Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 18:57

         Le sujet : Le financement de l'enseignement ne se fait pas de la même manière selon où vous habitez. Par conséquent le coût et l'investissement dans l'éducation de nos enfants n’est pas identique au sein de notre pays.

         Car si le salaire du principal, de son adjoint, de l'intendant, du personnel administratif et celui des enseignants est à la charge du rectorat et donc de l'état.

         Le salaire des agents, le matériel scolaire (tables, chaises, tableaux, ordinateurs, matériels spécifiques pour chaque matière…) et les locaux sont à la charge de la commune pour les écoles, du département pour les collèges et des régions pour les lycées.

         Comme les budgets entre les villes, les départements ou les régions sont variables, les budgets des écoles, collèges et lycées le sont également. Autrement dit la scolarité d'un élève se trouvant dans un établissement dit "pauvre", de par sa situation géographique ne disposera pas du même budget qu'un élève se situant à un endroit dit "riche". Et les écarts peuvent être démesurés, car les revenus de chaque zone géographique dépendent en grande partie des entreprises qui y sont implantées. Et nous savons tous que le territoire national a des disparités énormes d'une ville à l'autre, d'un département à l'autre et d'une région à l'autre.

         Vous l'avez compris, sans même aborder le contexte social de l'établissement et de ses élèves, nous pouvons voir des problèmes de fond sur le financement des établissements.


         Mes propositions : Pour palier à ce problème, il n'existe pas une multitude de solutions. Il faut ni plus ni moins centraliser ou plutôt recentraliser le budget de toute l'éducation, ceci va donc à l'inverse de ce qui se fait actuellement. Car le coût de l'éducation doit être pris en charge de A à Z par l'état. Et non pas une partie par ci et une partie par là.


         Les répercussions : Pour réaliser cette réforme, il est nécessaire de toucher au financement des régions, des départements et des villes. C'est un projet titanesque ! Ce projet, ne coûte absolument rien, en terme financier, car il s'agit simplement de somme qui se déplace pour être allouée à l'état. Les ressources de ces divisions administratives, doivent être amputées de la part qui sera reversée uniformément pour l'éducation sur l'ensemble du territoire.


         Les problèmes éventuels : Il est probable que certaines personnes voient là une manœuvre pour récupérer de l'argent par l'état. Et diminuer ainsi le budget de l'éducation nationale pour en prélever une partie destinée à une autre cause. Sans parler des communes, départements et régions riches qui perdraient leurs richesses aux bénéfices des moins riches.

 

 
Photo : Hôtel de ville, Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alphabet 03/09/2008 20:27

J'ai bien compris que l'Ardèche était un exemple ... Mais c'est un exemple très intéressant.
Le problème de la vision globale est justement qu'elle sera .... parisienne, donc non globale ! Si je propose un système de centralisation basé en Corrèze, composé de 100% de corrézien, seriez-vous toujours aussi enthousiasme ?

Proald 04/09/2008 19:16


ça ne me poserait pas plus de problème, car croyais vous que les Parisiens sonnaissent TOUTES l'ile de France, je n'en suis pas sûre ...


alphabet 03/09/2008 18:17

J'ai préféré attendre un peu avant de répondre, car je risquais de ne pas être polie avec M BBK.mel. Et même après réflexion, j'ai une forte envie de dire : M BBK.mel , vous êtes une âne. Mais un âne intéressant, car vous pointez du doigt le problème de la centralisation. A la base, j'étais 100% d'accord avec cet article. Après votre commentaire, beaucoup moins. Pourquoi ? Parce que je suis Ardéchoise (il faut reconnaître que vous n'avez pas de chance dans votre exemple ;-). Et vous, visiblement, un parisien. Or la centralisation = décision à Paris, où, comme d'hab', on ne verra que les problèmes parisiens, et où les petits départements "n'auront pas besoin du même budget", c'est évident !
Puis-je savoir pourquoi ? Parce que nous sommes des paysans incapables de lire et d'écrire ? Alors, je vais vous apprendre quelques trucs : ici aussi, nous avons des ZEP, où les bus scolaires brulent régulièrement. Par contre, contrairement à vous, parisiens et banlieusards, nous n'avons pas de grands complexes sportifs, les musées, piscines, centre culturels, cinémas sont loin,
les transports en commun inexistants ou presque (seul département français sans train de voyageur) ... donc, au contraire, pour avoir accès aux mêmes activités (culturels, loisirs, sportives ....) que les autres départements, notre budget devrait être largement supérieur.

Proald 03/09/2008 19:02


Attention, je pense qu'elle a simplement pris ces départements à titre d'exemple sans aucune arrière pensée de ce genre.
A propos de région parisienne, les plus grosses disparités se situes très probablement en île de france concernant les département et même peut être les villes.
Pour les départements, c'est simple, le département des Hauts de Seine est je crois le département le plus riche de France (avec La Défense notamment), tandis que le département de la Seine St
Denis (tout proche) fait parti des plus pauvre ...
Le fait de centraliser, permet justement d'avoir une vision globale et de réduire les inégalités.


Emilie 28/08/2008 23:09

Salut !
Je fais un peu le tour des blogs de profs car mon mari est prof et il souhaite enseigner en prison, on ne trouve aucun renseignement sur internet donc si tu sais comment enseigner en milieu carcéral tu peux me faire signe sur mon blog ou si tu sais où on pourrait se renseigner ...
Merci,
Bonne continuation.
Emilie.

Proald 31/08/2008 17:50



Je connais une personne qui enseigne en milieu carcéral, mais c'est la prison qui a contacter l'établissement, qui a renvoyé l'information aux enseignants.



Hypomole 28/08/2008 13:49

Sans parler, surtout, des milliers de "notables" qui y laisseraient leurs sièges créés par la décentralisation... Idéalement, il faudrait supprimer l'échelon du département, regrouper des Régions et des communes (si elles créent des communautés de communes, c'est bien qu'elles n'ont pas assez de moyens à elles seules, non?). Mais quand je vois le psychodrame qui se joue dans les journaux locaux quand on parle de fusionner deux communes de mon canton (pourtant bâties en continu, au point qu'on ne sait plus où est la frontière entre les deux), je ne me fais guère d'illusions, ça n'arrivera tout simplement jamais...

Proald 31/08/2008 16:47


L'histoire de tes 2 communes me laisse sourire ;-)


BBK.mel 27/08/2008 08:54

Tous les établissements n'ont pas les mêmes besoins en terme de financement : un bahut difficile aura besoin de moyens pour éventuellement dédoubler ses classes etc. Je pense que chaque région ou chaque département est le plus à même de connaitre les besoins de chacuns des établissements de sa zone, en tous cas largement plus que l'Etat. L'Etat ne connait pas le bahut machin à Trou-du-cul-city, donc pour lui allouer un financement, il va se baser sur une logique comptable (c'est un lycée général, il faut tant d'élèves par classe, chaque élève c'est tant de budget).
Il y a des moments où je trouve que la décentralisation peut avoir du bon : certes, l'Ardèche n'aura pas le même budget que le département du Val de Marne ou la Seine Saint Denis...mais les besoins ne sont certainement pas les mêmes.
Bonne idée, malgré mes remarques de cette fois ci, de t'attaquer à chaque pan de notre cher système éduc nat.

Proald 31/08/2008 16:45


C'est sûre que tous les établissements n'ont pas les même besoins, et qu'il faut s'adapter.
Si nous prenons les lycées avec les régions, je ne pense pas que la région connaisse la particularité de chaque établissement. Ils ont bien dût mettre un système pour permettre de s'adapter.


réa 26/08/2008 15:13

c'est en effet un projet titanesque qui prendrait autant de temps qu'en a pris la décentralisation...

Proald 31/08/2008 16:29


2 pas en avant, 2 pas en arrière ou plutôt l'inverse !


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.