Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 07:37

         Si certains TZR n'ont pas un emploi du temps complet (LVII.Métier, bouche trou.), certains en ont un vierge, un emploi du temps blanc, sans heure, sans classe et sans élève, d'ailleurs ce ne sont plus des profs. Par conséquent, ils n'ont plus de collègue. Certains principaux ou proviseurs les laissent de côté, tandis que d'autres les obligent à être présents dans l'établissement durant un quota d'heures. Alors les enseignants sans élèves voguent à travers l'établissement pour se trouver une quelconque occupation. Ces TZR qui ont le moral au plus bas gangrènent les autres enseignants. Car l'enseignant qui a des difficultés avec ses élèves et qui voit un TZR sans élève est forcément énervé par cette absurdité.

 
         La plupart des personnes se disent quelle chance, être payé à ne rien à faire. C'est une vaste utopie. Car cela n'a rien à voir avec des vacances, puisque tous ceux que vous connaissez : travaillent. Etre payé sans travailler, c'est intéressant quelques semaines, 1 mois et après. Il faut mieux se trouver une occupation rapidement. Car ne pas travailler, en restant chez soi à ne rien faire est synonyme d'exclusion.
         Maintenant, il est vrai que ce n'est pas le chômage, mais tout simplement une sorte de repos forcé. C'est quand même très loin d'être valorisant. C'est une mise à l'écart de la société.
 
         Et cela ne va pas aller en s'arrangeant. Pourquoi ? Tout simplement, parce que l'état souhaite faire des réformes pour engendrer des économies. Jusque là, rien d'anormal.
 
         Mais en réformant les retraites, c'est-à-dire en allongeant la durée de cotisations, les employés travaillent plus longtemps. Résultat, les nouveaux enseignants qui sont pris pour remplacer les enseignants partant, se verront sans poste. Car l'état réforme sans anticiper. Il embauche des enseignants qui doivent remplacer les futurs retraités qui ne partent plus ! Encore une autre absurdité !
 
         Le phénomène est accentué par les diminutions de DHG et cette année, celles-ci atteignent des sommets. La DHG est en fait le budget d'un établissement, si un établissement perd des heures, il perd inévitablement des enseignants, et par conséquent il coûte moins cher… en théorie. Car ce surplus d'enseignant qui est créé à chaque nouvelle réforme n'est pas licencié.
          En attendant d'effectuer des économies, dans la pratique nous effectuons un gaspillage monstrueux en n'utilisant pas tous les enseignants à leur juste valeur, simplement parce qu'il y a de l'inertie, entre la diminution des postes et la diminution des effectifs. Il faut attendre les prochains départs en retraite pour éponger ce trop plein d'enseignant. Aujourd'hui, nous manquons de tout et de n'importe quoi dans l'enseignement, et au lieu d'améliorer l'éducation, l'état la détériore en diminuant les effectifs. Si il voulait nous couler, pour privatiser l'éducation, l'état ne pourrait pas faire mieux.
 
         Actuellement, j'ai une peur… l'année prochaine, que va me donner ma mutation (XXVI.Les mutations.) ? Ce que je souhaite c'est évidemment de travailler normalement avec des classes dans ma matière. Mais ce qui se passe à présent ne laisse rien présager de bon.
         A la rentrée prochaine, je n'aurai peut être plus d'élève. Et que ferais-je de mon temps ?
         Autre cas, je serais peut être enseignant dans une matière qui n'est pas la mienne, et peut être même que je passerais du collège à un lycée professionnel dans une zone de remplacement qui n'est pas la mienne (je sortirais du département dans lequel je me trouve) !
 
         Je sais qu'en écrivant cet article, je risque de m'attirer les foudres de quelques lecteurs, mais ça me pèse ces énormités que cumulent l'éducation nationale.

         Dans le cas où vous vous énervez, ce qui est tout à fait concevable vu la grossièreté du système, ne le faites pas après les enseignants car ils n'y sont pour rien, ils subissent…

Partager cet article

Repost 0
Published by Le prof à la dérive - dans Chapitre 2 : Néotitulaire (2006-2007).
commenter cet article

commentaires

Litimérante 04/09/2012 21:20

Néo-tit' sans poste au fin fond d'un département rural.
J'attends un emploi du temps et le principal est ravi d'avoir sous la main une prof "libre" (et corvéable?).

Proald 05/09/2012 15:13



 Tu pourras faire la grille à la sortie et à l'entrée des cours.



collègue 17/02/2010 00:12


J'ai été TZR en zone de prévention violence pendant 5 ans. Je ne cesse d'entendre parler de ces profs sans élèves, "payés à rester chez eux ou à errer sans but dans des établissements en attendant
qu'on leur trouve du travail". Et bien, j'aimerais bien savoir où ils sont car en cinq années, j'ai fait 7 établissements (parfois plusieurs années le mêm, parfois plusieurs en même temps), mais je
n'ai pas eu un jour à moi sans être devant une classe!
Une année, j'ai fait plusieurs remplacements longue et moyenne durée successifs. On m'appelait le vendredi alors que j'étais encore en poste pour que je prenne des classes dans un autre
établissement le lundi suivant! Une fois, on m'a même envoyé un télégramme (je ne savais même pas que ça existait encore!!)... ça laisse rêveur.
Je devais finir un remplacement au 15 juin. Je me suis dit "c'est tout bon, je n'aurai rien pour les 15 derniers jours, c'est bientôt les vacances" (eh oui, les profs ne pensant qu'à ça ;-))Et bien
non! Me voilà appelée pour remplacer une collègue sur les 15 derniers jours de cours, sacahnt que le collège devait être fermé une semaine plus tôt pour cause de travaux. J'ai donc vu ces élèves
pour leurs 3 dernières heures de l'année... C'était sympa cependant.
Ma question : mais où sont-ils ces profs qui ne bossent pas??
J'ai une amie qui est TZR aussi et même chose pour elle : pas une journée de libre et c'est sa cinquième année! Je pourrais presque croire que c'est de l'intox, cette histoire! Mais j'en sais
davantage.
A bon entendeur!


Proald 17/02/2010 13:34


Je peux te promettre que ce n'est pas de l'intox. Ces profs sans élèves se trouvent dans des matières dites "spécialisés", et il y a 2 ans de cela, un lycée avait 4 profs d'une matière, et 4 autres
de profs sans élèves, ça a duré 2 ans. Actuellement il n'en reste plus qu'un seul ...
Mais vu la réforme des lycées, le nombre risquerait d'augmenter ...


Killcow 01/09/2007 14:07

Oui, c'est ridicule à quel point on nous propose des réformes alors que c'est tout le système qui est à changer tellement il est mal organisé.

Le prof à la dérive 04/09/2007 17:14

Vu l'étendu du travail à faire, il est plus simple de s'attarder sur des broutilles !

nadia-vraie 29/08/2007 20:59

Je comprends la situation même si je ne sais pas comment le système scolaire fonctionne en France.Les jeunes professeurs ont beaucoup de mérite au début  car ils vivent dans l'incertitude.

Le prof à la dérive 30/08/2007 22:46

Merci pour ta compréhension.

Tigibus 29/08/2007 00:39

"Si il voudrait..."S'il voulait.Je ne voudrais pas te vexer, mais sur un blog de prof, ce genre de truc, ça la fout mal. Sans parler des nombreuses confusions: futur de l'indicatif / présent du conditionnel. Si j'aurais su, j'aurais pas lu !Dommage, car ton blog est intéressant. 

Le prof à la dérive 29/08/2007 14:11

Merci pour la correction. Concernant les autres fautes, j'en suis le premier désolé, je fais attention mais je ne suis pas un as en la matière. Mais tu le sais déjà ...

Noebottee 28/08/2007 20:51

Ah les TZR sans emploi.... Ils ne sont pas si nombreux que ça. Et oui, tu risques de te retrouver en hors zone comme beaucoup d'entre nous!Bon courage.

Le prof à la dérive 29/08/2007 12:12

Ils ne sont pas forcement nombreux, mais ils sont là !

julie 28/08/2007 15:40

" A la rentrée prochaine, je n'aurai peut être plus d'élève. Et que ferais-je de mon temps ? "Bloguer sur le temps où tu en avais ? ;pPlus sérieusement, je ne vois vraiment pas pourquoi tu t'attirerais les foudres des lecteurs...Tu n'as pas dit que tu souhaitais ça au contraire. ;)

Le prof à la dérive 29/08/2007 12:11

Plus d'élève = plus d'histoire à raconter = plus de blog ...Mais visiblement j'aurai des élèves pour la rentrée.Sauvé !

Peff de Toulouse 28/08/2007 15:07

Y'a pas de raisons de s'enerver Proald.Tu as raison de t'élever contre cette gestion calamiteuse, d'autant plus que ce n'est pas pour dire : l'éducation nationale ca craint partez dans le privé (comme certains), mais au contraire pour que l'éducation publique soit de meilleure qualité et que tous les profs qui ont eu leur concours aient des élèves ( c'est quand même un minimum !).Mais c'est vrai qu'on a la vague impression qu'on laisse pourrir l'éducation nationale pour mieux dire : "on ne peut plus assurer, le privé doit prendre le relai ...". C'est comme ça qu'ils ont fait aux USA dans les années 80 en ajoutant de très fortes attaques contre les profs : nuls, glandeurs, incapables, payé à rien fouttre etc ... Suivrons nous le même chemin ? ...

Le prof à la dérive 29/08/2007 11:01

J'espère vraiment ne pas suivre le même chemin.

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.