Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 19:42



        
Coller un élève. Ah qu’elle bonne idée !

Lorsqu’un élève fait une bêtise qui sort de l’ordinaire (C'est-à-dire une grosse bêtise, du genre insolence, mais répétée, ou petites insultes envers le professeur. Oui il y a des grosses insultes et des petites !), je lui donne une heure de retenue. Mais pour ceci il faut obtenir le carnet.

Et bien sûr dans ce cas, l’élève précise qu’il ne l’a pas (il y a de grandes chances qu’il mente), donc je lui fais ouvrir son cartable, sinon si je le fais moi-même je vais entendre des "Vous n’avez pas le droit de fouiller nos sacs ».

Une fois sur deux je trouve le carnet dans le sac que l'élève refusait de me donner.

Et les autres fois, ils cachent leurs carnets sous leurs tee-shirts ou ils sont assis dessus. Autre technique plus évoluée, donner son carnet à un camarade.

 

Et de temps en temps, l'élève n'a pas son carnet voire il n'a plus de carnet … donc là c'est simple vous vous démer…

 

Bref ! Une fois le carnet en votre possession, il faut trouver une heure de trou dans son emploi du temps qui coïncide avec le votre, et ce n'est pas toujours simple. Car en plus de ce paramètre, il y a d'autres variables à prendre en compte.

L'heure de colle ne peut pas se faire durant une heure de permanence, car ce n'est plus une punition après, donc il faut les coller soit le matin avant leur 1er cours ou l'après midi après leur dernier cours. Mais il arrive qu'il y ait une liste d'attente pour certains élèves. "M'sieurs chui' collé pendant les 2 semaines déjà !"

Ah c'est bon vous venez de trouver un trou le Vendredi en fin de journée. "J'viendrais pas j'ai foot." Et le pire c'est qu'il ne viendra pas si il vous le dit. Donc en fait c'est l'élève qui choisit son heure de retenue. Une sorte de compromis entre le prof et l'élève ! Tu veux me coller, et bien c’est moi qui choisit quand !

 

         Si il ne vient pas à l’heure de colle, vous pouvez toujours doubler celle-ci, puis redoubler encore et encore puisqu’il ne viendra pas et son carnet n’est même pas signé par ses parents, donc ils ne peuvent même pas être au courant des heures de retenues.

 

         Ceci impose de passer à l’étape supérieure : demande de rendez vous aux parents (en espérant qu’ils viennent) et / ou rapport disciplinaire (sans grande conséquence pour ce genre de chose).

 

         Moi qui croyais que les punitions servaient à se faire respecter …

Photo : Eglise St Eustache, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

commentaires

eluise 23/06/2008 23:29

C'est dingue que ce soit les profs de ton bahut qui soient chargés de placer les heures de colle ! Y'a une vie scolaire pour ça...

Proald 24/06/2008 15:23


Oui, mais la vie scolaire est également surchargée par leurs propres heures de colle !!!


Tietie007 14/06/2008 11:18

Je n'ai jamais collé un élève en 14 ans de carrière !

Proald 15/06/2008 11:24


Je suis incapable de te dire combien j'en ai collé cette année, tellement il y en a eu, et pour mes collègues c'est la même chose.


nicolas 13/06/2008 23:29

le plaisir que c'est depuis que j'ai changé de college de parler d'histoire et de géographie et de relever UN carnet par semaine...:-) le bonjour dla campagne essonnaise!

Proald 14/06/2008 08:55


Un carnet par semaine, c'est un exploit en effet !


Tchountchoun62 13/06/2008 21:14

Merci de ton passage sur mon blog. A ++++

Proald 14/06/2008 08:52


Je te renvoie l'ascenseur ...


Berilune 13/06/2008 21:09

Nous avons exactement le même genre de problème, c'est désespérant. Dans mon collège, même les conseils de discipline n'ont plus d'effet sur des élèves de 6e...

Proald 14/06/2008 08:50



Tout simplement, parce que certains élèves de 6ème arrive en cette période fin d'année à leurs 3 ème conseils de discipline, donc ils n'ont absolument plus aucune crainte. :-(



Tchountchoun62 12/06/2008 22:35

Et bien avec tout ce que tu racontes, il y a longtemps que j'aurais, excuses-moi l'expression, "pété les plombs" ! A +++

Proald 13/06/2008 17:49


ça m'arrive parfois, peut être pas au sens où tu l'entends.


laprofdepipo 12/06/2008 10:16

Dans ce nouveau billet je me reconnais encore très bien. Cette situation m'arrive tous les jours! J'ai trouvé une bonne technique pour obtenir le carnet que, bien sur, ils n'ont jamais! Je le demande une fois. LA deuxième fois, je fais : "tu ne veux pas me le donner? Très bien, je t'exclue du cours". Et là ça marche 99% du temps... Maintenant ils me le donnent plus facilement. S'ils ne l'ont vraiment pas je les envoie chez la CPE pour qu'elle note l'oubli... et j'envoie le billet de colle par la poste. On a une plage horaire le jeudi de 5 à 6 qui les embête bien, du coup quand ils ont été vraiment pénibles je les mets là! Le souci étant que la vie scolaire ne suit absolument pas et qu'un élève qui ne s'est pas présenté à sa retenue sera rarement "poursuivi" pour la rattraper... grrr!

Proald 12/06/2008 21:30


Et du coup, la sanction perd tout son poids ...


Toto 11/06/2008 22:00

Mr Proald, j'aurais fait ça dans mon établissement entre 1995 et 1999 et bien j'aurais été définitivement exclu du collège. Et j'aurais pu dire adieu à mon orientation au lycée privé Saint-Louis de Saint-Etienne. Je pense surtout que ce cas de figure comme celui de l'absentéiste doit envisager une autre orientation. 3 Mois de stage dans une exploitation agricole de Corrèze ou d'Aubrac avec lever à 5H00 du matin serait un bon début, je pense que ça lui changerait d'air aussi. La devise est assez simple à la campagne, tu bosses/te bouges pas tu manges pas
... Par expérience je sais aussi que avoir les pieds trempés tout le temps pendant une semaine enlève pas mal à l'esprit de rebellion, d'autant plus que cet élève comme l'absentéiste a 15 ans anviron. Qu'en dites vous ?
Je suggère des idées d'orientation et de remise sur les rails pour vous et vos collègues de travail. Chacun de ces collégiens a un talent je pense, les sortir de la spirale de l'échec serait ma mission en tant qu'enseignant.

Proald 12/06/2008 21:27


Leurs faire découvrir un milieu qui ne connaissent pas du tout (la campagne dans notre cas) est toujours intéressant. C'est forcément une expérience valorisante et enrichissante, c'est sûr.


réa 11/06/2008 20:36

dans mon collège, les colles, c'était le mercredi après midi pour tout le monde et on n'avait pas le choix.

Proald 12/06/2008 21:23


Dans ces cas là, ça calme comme on dit !


Cyrus 11/06/2008 11:47

Tiens, c'est vrai Tigibus...tu me remémore cette époque où les heures de colles ne connaissaient que les chiffres pairs...et étaient généreusement doublées par la grâce d'un CPE dont le salaire devait visiblement dépendre du nombre d'icelles distribué...

Proald 11/06/2008 16:04


Donc il était bien payé, d'après ce que je comprends.


Tigibus 11/06/2008 00:42

j'ai connu l'époque (je ne dis pas que je la regrette) où les heures de colle étaient distribuées par deux ou quatre à la fois, et même, dans les cas les plus graves (des peccadilles aujourd'hui), par huit ! Oui, tu as bien lu : huit heures de colle d'un coup. Et attention, on ne te demandait pas de choisir ton jour. C'était automatiquement le jeudi (jour de congé à l'époque) ou le dimanche. Alors huit heures ça voulait dire toute la journée au lycée, 8h-12h et 14h-18h ! Déjà, le jeudi, pas marrant, mais imagine le dimanche ! Et il ne serait venu à l'idée de personne de ne pas venir sous peine d'être viré.
Je ne sais pas si les surveillants qui gardaient les collés ces jours-là étaient volontaires. J'espère pour eux qu'ils étaient bien payés.
Une dernière précision. Les profs se contentaient de donner, parfois généreusement, les heures de colle. L'administration se chargeait du reste (date et heure de la colle et envoi du billet doux à la maison.
Une époque formidable !!!

Proald 11/06/2008 16:01


C'était peut être un peu trop, mais au moins il y avait une véritable peur de la punition je pense.


Ostiane 10/06/2008 22:03

Et pourquoi pas imaginer un blog de vie scolaire géré par les différents délégués de classe?

Fun, moderne, responsabilisant, engageant...

Proald 11/06/2008 16:00


Ouai pourquoi pas, à la seule condition que ce ne soit pas l'élève lui même qui choisissent son heure de retenue. Enfin c'est une solution atypique, qui mérite malgré tout d'être essayé. ça ferait
beaucoup de changement d'un coup.


BBK.mel 10/06/2008 20:39

Chez nous, c'est en effet la vie scolaire qui gère les heures de retenue. Ceci dit, ça n'empêche pas les élèves overbookés pendant des semaines, entre l'UNSS et les nombreuses heures de colle que certains se sont récupérés. Pour les carnets, nous avons mis au point une tactique avec les CPE. Lorsqu'ils me disent qu'ils n'ont pas leur carnet, comme le carnet est obligatoire, je leur propose d'aller en discuter avec la CPE. EN général, le carnet réapparait dans la seconde qui suit...

Proald 11/06/2008 15:58



Merci pour l'astuce pour l'histoire du carnet, j'utiliserai ta technique au prochain coup.



acharat 10/06/2008 20:31

Je suis bien surpris que ce n'est pas la vie scolaire qui gère les retenues. Je comprends bien que tu souhaites l'avoir avec toi ; la retenue a plus de valeur. Mais dans ces moments, ne vaudrait-il pas mieux aller voir la vie scolaire pour lui mettre une retenue envoyée par courrier ainsi les parents sont avertis, en espérant que cela soit eux qui ramassent le courrier.
Sans transition, dans mon bahut ce sont les élèves qui choisissent les jours et l'heure de retenue, à mon grand désarroi.

Proald 11/06/2008 15:56


Ce n'est pas la vie scolaire qui gère les retenues, tout simplement de part l'ampleur de la tâche ... et pour diminuer ainsi le nombre d'heures de retenues. Car forcément lorsque le prof gère lui
même ses heures de colles, il en met moins ... Car c'est un peu comme si le prof se punissait lui même.

XVI.Les heures de
retenues.

Et pour le papier fait aux familles, c'est simple il n'y en a pas. Les profs n'appellent généralement pas la famille, tout simplement parce que nous sommes également submergé par les heures
retenues à mettre aux élèves. Et puis pour ça, il faut avoir un numéro de téléphone, un vrai, pas un faux !

C'est une punition et je ne trouve pas vraiment normal que les élèves choisissent leurs heures.


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.