Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 08:29

         Le sujet : Dans l'I.U.F.M., il faut dissocier la 1ère année de la 2nde. La 1ère est l'année de préparation au concours pour devenir professeur. Cette année n'est pas obligatoire, puisque pour ce présenter au concours, un BAC + 3 suffit … théoriquement. En réalité, il est quasiment impossible d'obtenir le concours sans être introduit dans cette préparation. A ce titre, l'Education Nationale est "pro-iufmiste", en facilitant (le mot est faible) l'obtention du concours à ceux qui proviennent de l'I.U.F.M., car toute la pratique (décortiquer le programme par exemple) ne peut s'apprendre qu'avec des personnes du terrain.

         Le concours qui est là pour prendre les meilleurs éléments est quelque peu biaisé par ce phénomène.

         De plus cette année d'I.U.F.M. ne sert franchement pas à la préparation des professeurs, mais plutôt à la préparation du concours, donc le gain pour l'Education Nationale est minime.

 

         Mes propositions : Supprimer purement et simplement la 1ère année de préparation au concours qui n'est là que pour creuser le clivage social. Car qui peut ce payer le luxe d'effectuer une formation non rémunérée qui n'augmente pas le niveau de qualification ?

         Par contre il faudrait impérativement adapter le concours aux valeurs théoriques des concouristes et non à la pratique spécifique au métier de l'Éducation Nationale (ceci doit être fait, lors de la 2nde année à l’I.U.F.M.).

 

         Les répercussions : Si cette année n'existe plus, les formateurs sont donc libérés de leurs tâches, nous obtenons pour une partie des économies financières, car il n'y a plus de rémunération pour les formateurs extérieurs ou pour les enseignants payés en heures supplémentaires. Et nous obtenons également une économie humaine, la main d'œuvre libérée qui travaillait à plein temps pour l'I.U.F.M. (des professeurs) devient disponible pour la suite des événements …

 

         Les problèmes éventuels : Ils viendront probablement des étudiants, qui penserons ne plus pouvoir se préparer au concours. Alors que le but est simplement de mettre tout le monde sur le même pied d'égalité. C’est le but de tout concours d’ailleurs.


Photo : Place des Vosges, Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profdhistoire 23/08/2008 17:52

Ce que tu dis ici m'étonne beaucoup! Les cours d'IUFM de la première année ne sont généralement pas assurés par des formateurs. En tout cas dans mon académie, les cours avaient lieu à la fac, et étaient purement disciplinaires. Lorsqu'on était inscrit à l'IUFM, on effectuait 2 jours de formation en septembre et un stage après les écrits..... Cela ne mobilisait pas les formateurs!
Ceci dit, cette première année m'a été totalement inutile....

Proald 25/08/2008 11:51


Le résultat est donc identique ...


Tchountchoun62 07/08/2008 18:29

Salut Proald ! J'espère que tes vacances se passent bien, que tu as eu le temps de décompresser !
J'ai entendu dire qu'il serait question de supprimer les IUFM ???
Bonne soirée à +

Proald 13/08/2008 10:29


Mes vacances ce passent très bien en effet.
Et pour les IUFM, je n'en sais malheureusement pas plus que toi !


Parapluie 23/07/2008 02:01

"Car qui peut ce payer le luxe d'effectuer une formation non rémunérée qui n'augmente pas le niveau de qualification ?"
Comme toute prépa, la charge de travail est importante. Néanmoins, il est possible de bénéficier de bourses etc.
On peut même travailler à côté. En tant que fils d'ouvrier, j'ai facilement financé mon année de PLC1 rien qu'en donnant des cours particuliers.
Supprimer cette année de PLC1 est souhaitable, encore fuat-il que le niveau L3 des étudiants à son entrée soit réel ! Cette année, en plus du bachotage et des révisions, sert pour beaucoup d'étudiants de cours ! Et cette prépa est gratuite... La supprimer, c'est ouvrir un vaste marché aux prépa privées (qui se lâchent dans le cas d'autres concours de la fonction publique pour lesquels il n'y a pas de concours). Donc, attention, avant de lancer des idées, un peu d'argumentation. Un "ça sert à rien", pour un truc que j'ai fait (et même refait) et avec plaisir et conviction, ça fait mon poil de dos se dresse un peu !

Proald 25/07/2008 20:04


J'ai tout simplement dit, qu'un concours sert a "égaliser" les chances, mais en effectuant une année de préparation, le système est biaisait. De plus cette année sert uniquement à préparer au
concours et non pas à préparer au métier d'enseignant, le comble !
Si cette année est supprimé, ce n'est surtout pas pour laisser le champ libre au privé, je pense que toutes préparations devraient être interdites.


Parapluie 23/07/2008 01:55

Soit.
Des réformes sont en cours, tout le cursus que vous décrivez ici va être chamboulé.
Je vous laisse lire les derniers articles postés sur mon blog.
Bien cordialement,
Parapluie.

Proald 25/07/2008 19:54


Du chamboulement, une éradication peut être ...


Anthony 21/07/2008 08:57

Bonjour,
Je poste pour la première fois. Toutes mes félicitations pour ton Blog.
Juste une petite question/réflexion à propos de ta proposition de réforme sur la première année d'IUFM:
En enlevant la première année de formation au concours, n'augmenterions nous pas la sélection financière par l'ouverture de structure privée qui remplaceraient dans ce cas les IUFM, et dont les tarifs d'inscription seraient alors une charge trop lourde pour certains étudiants?

Personnellement, je rendrais le concours plus facile pour pouvoir ensuite faire un choix plus orienté sur la pratique lors de la deuxième année. Ceci augmenterait le nombre de stagiaires, donc le coût... et donc à contre courant de ce que nous propose le gouvernement.

Proald 21/07/2008 19:01


Justement, si il y aurait suppression de l'année d'IUFM, ce n'est surtout pas pour permettre aux structures privées dans s'engouffrer là dedans, une interdiction serait bien utile pour tous les
concours d'ailleurs.
Si tu veux augmenter le choix des stagiaires après la 2nde années, ça veut dire qu'il faut trier et donc virer après 2 ans de formation ... je trouve pas vraiment ça convenable ...


Delphine 18/07/2008 10:16

Bonjour!

J'ai découvert ton blog au début des vacances et j'ai tout lu, non sans me remémorer mes débuts aux Mureaux, à à peine 22 ans ...
Donc tout d'abord je tiens à te remercier et te féliciter pour ton blog :)
Maintenant, si je suis d'accord avec toi concernant la refonte totale de notre système éducatif, je ne le suis pas concernant le concours : il me semble au contraire primordial de l'axer sur le côté pédagogique. En maths par exemple (pour parler de ce que je connais :) ) je pense qu'une personne excellente dans cette matière mais sans aucune once de pédagogie fera un piètre professeur et ne fera pas long feu. Pourquoi dans ce cas le faire admettre au CAPES ?

Proald 21/07/2008 18:55


Bravo pour avoir lu ce blog dans son intégralité, car plus les jours passent et plus il y a d'articles ...
Les Mureaux ... ce n'est pas le meilleur coin en effet.

Il me semble, que c'est après le CAPES, qu'ils jugent bon ou non de garder un prof. Il est vrai qu'après 1 an de formation (2 pour ceux qui ont fait la préparation), il est grand temps de les
refuser. La seule partie qui serait peut être bon de garder (mettre en place plutôt car il n'y en a pas au concours actuel) c'est la pédagogie. C'est vrai, tu as raison. Une chose a rajouter.


Altaïr - Cécile 18/07/2008 09:38

Bonjour le prof ;)
Je comprends bien votre démarche, mais, tant que le concours d'enseignant est aussi difficile à obtenir sans préparation au préalable, sachant que la préparation aux concours existe aussi bien à l'IUFM, qui n'est pas très cher en frais d'inscription, que dans des structures privées, dont les frais d'inscriptions sont 10 fois plus élevées, pour la même durée et intensité d'étude, qu'est ce qui est le plus égalitaire ? Le choix sur concours d'entrée ou le choix par l'argent ?
Si on est étudiant et que l'on souhaite préparer le concours il sera plus "facile," financièrement parlant, de tenter l'IUFM et continuer sur la lancée du mode de vie étudiant, cad peu de revenus. Si on est professionnel et que l'on souhaite une reconversion il existe le FONGECIF qui permet de financer son année d'étude, en sachant que leur enveloppe n'est pas forcément à la hauteur des demandes et qu'ils ne peuvent tout financer.
Donc avant de supprimer les IUFM il est préférable, à mon sens, de réformer le concours d'enseignant et de le baser plus sur la motivation et les connaissances objectives des matières à enseigner que sur des aspects qui peuvent s'acquérir par la suite comme les notions de didactique, pédagogie, gestion de groupe etc...
Sur ce point donc je vous rejoins, mais nous ne voyons pas les choses dans le même ordre.
Je crains fort que la réforme annoncée n'aille guère dans ce sens...

Proald 21/07/2008 18:50


La meilleure chose serait d'interdire toute préparation à n'importe quel concours, et si personne bénéficierait d'une préparation, tout le monde serait sur le même pied d'égalité. Et dans un
concours, il ne s'agit pas d'être bon ou mauvais, il faut être meilleur que les autres ou moins mauvais, tout est une question de point de vue ... ;-)

Justement, je dis bien qu'il faut adapter le concours aux études des concouristes, et non pas aux spécificités de l'EN. Je pense que ça va ensemble.

Dans tous les cas, comme vous le précisez, la suite des événnements actuels ne sont pas les même que mes idées ...


réa 17/07/2008 13:56

cela me semble être des propositions qui tiennent tout à fait la route. il est grand temps de réinstaurer l'égalité de tous face aux concours...

Proald 17/07/2008 13:58


L'égalité, c'est le principe même des concours.


BBK.mel 17/07/2008 12:34

La réforme des IUFM a commencé cette année, mais il existe toujours cette année de préparation. Seulement, la deuxième année se fera en deux ans ou trois ans. L'idée de la réforme est d'intégrer les IUFM aux facultés, et donc d'utiliser les compétences des enseignants de fac pour faire l'apprentissage des futurs profs...et donc économiser.
La première année n'est pas indispensable : je ne l'ai jamais faite.

Proald 17/07/2008 13:57


Nous sommes nombreux à ne pas l'avoir faite cette fameuse année, mais ce n'est pas si simple ...


Acharat 17/07/2008 09:30

En outre, les IUFMs font passer dans certaines académies des concours d'entrée pour la préparation (1er année) au concours de professeur des écoles et de conseiller principal d'éducation.
Egalité des chances pour tous les candidats ? L'Education Nationale veut la crème de la crème dans son sein.

Proald 17/07/2008 11:08


Passer un concours pour pouvoir préparer au 2nd concours. Dans quelques temps, il éxistera peut être des formations privés pour préparer le concours du concours !!!


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.