Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 13:03

         Comme régulièrement, les enseignants bénéficient de quelques jours de formation par an, et cette semaine c'était mon tour avec d'autres collègues.

         Donc après avoir prévenu les élèves de la "triste" nouvelle que je ne pourrais pas assurer les cours en question (ils ont même crié de bonheur), j'en ai parlé à quelques collègues. Quelques un d'entre eux avaient déjà effectué cette formation, ils ont même fait preuve de compassion à mon égard avant que la formation débute !
         Je me suis donc présenté à celle-ci avec une opinion plutôt négative.
 
         La formation débute, tout le monde s'assoit à une table, sachant que ces tables sont en disposition rectangulaire pour faciliter ainsi les échanges. Nos deux formateurs sont du personnel d'encadrement, l'un est principal et le 2nd est proviseur. Pour ceux qui ne connaissent pas la différence, le principal est le boss d'un collège, tandis que le proviseur est le grand chef d'un lycée, général, technique ou professionnel.
         A la suite, nous effectuons le traditionnel tour de table, en nous présentant, Prénom, NOM, matière enseignée, établissement d'enseignement, …
         Lorsque je me présente, au nom de mon établissement, j'obtiens quelques remarques "ça doit être dur", "ah oui", "ouille", … Je constate donc que mon établissement est réputé … du mauvais côté vous l'aurez compris !
 
         Inutile de parler du sujet de cette formation qui n'a finalement que peu d'importance, voire même aucune. Par contre, ce qui est intéressant c'est de voir de quoi parlent les enseignants en formation. Et bien évidemment ils échangent sur leurs difficultés au travail, et il y en a beaucoup.
 
         Mais lors de cette formation, j'ai appris plein des choses très intéressantes, qui ne sont pas en lien avec l'intitulé de la formation.
         Nos formateurs ont délié leurs langues, car en temps normal, les personnels d'encadrement sont les derniers à expliquer ce qui ne va pas dans le système de part leurs positions hiérarchique et le fameux devoir de réserve qui est à un niveau supérieur que celui des enseignants (LI. La censure.).
         Qu'est ce que j'ai pu apprendre de si intéressant ?
        
         Et bien j'ai appris plein de statistique, par exemple, dans le lycée du formateur, il y a 50 % de perte d'effectif entre la rentrée pour la 1ère année du BEP et la présentation des élèves à l'examen soit 2 ans après !!! Où sont-ils passés ? Et bien ils sont tout simplement dans la nature, car ils ont plus de 16 ans, donc l'école n'est plus obligatoire. Un élève sur deux est par conséquent en échec scolaire avant même de passer le diplôme. Car ne croyais pas que les 50 % restant obtiendraient tous leurs BEP …
         Ce formateur a continué sur son discours fort instructif en nous posant une question : "D'après vous, sur une classe de 15 élèves en CAP, combien sont présents en moyenne sur l'année ? ".Nous ne savions pas vraiment quoi répondre, il reprend la parole pour nous donner la réponse : "En moyenne, c'est 5 élèves présents !". Ce qui correspond donc à un taux de 66 % d'absentéisme ! Le proviseur continue sur sa lancée, comme si il avait besoin d'en parler pour se libérer face à cette aberration : "L'absentéisme est un ravage de notre époque dans mon établissement, et nous subissons car nous ne pouvons rien y faire.".
 
         Si les proviseurs subissent, que faisons nous en tant que simple enseignant ?
 
         Il existe bien une solution, mais celle-ci n'est jamais appliquée par souci d'éthique. Je veux parler des allocations familiales (sujet développé ultérieurement).
 
         A la fin de notre journée, nous avons obtenu un petit livret, avec plein de statistiques très parlantes, dont je vais vous faire part, pour une partie. Je vous les donne à la volée.
          Il est écrit que 4 % des enseignants de mon établissement ont plus de 10 ans d'ancienneté au sein du collège, c'est faible, très faible comme taux de stabilité de nos effectifs.
         A l'entrée en 6ème, un élève sur trois à au minimum un an de retard.
         Plus de 60 % de nos élèves sont issus de familles défavorisées.
 
         C'es statistiques sont sensiblement équivalentes pour les autres établissements de la commune et des communes voisines.
 

         A la fin de la lecture de ces différents taux, nous comprenons que LA solution n'existe pas, parce qu'il n'y a pas UN problème, mais une multitude d'obstacles, qui rendent leurs résolutions complexes, et la vie dans l'enceinte des établissements y est difficile.

undefined

Photo : Les Champs Elysée, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le prof à la dérive - dans Chapitre 3 : Titulaire (07-08)
commenter cet article

commentaires

caloune 12/02/2008 11:54

pour en revenir aux allocations familiales:ma fille de 18 ans en 1ère année de bac pro a eu la gastro un matin! je l'ai donc gardé à la maison et comme je suis aide-soignante et qu'avec 3 gones , j'ai tout ce qu'il faut à la maison, je l'ai soigné en évitant la case médecin; elle est retournée à l'école le lendemain matin; et bien ce même jour, j'ai recu un papier de l'école me menacant de me dénoncer à l'académie avec pour punition le retrait des alloc si je ne fournissais pas de certf médical! (et le trou de la sécu alors?); je précise que je les avit averti par téléphone de la maladie de ma fille!je ne suis pas contre cette sanction mais faudrait pas abuser non plus!

Le prof à la dérive 12/02/2008 13:25

Là j'avoue, c'est vraiment abusé. Lorsque je parle d'absentéisme, ce n'est pas 1 journée ni 2. Mais une MULTITUDE de journées pas si par là.

Pied léger 09/02/2008 18:25

Que voulez-vous. La seule solution serait de suspendre les allocations des élèves absentéistes. On en parle, mais ce n'est appliqué nulle part.

Le prof à la dérive 11/02/2008 17:08

Personne n'ose utiliser cette ultime solution.

Mary J'Dan 09/02/2008 09:30

Quelle merveilleuse idée que ce « tagage  webmatique » ! Grâce à lui, nous découvrons d’autres blogopotes et je suis ravie de découvrir celui-ci. Je compte bien y revenir pour en lire un peu plus. D’une taguée à un tagué, bon week end ;)

Le prof à la dérive 11/02/2008 13:21

Merci tagueuse ...

Jenny la Martienne 08/02/2008 19:32

Bonjour, Je viens d’être taguée et je vous ai choisi pour l’être par moi ! Et oui la vie est cruelle … Venez sur mon Blog pour connaître la règle du jeu ! Qui consiste aussi à nous faire connaître les uns aux autres. A bientôt et bises de Jenny la Martienne Martienne et enseignante en +

Le prof à la dérive 11/02/2008 13:18

C'est la première fois que j'entend par ler de ça ...

Tietie007 05/02/2008 22:02

Dans mon bahut ça dépend les sections ...en structures métalliques l'érosion d'une année sur l'autre peut être impressionnante, même si je bosse dans un bahut qui a bonne réputation ! Parfois ça dépend les promos ...il y a deux ans, 18 élèves ont démissionné de la 1ere à la Terminale Bac Pro ...Bon courage !

Le prof à la dérive 06/02/2008 12:17

C'est une hécatombe à ce niveau là, 18 élèves !!!

fremen10 03/02/2008 15:02

Il y a peu je me suis pris la tête en formation P.P avec un responsable du CIO qui affirmait que 80% des élèves de 3eme avaient leur premier voeu d'orientation. Quand on lui expliquait que les voeux n'avaient rien à voir avec les choix des élèves celui-ci était dans le dénie total.Le matin même en lycée pro, l'une des responsables nous expliquait que 50% des élèves étaient là par défaut d'où un absentéisme galopant. Rajouter à cela des élèves n'ayant même pas le niveau pour suivre dans certaines filières (on pourrait aussi parler des notes gonflées en 3eme) et vous avez la totale.Snoop je ne sais pas où tu as vu que l'EN était gérée comme une multinationale. Une mutinationale comme ça ne ferait pas un jour sur le marché. Ensuite il ne faut pas se voiler la face l'état doit être réformé dans son ensemble mais j'avoue que les politiques auraient pu commencer par baisser leur salaires comme l'a fait le Canada avant de taper sur l'éducation.Petite remarque : il va falloir un jour avouer au gens que l'industrie de base n'existera bientot plus en france (les coûts sont trop élevés), il n'y aura plus que de l'industrie de pointe, le développement de l'habitat intelligent et respectueux de l'environnement, les nouvelles énergies et les biotechnologies, le tourisme et les services. Chacun de ces domaines demande la maîtrise d'un nombre accrue de compétences. Cherchez l'erreur!!

Le prof à la dérive 05/02/2008 13:07

Les notes gonflées en 3ème, ça ferait un bon sujet ...Ce n'est pas demain la veille que nous n'aurons plus besoin de personnes corvéables à merci, car il y a de plus en plus d'emplois précaires.

snoop 03/02/2008 09:55

Marrant, parce que ta formation m'a fait penser à une magnifique opération de propagande!Phase 1 : état des lieux : tout va mal, c'est affreux, terrible, et c'est partout pareil même dans les meilleurs établissements on en bave; mais que peut-on y faire ?Phase 2: préparation du terrain :  va falloir se serrer les coudes, faire des efforts, et même des sacrifices...Phase 3: on annonce la douloureuse : réduction des effectifs, plus de travail pour la même paye, plus d'élèves et moins d'adultes pour les encadrer....L'intérêt d'une bonne opération de comm', c'est que si on passait directement à la phase 3, ce serait la révolte assurée, grêves, revendications, marches de protestation... Alors qu'avec une bonne préparation psychologique, la phase 3 passera tout en douceur... Ou de l'art de bien étaler la vaseline avant de sodomiser le petit personnel dans une grande entreprise.Pour ceux qui seraient choqués, je vous prie de bien vouloir admettre que l'EN est désormais gérée comme n'importe quelle multinationale du privé, et manifestement çà ne va pas s'arranger...

Le prof à la dérive 04/02/2008 13:18

Je n'avais pas vu cette formation comme une opération de propagande, mais je me suis peut être fait berner ... enfin, je n'espère pas !:-(

profesvt 02/02/2008 21:15

Tu va un peu vite en besogne lap1.blanc..... On supprime les alloc aux parents et ils se reconvertissent en mak ou en dealers ?  

Le prof à la dérive 04/02/2008 13:14

Je n'ai pas compris son commentaire ainsi.Il est sûre qu'il ne s'agit pas de la solution miracle, je ne suis d'ailleurs pas certain qu'elle existe.

lap1.blanc 02/02/2008 11:39

Juste un petit commentaire :Concernant la suppression des allocs pour les absentéistes, cette "solution" fera peut-être revenir certains des absentéistes sur les bancs, pour certainement y foutre le bordel d'ailleurs.Quant aux autres, devant la suppression du peu d'aide qu'ils recevaient déjà de l'Etat, quelle sera pour eux, la solution? Regardez avec leurs yeux, ce qui rapporte de l'argent, de la reconnaissance, dans leur environnement? Vol, drogue, prostitution, etc. Et c'est cette voie qu'ils choisiront. Si il s ne l'ont d'ailleurs pas déjà fait.

Le prof à la dérive 04/02/2008 13:10

C'est comme toute solution, prise de manière indépendante elle n'est pas bonne, il faut mettre le tout en cohérance dans un grand projet.Pour quelques uns d'entre eux comme vous dites, le choix est déjà fait, si toute fois ils ont fait un choix ...

cpechou 02/02/2008 01:45

L'absentéisme, la violence... sont malheureusement des problèmes dont tout le monde parle, parle, parle... Beaucoup moins agissent... Et les résultats ne sont jamais au rendez-vous (manque de solutions comme vous dîte à la fin). Un semblant de resultats ne s'obtiendra qu'en étant solidaires (Equipe enseignante - Equipe éducative - Parents - Eleve - Dispositif extérieurs), et cette formation avait certainement pour but de vous ammener à cette solidarité.Il faut bien savoir que les dysfonctionnements que l'on retrouve ds un EPLE sont ceux de la société. Ainsi il faudrait d'abord regler le problème social afin de regler le problème scolaire.Pas facile pour un enseignant de trouver son rôle la dedans je comprends tout à fait. Surtout par des réunions si grossissantes, et globalisante. Il faudrait dire et mettre le doigt une bonne fois pour toute sur le problème. Certe cela n'est pas votre rôle.Courage. Contentez vous de suivre les formations. Et d'agir en tant que professeur averti. Averti qu'il y a de la violence. Qu'il y a un fort taux d'absentéisme. Mais surtout, averti qu'il n'y a pas de solutions. Averti seulement. Convaincu, cela en va d'un avis personnel. Qui n'est pas le mien.

Le prof à la dérive 04/02/2008 13:07

Cette formation n'avait absolument rien à voir avec ce qui s'y est dit.Mais j'ai appris des choses.Je suis surtout convaincu que nous devons trouver rapidement des solutions dignes du nom.

BBK.mel 01/02/2008 13:28

Et bien voilà une formation qui au moins te servira à quelque chose.

Le prof à la dérive 01/02/2008 13:30

Elle me servira à être informé ...

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.