Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 10:07

         La société dans laquelle nous vivons regorge de codes, vous connaissez par cœur votre code de carte bleue, de digicode, vos différents mots de passe sur internet ou sur votre ordinateur, votre plaque d'immatriculation, votre numéro de téléphone fixe, portable, votre numéro de sécu et j'en oublie probablement. Les codes font parties intégrantes de notre quotidien. Et comme si il en manquait, l'éducation nationale nous en donne d'autres (bien que toutes les entreprises fassent de même).

 
         A chaque rentrée, il y a le lot de nouveaux codes à se rappeler :
-         Le code de la grille d'entrée
-         Le code photocopieuse
-         Le code d'accès à l'ordinateur
-         Le code pour accéder au logiciel de notes qui ne va pas tarder
-        
-         Et son NUMEN (NUMéro Education Nationale, chaque enseignant est identifié avec ce code plutôt compliqué à se rappeler, nous sommes par ailleurs gérer comme tel, "un simple code").
 
Montmartre.JPG         Et bien évidemment il faut multiplier le nombre de codes si vous exercez sur plusieurs établissements ! Et les 3 premiers sont à savoir par cœur dès le début d'année.
 
         Vous me direz, ce n'est pas avec 4 ou 8 codes à savoir qu'il va être perturbé ce prof. Il a quoi les écrire dans un coin de son agenda. Et bien c'est exactement ce que je fais. J'ai même une page entière réservée exclusivement aux différents codes.
         Mais il ne faut pas oublier que vous avez encore une cinquantaine de collègues et autant de prénoms et de noms à connaître.
         Et le plus gros reste à venir, ce sont vos élèves. Imaginez un enseignant dans une "petite" matière, nous allons prendre un cas extrême, d'un enseignant qui exerce 1 heure par semaine par classe. Il a donc un minimum de 18 classes, en moyenne une classe compte 25 élèves. Ce qui nous fait un total de 450 élèves à connaître.
         Et le problème c'est que le prof cumule les handicaps, car un prof d'une "petite" matière est généralement dispatché sur plusieurs établissements, et être sur 2 voire 3 établissements n'est pas un cas rarissime !
         Au final, il y a plusieurs matières qui sont concernées par ce genre de chose.
         Et après on nous raconte que nous devons connaître et être proche de tous nos élèves. Avec des conditions similaires pour ma part, il faudrait m'expliquer comment faire, car moi j'en suis incapable.

         Imaginez vous, lors de la réunion parents professeurs 2 mois après la rentrée, lorsque vous verrez des parents venir dont vous ne vous souvenez absolument pas de leur enfant… vous vous sentez seul… Ceci fera l'objet d'un article à venir.


Photo : Les vignes de Montmartre, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le prof à la dérive - dans Chapitre 3 : Titulaire (07-08)
commenter cet article

commentaires

Pimali 09/10/2007 00:45

Un instrument bien pratique, quand même, et qui m'a sauvé la mise plus d'une fois lors des réunions parents profs: le trombinoscope!
Un p'tit coup d'œil dans le couloir pour voir qui va se pointer, un autre sur le précieux document, et hop! "Bonjour Kévin, (ou Dylan, ou Brendan, ou Maeva, ou Océane)!". Fingers in ze nose.
A faire faire absolument au moment de la rentrée, sinon on vit des grands moments de solitude: "Bonsoir... Killian!" "Non, moi c'est Moktar". Ouille.

Le prof à la dérive 09/10/2007 09:14

Il est vrai que le trombinoscope est bien pratique.Dans mon 1er établissement, nous en avions un pour chaque classe.Mais ça a été la 1ère et dernière fois.Ce n'est pas pratiqué dans ces établissements, pourquoi ?Pour éviter un problème supplèmentaire. Ramasser toutes les photos d'élèves, lorsque ceux ci n'emmènent même pas leurs propres affaires scolaire...

Castafiora 05/10/2007 11:16

Je te signale qu'il y avait 3 500 personnes dans ma boîte réparties sur 8 agences et 6 établissements dans Paris et Région Parisienne. J'étais consultante en recrutements et je me déplaçais partout. Dans les agences de province on me sautait au cou, on m'appelait par mon prénom, tout le monde me connaissait et moi...... je brodais ! Mais je reconnaissais les gens quand ils parlaient - je reconnais leur syntaxe, leur mot, et leur histoire me revenait.....

Le prof à la dérive 05/10/2007 13:17

3 500 personnes, forcément, c'est un peu plus difficile de retenir tous les prénoms !

wilander 05/10/2007 01:54

Une question à propos des conseils de classe:les élèves délégués présents se la jouent racaille où ils participent sereinement?

Le prof à la dérive 05/10/2007 07:59

Généralement les délégués sortent du rang, et ne font pas "racailles", du moins ça peut aller.Maintenant j'ai déjà fait des conseils sans parents d'élèves et sans délégués. A quand les conseils de classes sans profs...

Castafiora 04/10/2007 23:31

Je comprends bien parce que j'ai travaillé dans une grande entreprise où tout le monde se tutoyait et s'appelait par les prénoms. Nous portions un badge mais il fallait s'approcher de très près pour voir le nom de son interlocuteur. J'ai fait des gaffes terribles au début car je ne suis pas physionomiste et puis j'ai trouvé des ruses..... Quant aux codes, je les inscris sur mon portable exemple : nom : Isa 5698(nom de l'amie et son code d'entrée) et son numéro de tél.J'ai même le code de ma carte bleue - Exemple : Prénom que j'aime bien et numéro de téléphone style 01 47 et les 4 derniers étant mes 4 numéros de carte bleue. Je crois que c'est une question d'entraînement aussi ! Comme un muscle !Bon courage !

Le prof à la dérive 05/10/2007 07:58

L'avantage dans une entreprise, c'est que tous les matins, il faut faire le tour de la boîte pour dire bonjour à tout le monde un par un. Et à ce moment précis, tu révises ton cours sur les prénoms en regardant discrètement le badge. ça me rappel quelques souvenirs...

Proctor 03/10/2007 16:03

C'est une de mes grandes peurs ça, je fais parti de ces p'tites matières que même mes propres collègues ne savent pas ce qu'on y fait ou qui je suis :les arts appliqués! et les noms des élèves s'impriment en moi aussi bien que l'huile se mélange à l'eau ... réunion parents profs le 13 oct p'tain faut que je révise ...

Le prof à la dérive 04/10/2007 09:14

J'espère que tu sais meubler et rester neutre, du style, "votre fils est discret, je ne l'entend pas en cours".:-)

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.