Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 09:08

         Lorsqu'un élève gène de manière importante le bon déroulement du cours, il est inutile de commencer à mettre des punitions ou des heures de retenues pour calmer l'élève récalcitrant, ceci aggraverait la situation et nous obtiendrons le phénomène inverse, c'est-à-dire un individu déchaîné ! Ce qui est peut être déjà le cas …

         Nous sommes donc contraints de nous en "débarrasser", en l'excluant du cours (XI. Les moyens de pressions encadrés. 2) L'exclusion.). Mais il faut encore faire un papier supplémentaire, l’envoyer avec un élève accompagnateur l’exclu et ne pas oublier de donner du travail à faire (qu'il ne fera pas) sous peine de voir les élèves revenir … En plus, si vous excluez régulièrement des élèves, vous attirerez les foudres du principal et peut être même du CPE. Car forcément l'élève n'est peut être plus dans votre classe, mais il vient grossir les rangs des élèves exclus du collège, qui parfois font exploser littéralement la permanence (XXI. Allo police !) ! Il arrive même que les CPE refusent des exclusions, car la permanence ne compte plus de place disponible.
 
         Et bien sûr il s'agit toujours des mêmes élèves que nous retrouvons en exclusion. Ces élèves passent donc la majeure partie de la journée dans les couloirs ou en permanence. C'est du gâchis, mais ils sont heureux, tous au même endroit. Je plains les surveillants qui eux ne peuvent pas « exclure les élèves de l'exclusion » …
         Il m'arrive parfois de rêver à un monde avec des sanctions qui feraient si peur, que les élèves auraient un comportement parfait et donc qu'aucune sanction ne serait donnée, mais ce n'est qu'un monde imaginaire, malheureusement !
 
         Maintenant, si l'élève pénalise le cours, mais qu'il est encore "récupérable" durant l'heure, je le mets "simplement" à la porte. Je lui demande donc de rester derrière celle-ci jusqu'au moment où je déciderai de lui rouvrir.
         Cette solution palliative permet d'éviter l'exclusion durant la totalité du cours par l'élève et surtout de surcharger inutilement la permanence. Mais théoriquement cette solution est interdite. Car l'élève est sans surveillance dans le couloir.
         Ceci fonctionne pour la majorité des élèves, car au bout de 5 minutes l'élève s'ennuie et préfère ainsi revenir en cours et travailler ou au moins arrêter de perturber le cours (le travail est optionnel !).
 
         Il m'est arrivé une fois d'oublier une élève derrière la porte, elle est restée 30 bonnes minutes seule dans le couloir. Visiblement, elle était vexée, mais maintenant lorsque je lui demande d'arrêter sous peine de retourner dans le couloir, elle se calme instantanément.
 
         Mais certains sont des fortes têtes, une fois dans le couloir ils s'amusent à entrebâiller la porte pour parler avec les camarades à proximité ou même à les injurier, ou bien toutes les minutes, l'élève revient dans le cours pour vous demandez quand il rentre, ou ils refusent catégoriquement d'aller dans le couloir.

         Et dans tout ces cas là vous obtenez l'inverse de ce que vous escomptiez. Au lieu d'obtenir le calme, vous le détériorez, donc direction l'exclusion de mon cours.

undefined

Photo : La bourse du commerce, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le prof à la dérive - dans Chapitre 3 : Titulaire (07-08)
commenter cet article

commentaires

wilander 27/01/2008 22:43

Pas de nouvel article, j'espère que tu n'as pas été poignardé par un élève, j'espère avoir des nouvelles rassurantes très bientôt...

Le prof à la dérive 28/01/2008 13:56

Merci de t'inquiéter ainsi, je vais très bien et voici le nouvel article que tu attends dans quelques minutes ...

eluise 24/01/2008 17:40

Si seulement on pouvait délocaliser les exclus... Malheureusement, tu t'en doutes... pas assez de pions ! ;-)

Le prof à la dérive 25/01/2008 15:06

J'imagine le surveillant qui ferait une proposition au principal : "Pouvons-nous exclure les exclus de la salle d'exclusion ?".Euh, c'est à dire que ... comment vous dire ...:-)

Laura 23/01/2008 17:00

ça y est je susi démoralisé ! je comprends pas cette attitude des jeunes d'aujourd'hui pourtant je susi pas bcp plus vieille, ou alors ej me suis pas vu vieillir...vous arrivez quand meme à les faire aller au coin ??? il se rebiffe pas ??kisss

Le prof à la dérive 25/01/2008 15:05

Et bien c'est à dire qu'avec certains élèves il est possible d'utiliser convenablement cette solution, mais pour les plus "durs", vous pouvez toujours rêver !

profesvt 22/01/2008 21:27

perso je préfère pratiquer des méthodes plus traditionnelles ... Le coin ! Que j'aime l'expression de mes grands dadais ou mes miss pét... quand je leur dit d'un ton sec :  va au coin ! Et là , flottement puis sourire , tentative d'évitement "vous rigolez ! j'suis plus en primaire ! Elle est botch' ou quoi? " " tututute ! J'ai dit au coin , tu joue à avoir 5 ans d'age mental , ok tu va au coin et quand t'aura gagné en neurones tu nous reviendra "  et là , quel pied ! Un haricot vert au jean dégoulinant ou la nénette je m'la pète  qui sais plus quoi faire de ses mains ,  qui se demande si de là on voit son fessier sous le bon  profil , mi dos à la classe mi regard en coin ....Du coup je n'exclu pas les élèves , j'ai trop la trouille qu'ils s'ouvrent les veines dans les toilettes rien que pour m'embêter......

Le prof à la dérive 23/01/2008 08:53

Je pratique également le coin de temps en temps ... et je rigole en te lisant, car j'ai l'impression de vivre parfois les même moments que toi.

eluise 22/01/2008 20:27

C'est l'éternel problème de l'exclusion... Et effectivement c'est pas rigolo du tout pour les pions de recevoir la crème des affreux, en mode déjanté. Du coup j'ai créé la "chaise du vilain" : une chaise, pile en face du bureau du proviseur. Ca fait flipper les gamins, parce que si je les colle sur cette chaise, ils passent toute l'heure à se demander si le proviseur va pas sortir de son bureau et les engueuler...! Et c'est super rigolo quand je menace "si tu continues j't'envoie sur la chaise du vilain !".

Le prof à la dérive 23/01/2008 08:52

Le seul détail, c'est qu'il n'y qu'une seule et unique chaise !!!Peut être faudrait il délocaliser la salle d'exclusion ...

ProfAnonyme 22/01/2008 13:57

Virer de cours, on fait beaucoup aussi chez nous. C'est par périodes. Certains respectent la procédure et font accompagner l'élève par un autre avec le fameux mot. D'autres mettent l'élève absent et libre à lui d'aller se planquer dans les toilettes pour fumer...J'étais scolarisée hors-secteur, comme 90% de mes camarades. Inutile de dire qu'il n'y avait pas de problème de comportement. Si ça arrivait, on était invité à aller s'inscrire dans l'établissement de son secteur... et là, bonjour la crise à la maison!

Le prof à la dérive 23/01/2008 08:51

L'ultime punition, c'est donc l'établissement de secteur, mais le problème est que la punition disparaît dès l'intant que nous sommes dans cet établissement !

BBK.mel 22/01/2008 13:06

Imposible de laisser un élève dans les couloirs, c'est trop risqué ! Certains s'amusent à déclencher les alarmes incendie (je renvoie pour cela à ton article sur lesdites alarmes !), font les pitres et si jamais il y a un problème, c'est le prof qui prend tout. Donc, je n'exclus pas de cours, ou rarement, et je gère comme je peux ! Du coup, lorsque l'exclusion arrive, elle a un certain poids. J'ai pris l'habitude d'avoir toujours des exercices à faire sur moi...et bien sûr des fiches d'incident, indispensables pour toute action d'exclusion !

Le prof à la dérive 23/01/2008 08:48

Ce que j'adore toujours autant, c'est lorsque je donne du travail à l'élève exclut et qu'il me dit : "j'men fou j'là fré pa !" ...  Rrrrrrrrrrrrrrr que c'est énervant !

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.