Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 15:20

         Après un incident classique avec l'un de mes élèves en fin de matinée. Pour un incident classique c'est simple : refus de sortir ses affaires, refus de donner le carnet, refus d'enlever son blouson, refus de sortir du cours pour être exclu, insolence, plus un soupçon d'insultes et de menaces, rien d'anormal en somme. En plus, l'élève m'a accusé de l'avoir frapper, alors que je l'ai simplement poussé pour le mettre dehors. Car celui-ci refusait de sortir.

 

         Puis en début d'après midi après la pause du déjeuner, je retourne dans ma salle histoire de travailler un peu puisque je n'ai pas cours à cette heure ci.

         J'entends frapper à ma porte, je me lève, arrive à celle-ci pour l'ouvrir. Derrière j'aperçois un jeune, d'environ 16 ans, les bras croisés à la manière d'un vigile de boîte de nuit, le regard noir, celui-ci est relativement grand. La discussion s'engage :

 

-         Le jeune : "Je viens pour un problème que vous avez eu avec un élève.".

-         Moi : "Tout d'abord, bonjour. Qui es-tu ?". J'ai de suite compris à quelle histoire il faisait allusion.

-         Le jeune : "Je suis le frère de bidule. J'ai entendu dire que tu frappais les élèves.".

-         Moi : "En quelle classe es-tu ?".

-         Le jeune : "Je ne suis plus au collège ! Bon et cette histoire ça te revient ?". Visiblement, il n’était pas content que je puisse le prendre pour un élève de 3ème

-         Moi : "On se calme. Et comment es-tu rentré ici ?". Ça y est, il est parti il n'est plus du tout calme et devient violent en faisant des gestes amples, le tout à quelques centimètres de mon visage bien sûr.

-         Le jeune : "Non je ne me calme pas, vous avez pas à frapper les élèves.".

-         Moi : "Arrêtes, j'ai frappé aucun élève.".

-         Le jeune : "Quoi ! Vous croyez qu'ils mentent. C'est ça ouai. Tu n'as pas le droit de frapper les élèves.". Et patati et patata …

 

         N'ayant pas de moyen pour calmer ce jeune, et n'étant pas calme moi non plus, car je suis toujours énervé de l'histoire en question qui c'est déroulé le matin même. Je décide de voir un CPE histoire d'avoir un intermédiaire dans cette situation houleuse. Car je ne voudrais pas voir dégénérer la situation. Visiblement il a envie de me coller son poing et j'avoue que je suis sérieusement échauffé.

 

         J’ai réussi à trouver une tierce personne qui m’a permis de maintenir un climat plus ou moins serein dans cette altercation.

         Car au final il m’a dit des choses du genre : "Faites attention à vous !", "Je vous préviens ne recommencez pas, sinon vous aurez affaire à moi.", "…".

 

         Je n’ai même pas prévenu la direction de cette histoire car je ne voulais pas que ceci me retombe dessus. J’imaginais déjà le principal "Mais je vous ai déjà dit de ne pas toucher aux élèves, …".

 


Photo : Notre Dame de Paris, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald - dans Collège
commenter cet article

commentaires

Viktoria 07/07/2012 10:40

Pauvres profs , pushing-balls tout trouvés, entre élèves, Cpe, Principaux, Parents, grands frères, inspecteurs! Si la hiérarchie soutenait à fond et de manière inconditionnelle, ses profs, le
fardeau s'en trouverait drôlement allégé! Un manque de communication, des non-dits entre les différents protagonistes font que les choses n'évoluent pas dans le bon sens! On tourne en rond avec les
mêmes problèmes, chaque année, au profit des élèves perturbateurs qui ont la part belle et font la loi! Tu dis que les principaux ont eux-mêmes, des moyens limités!! Alors, il faudrait que les
choses bougent, plus haut, au niveau de l'état, afin que chaque point de règlement soit repensé, quantitativement et qualitativement! Dans ton collège, les incidents, même graves (c'en est un!)
sont banalisés! Tout le monde perd ses repères et semble baisser les bras! C'est l'aveu de l'impuissance manifeste! Ce collège est dépassé par les événements, et "à la dérive"! Des classes plus
hétérogènes seraient les bienvenues! Comment faire venir les bons élèves, chez vous? Difficile! En créant des options originales, peut-être! Le problème est sans fin et complexe et des solutions
doivent être apportées à tous les niveaux : carte scolaire, discipline, nombre de surveillants, pédagogie appropriée à ce type d'établissement etc... ! Pour toi, tu ne seras pas toujours TZR. En
espérant que ta mutation te permette d'être dans un meilleur collège! (Je découvre peu à peu ton journal, et compte tout lire depuis le début)!

Proald 08/07/2012 09:55



Merci pour ton commentaire.


J'ai été TZR il y a quelques années. Actuellement je suis titulaire du poste.


Concernant les options alléchantes pour attirer les élèves, nous en avons de nombreuses : classes européennes, latin, 4 langues vivantes, musique, culture, ...


Mais cela ne palie pas, la fuite de nos bons élèves ...



vaugoubert 17/04/2008 12:29

Là je ne pige vraiment plus rien. Tu sembles certain que ta hiérarchie ne te soutiendra pas, et tu dois naturellement avoir raison. Une de mes cousines, un peu dans la lune, après un master en relations internationales à Boston et un job à Greenpeace a voulu rentrer en France et a donc passé son agreg d'anglais. Elle a été nommée dans un lycée du 9-3 et on pensait que ça allait être une catastrophe.Ben non. Pourquoi ? Elle avait un excellent proviseur qui savait animer l'équipe enseignante et du coup, il n'y avait pas de gros problèmes dans l'établissement.Pourquoi est-ce que dans tous les blogs de profs, les proviseurs ont l'ai de pauvres larves incapables de porter plainte en cas de problème ? Enfin bon, l'EN leur demande peut-être de ne pas faire de vagues et du coup, ils pensent à leur notation...Si c'est le cas, c'est vraiment pathétique.

Proald 19/04/2008 11:55


Attention, tous les établissements du 93 ne sont pas comme le mien. Et puis les proviseurs et principaux ont un pouvoir certe, mais limité, ils ne peuvent pas tout faire. L'établissement peut avoir
de gros problèmes, et malgré tout avoir un bon responsable. C'est également le casdes profs, si les profs ne souhaitent pas avoir de problème avec leurs responsables, mieux y aller molo avec les
rapports ...


boris 17/04/2008 12:26

trouvé sur un site:Ce prof débute,c’est évident…
Il aurait déjà dû avertir le cpe avant même de songer à avertir la direction,chose qu’il n’a au passage pas faite,et qui est regrettable pour son cas personnel comme pour l’intérêt général de l’établissement.
Le cpe aurait déjà dû être averti de l’altercation en cours car il faut toujours penser aux conséquences de ce genre d’histoire…
Le principal,s’il a vent de cette affaire,pourra d’ailleurs lui reprocher légitimement de ne pas l’avoir averti à temps de cette affaire…
Beaucoup de non-dits dans ce récit…”des gestes amples”,”et patati et patata”,”une tierce personne”,”un climat plus ou moins serein”…
Les propos du visiteur d’un jour sont sans aucun doute édulcorés…
On sent le prof débutant qui veut encore y croire mais quelques années dans ce genre d’établissemnent auront tôt fait d’éteindre la petite lueur d’espoir vacillante qui dort en lui, alimentée par le peu d’illusions qu’il a encore.
Attitude typique du prof qui ne sait plus vers qui se tourner,ni à quel saint se vouer,et qui s’en remet pleinement à la confession virtuelle en espérant la compassion du tout-puissant lecteur de blog.
Que dire…?
A part que j’emmerde les connards qui jettent dans le même panier tous les profs,du genre de Benoit au-dessus là…tête de pioche,moi,je n’ai jamais soutenu ni vanté les mérites de l’immigration,pauvre imbécile gangréné par ta pensée limitée par ta connerie.
Imagine que dans l’en,de pauvres jeunes profs sont victimes d’un système qu’ils vomissent tous les jours…ils ne sont pas nombreux,certes,et l’immense majorité batifole au travers d’une pensée masochiste de gauche,mais ils existent,ne l’oublie pas!

Proald 19/04/2008 11:49


Mais les altercations de ce type en cours, c'est du quotidien !

Concernant les non-dits :
- des gestes amples : il bouge ses bras dans tous les sens, un coup à droite, un coup à gauche, un coup devant, ...
- patati et patata : comment faire pour se rappeler de tous les détails des différents problèmes que nous avons vécu durant la journée ?
- une tierce personne : par souci d'anonymas, j'évite de dévoilé certains détails, mais dans ce cas précis il s'agissait justement de la cpe (qui n'a pas d'ailleurs prévenue la direction, comme
quoi ce cas était considéré comme classique !).
- un climat plus ou moins serein : ça veut dire que le climat est tendu, voilà tout !

J'ai déjà expliqué que ce blog en effet me permet "d'évacuer" mes soucis, mais son but est également de montrer aux personnes étrangères à ce milieu, la vraie vie des enseignants en banlieue.

Pour le reste, je ne ferais pas de commentaire car je ne veux pas rentrer dans ce mauvais jeu ...


eluise 13/04/2008 17:02

Et surtout, comment il a fait pour entrer ? En théorie les personnes étrangères à l'établissement n'ont rien à faire à l'intérieur...

Proald 14/04/2008 19:34


En théorie ...


marc 12/04/2008 19:34

après comment ne pas s'étonner que les profs se mettent en CMO www.proftechno.froumpro.fr , des économies , des économies , voilà où ca mène .......

Proald 12/04/2008 21:53


CMO ??? Qu'appels-tu CMO ?
Congès maladie peut être ?


july 11/04/2008 22:39

ça m'agace de voir que les profs n'ont même plus d'autorité...pourquoi ne faites vous pas une grande manif...! pour le respect des enseignant et des enseignements, dire que vous en avez marre de vous faire insulter, par des mômes mal élevés...et qu'est ce qu'il fiche le proviseur il ne peut pas faire surveiller les entrées et les sorties...il est où ce lycée...? quelle misère....

Proald 12/04/2008 21:50



Surveiller les entrées et les sorties, mais à quoi bon, car ça ne leurs pose pas de problème de passer par dessus les clôtures.



DdM 11/04/2008 22:00

Ca craint. Vivement les vacances, vivement les mut', vivement plein de choses qui puissent te sortir de là... Courage, mes pensées t'accompagne (même si ça te fait une belle jambe... si si, regarde, j't'assure !)

Proald 12/04/2008 21:48


Enfin, la journée où je pars de la région parisienne, j'aurais toujours des choses à raconter, mais cela sera moins étonnant voire révoltant.
Ce n'est pas demain la veille de mon départ ...


Carlota 11/04/2008 18:19

Je viens de découvrir votre blog et je tente de venir le plus souvent possible. J'ai eu mon bac l'année dernière donc, le lycée, je m'en souviens très bien. Je n'étais pas dans un lycée dit de banlieu mais j'ai vu des élèves odieux. Je crois qu'il est difficile pour un prof de garder son sang froid en permanence. Les élèves ne le gardent pas souvent et on met ça sur le compte de l'adolescence, etc... Il y a toujours des excuses pour les élèves et très très peu pour les profs.Ceci dit, je pense qu'être prof est une vocation donc, ceux qui le sont méritent le respect. Car franchement, ce n'est pas un métier facile. Il faut vraiment aimer enseigner et aussi aimer les jeunes pour tenir le coup...Pourtant, n'y aurait-il pas un moyen pour que vous changiez d'établissement ?

Proald 12/04/2008 21:44


Pour ma part, il ne s'agit pas d'une vocation, ou alors elle fût tardive.
Mais ce n'est pas pour autant que je n'aime pas mon métier avec ses hauts et ses bas !

N'étant pas de la région parisienne, je souhaite pouvoir repartir un jour en province, il y a plusieurs choses à éviter dans ce cas, et la 1ère et de changer d'établissement chaque année.
Le côté positif des établissements difficiles et la bonne ambiance au sein de l'équipe pédagogique. J'ai eu l'occasion d'être dans un établissement chic lors de mon année de stage, et l'ambiance y
été plutôt mauvaise.


jim 11/04/2008 11:37

Je trouve tout d'abord désolant qu'un enseignant fasse des fautes d'orthographe, voilà qui ne grandit pas la profession, surtout au vu de la prétention de certains qui se considèrent comme des intellectuels, au sens noble du terme.Ensuite comment se plaindre du manque de respect d'un jeune, lorsqu'on le tutoie spontanément alors qu'il emploie le vouvoiement ? c'est une marque d'irrespect d'emblée qui n'appelle pas la considération, enfin c'est mon avis.

Proald 11/04/2008 16:30


Concernant les fautes d'orthographe, j'en suis le 1er désolé.

Personnellement, je ne me considère pas comme un intellectuel, mais comme un simple prof, qui plus est de banlieue.

Le tutoiement est arrivé d'une manière toute simple, s'agissant d'un jeune dans le collège, ça ne pouvait donc être qu'un élève au moment où je l'ai rencontré, donc le tutoiement me paraît
totalement normal. Et ce n'est pas irrespectueux de ma part.
maintenant si une personne prend un RDV avec moi, un frère ou une soeur (comme cela m'est déjà arrivé), dans ce cas, il est bien évident que j'utiliserai le vouvoiement.


snoop 11/04/2008 10:04

Quand je te lis, je me dis que je pourrais avoir écrit chacune de ces lignes et à la fin j'ai toujours envie de te poser la même question: Mon Dieu, comment fais-tu pour tenir ?Parce que moi je n'ai pas tenu, je me suis effondrée au bout de 9 mois et je n'arrive toujours pas à comprendre comment on peut vivre ce métier sereinement.Bon courage.

Proald 11/04/2008 16:12


Sur des moments de ce genre, être serein n'existe pas, et ce mot est même inutilisable les jours suivants.


Un futur prof 11/04/2008 01:12

Visiblement ce jeune homme à un soucis avec le vouvoiment ! Déjà, qu'il te tutoie je trouve ça moyen mais ce qui est étrange c'est qu'il passe de l'un a l'autre d'une manière qui parait aléatoire

Proald 11/04/2008 16:10


Je pense que c'est le fait de l'avoir pris pour un élève qui l'a bléssé.


réa 10/04/2008 20:20

c'est vraiment pas normal que n'importe qui rentre dans ton établissement comme ce grand frère décérébré... !

Proald 11/04/2008 16:09


Ce n'est pas vraiment normal en effet.


Acharat 10/04/2008 19:52

Cela est tout de même incroyable que ton établissement soit autant visité par des personnes extérieures. Où sont donc les surveillants ? Restent-ils scotchés sur leur chaise en train de prendre leur café ? Etant moi même surveillant, anciennement dans un collège assez difficile, avec mes collègues ont été toujours sur le qui vive. Ils étaient bien rare les moments où l'on restait tous dans le bureau. Il y en avait toujours un qui bougeait dans la cour, dans les couloirs, etc uniquement pour mettre le calme dans l'établissement voire même dans un cours (ça m'est arrivé deux fois de le faire ; eh oui un surveillant peut avoir plus d'autorité qu'un prof ;)).Bref ! Je ne sais si tu connais cette association pour le personnel de l'EN : solidarité laïque autonome, mais tu as tout intérêt à t'abonner. Un jour ou l'autre cela tournera mal pour toi ou pour un de tes collègues ; voici le lien : http://www.autonome-solidarite.fr/

Proald 11/04/2008 16:05



La réponse est simple, nous ne disposons d'un nombre suffisament important de surveillant, pour preuve, l'adjoint est quasiment toujours dans la cour au moment de la sonnerie pour reprendre les
cours après la récréation.
Concernant l'autonome, oui je l'ai comme la quasi totalité de mes collègues, j'en ai même fait un article : XXIV.Assurance prof.  Désolé pour la taille, je n'ai pas réussit à
faire plus petit ...



carambaole 09/04/2008 14:51


Hello,un passage sur les blogs que j’aime avant le départ

Proald 10/04/2008 19:44


Merci d'être dans cette catégorie.


BBK.mel 09/04/2008 12:18

Pourrais-tu éventuellement te faire aider par un syndicat pour faire entendre raison à la direction et aux énergumènes menaçants ? Après tout, si la direction ne prend pas les choses en main, que d'autres s'en charge ! Il existe aussi, normalement, au niveau du rectorat une cellule juridique qui peut t'aider à agir et éventuellement influencer la direction quant aux démarches à faire pour éviter qu'un prof soit menacé et pour l'aider à faire son boulot l'esprit serein !

Proald 09/04/2008 14:07


Je précise, que ma hierarchie ne peut pas m'entendre si je ne lui communique pas le problème.
Enfin d'un autre côté, la tierce personne qui m'a servie d'intermèdiaire n'a pas transmis l'info également.
Personnellement, si je ne suis pas serein tous les jours, c'est plutôt par peur d'une plainte ou d'un retour de bâton, plutôt que par une personne physique.


M. 09/04/2008 10:41

P*****! Regulierement je te lis et j'en reste bouche bee! T'as interet a avoir un moral d'acier et une vie personnelle bien equilibree! Courage!Sinon, t'as pense a te mettre a un sport de self-defence/combat? :)))

Proald 09/04/2008 14:04


C'est qui me gêne, c'est de faire mon boulot parfois avec des arrières pensées, du style : "Ai-je bien fait de fire ceci ?", "Ne suis-je pas limite sur tel sujet ?", "...".
Il va falloir que je me met à la muscu !


cpechou 09/04/2008 02:56

Arh... Impressionant. :-# (je suis scotchée)

Proald 09/04/2008 14:01


Je ne pense pas être le seul à avoir vécu ça.


Tigibus 08/04/2008 19:53

Je te l'ai déjà dit dans un com précédent : l'intrusion dans un établissement scolaire est puni par la loi. Si tes rapports avec la hiérarchie ne sont pas au beau fixe, tu pourrais peut-être demander leur soutien à des collègues. Si une délégation des profs allait demander au principal de porter plainte, il se pourrait que ça le fasse bouger un peu.Rien de pire qu'un bahut où la direction ne soutient pas les profs !

Proald 09/04/2008 14:00


Je pense que le problème est plus profond que notre "simple" établissement.
Car pour obtenir un soutien, les faits doivent être exceptionnels, et ce n'est pas le cas ...
Pour ce qui est du soutien de la hierarchie, je m'inscrit également en faute, car je ne peux pas être soutenu d'une personne si celle-ci n'est pas mise au courante.


johnmarguerite 08/04/2008 18:04

Dans les deux cas, c'est dingue ! Soit cet abruti vient mettre sa menace à éxécution, soit il n'y a plus de problèmes et il pensera que ses menaces auront produit leur effet. Dans les deux cas, c'est lui qui pensera faire la loi en lieu et place des adultes. On est en plein Western ! Est-il possible que les parents soient au moins informés et priés de mettre un terme aux manoeuvres d'intimidation du grand frère ? Ce dernier, s'il est majeur, peut-il être convoqué par l'établissement pour lui faire entendre raison sur son comportement en tant qu'adulte ?

Proald 08/04/2008 22:08


Tu sais dans ces cas là, c'est un peu le même principe que pour les établissements, il n'y pas un problème mais une multitude dans la famille en question ...


Croucrouch 08/04/2008 18:03

Désolé pour toi que les choses se passent comme ça actuellement. Le collège ou tu travaille est une honte et ton (ou tes) supérieurs semblent bien inutiles. Tant d'ingérance me fait peur et me laisse stupéfaite.Pas étonnant que tant de profs soient dépressifs.

Proald 08/04/2008 22:07


No comment ...


BBK.mel extatique 08/04/2008 17:44

Je me contenterai de redire ce que j'ai déjà dit : c'est beau de se sentir soutenu par sa hiérarchie !!Comment se fait-il que ce jeune soit entré dans le collège . Je sais, par certains de tes articles que c'est un peu un moulin ton bahut, mais quand même !! Les expériences précédentes auraient du servir !

Proald 08/04/2008 21:25


D'un autre côté, je compatis au problème, car comment faire lorsqu'un individu pénétre dans l'établissement en sotant la grille. Car une personne surveille simplement l'accés "classique" à
l'établissement. Rien d'autre !


C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.