqué.

En tout cas, je vais profiter de ma positon d'élève : ça doit être vachement dur d'être prof!^^

Proald 14/12/2008 20:39


Perso j'ai trouvé le film réaliste dans l'ensemble, j'ai même vécu des événemments parfois pire ...


cpe 03/12/2008 22:17

Oui mais je crois que l'on confond choqué et réaliste.
Il y a des choses choquantes dans le film mais on les voit dans nos établissements.
Par exemple avant hier un prof de mon collège a laissé sa classe 10 mn sans surveillance pour aller faire des photocopies. et c'est un prof respecté et loin d'être débutant.
Les cours pareil je pense qu'il y a des profs qui enseignent de cette façon (en se servant du foot pour travailler l'argumentation par exemple.)
en tout cas Bégaudeau assume cette pédagogie pas si fictive.

Proald 06/12/2008 11:38


Laissait une classe sans surveillance durant 10 min !!! Déjà que je n'ose pas tourner le dos à mes élèves ne serait ce que pour écrire au tableau !


*Celeborn 03/12/2008 10:32

Attention quand même à prendre ce film pour ce qu'il est : une fiction. J'espère bien qu'aucun prof ne laisse sa classe sans aucune surveillance pour amener un élève dans le bureau du principal. J'espère bien que les profs essaient de faire cours, même dans les endroits difficiles (un seul morceau de vrai cours mongtré dans le film, sur la versification : ça dure 10 secondes, puis le prof part en hors-sujet sur une question d'élève). J'espère bien que tout le monde aura vu la manipulation intellectuelle entreprise à la fin du film, quand la gamine prétend avoir lu La République de Platon (un ami philosophe mien se bidonne encore devant son exposé flou et à côté de la plaque des thématiques du livre).
Les élèves qui sont montrés sont franchement tranquilles : ils lèvent la main, chahutent finalement peu (sauf quand le prof les y pousse en organisant - faisant preuve de la subtilité d'un taureau camarguais - des débats sur le foot pour travailler l'argumentation). Au final, on voit surtout l'échec de la pédagogie du professeur, dans ce film (et donc de celle de Bégaudeau, qui dit bien que son prof enseigne comme lui pense qu'il faut enseigner). Prins pour que les Bégaudeau soit rares dans nos salles de classes.

Proald 03/12/2008 15:13


C'est sûr qu'il y a des choses irréalistes. Moi aussi ça ma choqué de voir le professeur partir voir le principal avec un élève en laissant le reste de la classe seule ...


réa 28/11/2008 15:29

et bien ça me donne envie de le voire ! merci !

Proald 30/11/2008 21:14



Une fois que tu l'auras vu, donne un commentaire sur celui-ci.



amandine 28/11/2008 14:27

Bonjour,
je souhaite devenir prof et je fais actuellement un rapport de stage où j'ai décidé de me pencher sur les relations entre langage familier et profs, qui rejoint une des thématique d'entre les murs. Je viens de découvrir votre blog et je me demandais comment vous réagissiez lorsqu'un élève l'emploit avec vous et les conseils qui vous ont été donnés lors de votre formation.
merci de votre aide

Proald 30/11/2008 21:12



En début de carrière (pas si lointaine) je faisais systématiquement une remarque à l'élève, puis plus le temps passe et plus j'ai l'impression de m'inprégner de ce langage et de l'utiliser
également. L'effet se renverse, au lieu de leur de faire apprendre des choses, et de les instruires, c'est moi qui apprend et pas les emilleures choses !!!



acharat 27/11/2008 19:03

Tu as la vision du prof ; qui est réaliste même si les traits que tu énonces sont bien exagérés en particulier la grossièreté du prof.
En revanche, ayant une vision de surveillant et de vie scolaire. Alors là le film se fout le doigt dans l'oeil. Pas de surveillant dans la cours, la cpe qui interpelle le prof dans le couloir pour lui demander sur l'insulte face à l'élève (elle aurait du lui demander cela dans son bureau et non pas devant tout le monde), le prof qui se fâche dans la cours sans l'intervention de surveillant pour calmer le drame. ZEP ne veut pas dire "jungle" c a d que les élèves ne sont pas livrés à eux même.

Proald 30/11/2008 21:05


C'est vrai que c'est étonnant de ne pas voir de surveillant, mais en même temps, ça reflète peut être une autre réalité, celle du manque de surveillant et des postes non pourvu durant toutes
l'année scolaire ...


bibi 27/11/2008 13:53

moi je n'ai pas vu le film, peur de voir les choses dures que tu vis!!!
mais c'est ta .... qui parle.

Proald 30/11/2008 21:04



Oui, mais ça rendrait mais écrit peut être plus parlant.



pouv 26/11/2008 21:27

Je suis bien d'accord avec toi sur le personnage du prof: il est trop grossier, de plus il est trop dans le registre de l'affectif, et tous ses cours se transforment en "discussions", ce n'est pas réaliste.

En revanche oui sur l'ambiance générale dans la classe et dans la cour le film touche juste. Et encore parfois ça peut être pire.

Ce qui m'a surtout plu dans ce film c'est son constat assez amer des dysfonctionnements de l'Ecole. L'incapacité du système à sauver l'élève en difficulté (dont la marginalisation puis l'exclusion sont inéluctable), l'incapacité du système à détecter la petite surdouée qui lit "La République". Bref la lourdeur d'un système qui ne sait pas trop quoi faire des différences.
Et le prof m'a aussi plu dans la mesure où le film le montre désemparé, parfois à cour d'idées, perpétuellement en proie au doute, puis qui finit par faire une connerie. Un homme tout simplement, pas un héros. à qui on demande peut-être parfois un peu trop

Proald 30/11/2008 21:03


ça ressemble à la vraie vie de tous les jours.


M. le prof de SPCFA 26/11/2008 19:24

Salut,

J'ai vu ce film deux fois et j'ai bien aimé. J'ai trouvé que c'était assez réel. Mais il ne faudrait pas que le "grand public" croit que c'est comme ça partout : tu fais bien de le souligner.

Proald 30/11/2008 20:50


C'est sûr qu'il s'agit d'un type d'établissement, il ne faut surtout pas généraliser.


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.