Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traducteur

Rechercher

Blog à voir

logo luki bancher

 

Archives

Texte Libre

Twitter ;) ...  Facebook

XIII. L'exemple des profs !

31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 09:34

 

Comme tous les ans, arrive le traditionnel D.N.B. (Diplôme National du Brevet ?), appelé plus couramment le Brevet !

Que peut-il se passer lors de la surveillance du brevet ? A peu près tout !

Bien évidemment il y a toujours quelques élèves qui ne s’y présentent même pas ; ils sont tellement sûrs de le réussir (c’est ironique), qu’autant ne pas venir !

Les élèves arrivent et s’installent avant le début … nous recevons le sujet sous enveloppe, … bientôt l’heure de l’ouverture. Le principal passe dans chacune des salles pour rappeler les règles, notamment, celle de laisser son portable éteint dans son cartable posé sous le tableau. C’est bon nous pouvons ouvrir les copies … ah un élève arrive pile à l’heure.

Ensuite lors de la surveillance, il y a comme toujours, ceux qui n’ont pas leurs affaires. Les élèves pour qui il manque le blanc, demandent à leurs voisins, règles équerre rapporteur, même chose. Pour les dictionnaires nous en possédons quelques uns que le CDI prête et que les élèves viennent chercher sur le bureau et s’échangent entre eux. Je pense que ça se passe différemment dans les établissements ayant un "bon" public. A mon avis tout ceci n’existe pas, d’ailleurs c’est la règle théoriquement !

 

De plus, nous avons des élèves qui n’hésitent pas à poser des questions. Cette année, j’ai même eu une élève qui m’a posé directement la question à voix haute dans la salle "Monsieur, c’est quoi la capitale des Etats Unis ?". Et j’ai bien eu peur, qu’un autre élève lui donne la réponse à voix haute également, forcément !!! Le brevet habituel en somme.

 

 Et le meilleur pour la fin, environ 30 minutes avant la fin de l’épreuve, je constate qu’un élève n’ayant pas rendu sa copie, pianote sur son téléphone. J’interviens aussitôt. Celui-ci termine malgré tout rapidement son SMS !!! Il me rend sa copie, et avec mon collègue nous décidons donc d’écrire pour la première fois sur le procès verbal de surveillance. Nous notons, élève machin a utilisé son téléphone portable alors qu’il avait sa copie en sa possession. Une fois écrit, je dis à mon collègue en prévision de la suite "Là, c’est nous qui allons être embêtés !

Nous donnons donc le tas de copies, avec le procès verbal. Pas manqué, "Il faut préciser, à quelle heure c’est arrivé. L’élève avait probablement terminé de composer ? Il envoyait juste un SMS ?". Bref ! En terme clair, ce que nous avons écrit, ne servira pas à grand-chose !

 

Conclusion, chez nous, un élève peut arriver (légèrement) en retard, ne pas avoir son matériel, demander une réponse à voix haute, et même utiliser son téléphone portable ! A part ça, rien à déclarer !

Photo : Ministère de la Justice, Paris.

Photo : Ministère de la Justice, Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Proald
commenter cet article

commentaires

bilfusée 21/07/2015 09:40

a t'il eu son brevet au moins?
J'aimerai savoir si le brevet se passe différemment dans votre nouvelle région? vous viendrez nous raconter la suite?

Proald 27/07/2015 23:25

L'élève en question a obtenu son brevet. Oui la surveillance n'a rien à voir (j'ai eu le retour d'autres collègues).

Lola 09/09/2014 02:24

Bonjour cher prof et bonne rentrée !

J'envisage de préparer le capes cette année et je suis donc en pleine recherche d'informations sur le métier d'enseignant(e). J'ai récemment découvert votre blog qui m'a permis de plonger dans votre quotidien pas toujours très rose. Je tiens d'abord à vous remercie pour vos posts très spontanés, qui sentent vraiment le "vécu", sans langue de bois ni arrogance.
Je me permets de vous poser quelques questions qui me sont venues à l'esprit en vous lisant...
J'ai lu que vous avez exercé une autre profession avant de devenir enseignant. Vous estimez-vous satisfait, dans l'ensemble de votre reconversion ? Un enseignant est souvent confronté à l'agressivité des élèves et à une certaine "oppression" de la part des directeurs/inspecteurs... Mais pensez-vous qu'il s'agisse d'une plus grande violence ce celle vécue par les autres professionnels ? Je pense par exemple à un employé subissant l'autorité constante d'un "petit chef", les rapports de force entre collègues, etc.

Une autre question: qu'en est-il des mutations? Avez-vous déjà changé d'établissement ? dans le cas contraire: ne pensez-vous pas que votre travail pourrait être plus facile dans un autre établissement ?

Je vous remercie d'avance !

Cordialement

Lola

Proald 09/12/2014 23:01

Tu as raison Juju, mais pour les enseignants du privée et qui plus est hors contrat, ça ne fonctionne peut être pas pareil.

Juju 08/12/2014 18:25

Cher Fred,
A ma connaissance, la surveillance des épreuves nationales fait partie intégrante du travail d'enseignant, tout comme les rendez-vous parents/professeurs, les conseils de classe, l'accompagnement des sorties scolaires... C'est donc votre devoir solennel de bon fonctionnaire de l'éducation que de participer à ces évènements hors des heures de classe (malheureusement).

Fred 16/09/2014 02:16

C'est vraiment très attristant de lire un tel article . J'ai pour ma part enseigner plusieurs années dans le privée hors-contrat. Une année mon chef d'établissement -à la demande de l'éducation nationale- m'a proposé d'aller surveiller le DNB, chose que j'ai volontiers faite. Quelle n'a pas été ma surprise de voir que personne ne m'a remercié ni payé pour ce service ...

Proald 15/09/2014 22:13

Tout d'abord, merci pour ton commentaire.
Je suis totalement satisfait de ma reconversion même si ça n'a pas été simple au début ! Au fur et à mesure, on arrive à prendre du recul.
Par rapport à la violence, c'est une certitude. On se sent très vite démuni et dépassé par les événements, sans avoir de poids, d'outils ou même de l'aide de notre hiérarchie ...
La plupart des enseignants, débutent seules, déracinés de leur région d'origine, et arrive dans des établissements aux diverses appellations "surclassés", il est donc difficile de s'adapter à la situation !
Au sujet des mutations, non malheureusement je n'ai toujours rien eu, et je suis donc toujours dans mon établissement dans lequel j'ai "quasi" débuté !
Bonne continuation, et je croise les doigts pour votre CAPES.

C'est pour vous

Visiteurs

Le reste est là ...
Pour lire le 1er article, il faut lire le dernier !!! (c'est du plus récent au plus ancien)

Lexique.

Grand corps malade : Education Nationale.


Le prof de Math : Le rap du CPE.

Les Zrofs : La 4°3.

Jean Dell : L'instituteur.

Les Fatals Picard : La sécurité de l'emploi.

livre-d-or.gif
Me contacter. 

Locations of visitors to this page  

Les articles discutés :
XXXVII.Un élève qui crie sur...le prof.
XLIX.Odeur suspecte.
XLVII.Le surveillant.
L.La note de vie scolaire.
LI.La censure.
XXXVIII.La reconnaissance.